Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=1024

Créée le : 16 Nov 2004
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Spécialisé

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Women’s attitude toward analgesia during labor—a comparison between 1995 and 2001. European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology 2004;117(1):30-32.

Auteur·e(s) :

Horowitz ER, Yogev Y, Ben-Haroush A, Kaplan B.

Année de publication :

2004

URL(s) :

http://www.sciencedirect.com/science?_ob=ArticleUR…

Résumé (français)  :

Abstract (English)  :

Objective: To compare the attitude of gravid women towards analgesia during labor in 1995 and 2001, in Israel.

Method: Women in the third trimester of pregnancy were asked to complete an antepartum questionnaire regarding the mode of analgesia they preferred during their labor. The questionnaire was distributed twice, once in 1995 and again in 2001, in order to study changing attitudes.

Results: Study participants included 114 women in 1995 and 125 in 2001. There were no differences between the groups in maternal age, gestational age, gravity, parity, or level of education. In 1995, 57% of the women were interested in having epidural analgesia during labor, compared to 66% in 2001 (P<0.001). The preference for opioids decreased from 31.5% in 1995 to 18.5% in 2001 (P<0.001). In 1995, none of the women questioned opted for avoiding all kinds of analgesia, whereas in 2001, 8% did so.

Conclusion: Women’s attitudes to analgesia during labor have changed over the last 6 years. Epidural block has become very popular, while opioids use lost its popularity; at the same time, there has been an increase in the number of women who prefer to avoid all kinds of analgesia during labor.

Sumário (português)  :

Remarques :

La méthodologie et les résultats ne supportent pas les conclusions. Une différence
de moins de 10% sur un échantillon de à peine plus de 100 femmes n’est absolument
pas significatif. Les bras m’en tombent …

Argument (français) :

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ médicaments antidouleur ; péridurale ; âge maternel ; douleur

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 16 Nov 2004

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)