Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=1063

Créée le : 02 Dec 2004
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Letter. Making sense of rising caesarean section rates. Editorial made no sense of rising rates. The British Medical Journal 2004;329:1240.

Auteur·e(s) :

Lees CC.

Année de publication :

2004

URL(s) :

http://bmj.bmjjournals.com/cgi/content/full/329/74…

Résumé (français)  :

Reponse a l’editorial fiche 904.

Abstract (English)  :

EDITOR—In his editorial on making sense of rising caesarean section rates, Anderson does not mention why or whether rising rates are bad for women, or even disadvantageous if seen in a public health context.1 One way to do this might be to compare perinatal and maternal outcomes or even a cost benefit analysis in women at term intending to try for a normal delivery versus those intending to have an elective caesarean section, matched principally for age and parity. A sizeable proportion of those trying for a normal delivery, and a smaller proportion of those having an elective section, would end up having an emergency caesarean section, where the risks of the operation to mother and baby particularly lie.

But to argue, as Anderson does, for large, well designed randomised trials for specific indications—for example, in relation to fetal distress or dystocia—is a bizarre non-starter. How could a woman in labour with fetal distress as evidenced by a profound bradycardia on cardiotocograph and acidotic results from fetal blood sampling be randomised ethically to a "non-delivery" arm? Similarly, could withholding a caesarean section from a woman with a transverse arrest in a prolonged dystocic labour be justified ethically?

Some procedures in current practice cannot practically and should not ethically be answered by randomised controlled trials. Before making a case against a woman’s right to choose her preferred mode of delivery, some hard facts about the risks of elective caesarean section compared with those of an intended vaginal delivery would be welcome.

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ césarienne ; médecine factuelle ; éthique ; déontologie ; détresse foetale ; dystocies ; âge maternel

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 02 Dec 2004

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE)
(2) soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation.
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)