Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Actuellement 3002 fiches
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=116

Créée le : 16 Oct 2003
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Spécialisé

Notice bibliographique (sans auteurs) :

A review of the literature on debriefing or non-directive counselling to prevent postpartum emotional distress. Midwifery. 2002 Mar;18(1):72-9.

Auteur·e(s) :

Gamble JA, Creedy DK, Webster J, Moyle W.

Année de publication :

2002

URL(s) :

http://www.sciencedirect.com/science?_ob=ArticleUR…

Résumé (français)  :

CONTEXTE: l’accouchement engendre de puissantes émotions et peut conduire au développement de symptômes de dépression, anxiété, et traumatisme chez certaines femmes. Des méthodes de debriefing et de counseling non directif ont été utilisées en intervention précoce pour diminuer la fréquence des dépressions et stress post-traumatiques.
METHODES: Nous avons passé en revue la littérature pour décrire l’état actuel des connaissances sur l’efficacité d’une seule session de debriefing ou de counseling non directif dans la diminution des symtômes de dépression et de traumatisme chez les récentes accouchées.
RESULTATS: Trois études rapportées dans quatre articles ont examiné l’utilisation du debriefing ou counseling non directif pour prévenir ou diminuer la morbidité psychologique après l’accouchement. Les deux plus importantes montrent qu’une seule séance de debriefing alors que la femme est encore dans la salle post-natale n’a aucune valeur statistique significative pour diminuer la morbidité psychologique et pourrait même être néfaste. Par contre, les femmes ont rapporté que l’opportunité de parler avec quelqu’un de leur accouchement les a aidé en facilitant leur rétablissement.
CONCLUSION: il n’y a pas assez de matériau pour tirer des conclusions sur l’efficacité du debriefing après l’accouchement, essentiellement parce qu’on ne sait pas si une intervention de debriefing standardisée était utilisée. D’autres recherches devraient décrire clairement l’intervention et tester d’autres alternatives; mesurer un ensemble plus large de résultats incluant les symptômes traumatiques; utiliser des critères qui tiennent compte de facteurs complexes contribuant à la dépression et au traumatisme; et examiner l’impact qu’aurait d’associer le partenaire (ou une autre personne importante) à(aux) la séance(s) de debriefing ou de counseling. D’autres études devraient étudier les moments et lieux de l’intervention, la possibilité de parler de l’accouchement plus d’une fois, et cibler l’intervention aux femmes les plus susceptibles de développer des symptômes traumatiques ou un état de stress post-traumatique.

Abstract (English)  :

BACKGROUND: childbirth generates powerful emotions and may lead to the development of symptoms of depression, anxiety, and trauma in some women. Debriefing and non-directive counselling have been used as early interventions to reduce the prevalence of depression and post-traumatic stress.
METHODS: a review of the literature was conducted to describe the current state of knowledge on the effectiveness of a single debriefing session or non-directive counselling session to reduce depression and trauma symptoms in women following birth.
FINDINGS: a total of three studies reported in four papers examined the use of debriefing or non-directive counselling to prevent or reduce psychological morbidity following birth. The two largest RCTs indicate that a single debriefing session with the woman whilst in the postnatal ward is of no statistically significant value in reducing psychological morbidity and may even be harmful. In contrast, women reported that an opportunity to talk with someone about the birth was helpful in facilitating recovery.
CONCLUSION: there is insufficient evidence to draw conclusions about the effectiveness of debriefing following childbirth, primarily because it is unclear if a standardised debriefing intervention was used. Future research should clearly describe the intervention and test alternative interventions; measure a broader range of outcomes including trauma symptoms; use inclusion criteria that acknowledge the complex contributing factors to depression and trauma; and examine the value of including the woman’s partner (or significant other) in the debriefing or counselling session(s). Future studies should investigate the timing or place of the intervention, the provision of more than one opportunity to discuss the birth, and target the intervention to women who are more likely to develop trauma symptoms or post-traumatic stress disorder.

Sumário (português)  :

Texte intégral (private) :

 ➡ Accès sous autorisation

Remarques :

Acces au resume, texte payant.

Argument (français) :

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ traumatismes ; stress post-traumatique ; psychologie ; morbidité ; échographie ; debriefing

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 16 Oct 2003
➡ dernière modification : Alison Passieux — 02 Dec 2007

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, https://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)