Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Actuellement 3032 fiches
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=1250

Créée le : 17 May 2005
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Spécialisé

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Posttraumatic stress disorder following preeclampsia and HELLP syndrome. Journal of Psychosomatic Obstetrics & Gynecology 2004;25(3-4):183-187.

Auteur·e(s) :

van Pampus MG, Wolf H, Weijmar Schultz WCM, Neeleman J, Aarnoudse JG.

Année de publication :

2004

URL(s) :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=…

Résumé (français)  :

Abstract (English)  :

Posttraumatic stress disorder (PTSD) in connection with pregnancy was first described in the 1990s - initially in relation to childbirth but later more specifically to the mode of delivery. Instrumental vaginal delivery carries the highest risk of PTSD followed by emergency caesarean section and normal spontaneous delivery. Loss of pregnancy, spontaneous abortion or intrauterine death for example can also lead to PTSD. Little systematic research has been performed regarding the psychological consequences of severe preeclampsia or HELLP syndrome, although it would seem obvious that these conditions may have a great effect. The combination of suffering a serious illness combined with an unexpected caesarean section or delivery, often of a premature child, is a heavy burden to bear both physically and psychologically. We describe here three patients who developed PTSD after pregnancies complicated by severe preeclampsia or HELLP syndrome. PTSD can develop after preeclampsia or HELLP syndrome.

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

Les accouchements instrumentaux, suivis par les césariennes en urgence ou la mort intra-utérine, sont reconnus comme pouvant conduire la mère a un état de stress-postraumatique. Ici les auteurs montrent que c’est aussi le cas avec des pré-éclampsies sévères.

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ césarienne ; prématurés ; psychologie ; traumatismes ; stress post-traumatique ; éclampsie (pré-) ; faible poids de naissance

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 17 May 2005
➡ dernière modification : Alison Passieux — 02 Dec 2007

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, https://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)