Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=1260

Créée le : 24 May 2005
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Is maternal use of selective serotonin reuptake inhibitors in the third trimester of pregnancy harmful to neonates? Commentary. Canadian Medical Association Journal 2005;172(11):1457-1459.

Auteur·e(s) :

Koren G, Matsui D, Einarson A, Knoppert D, Steiner M.

Année de publication :

2005

URL(s) :

http://www.cmaj.ca/cgi/content/full/172/11/1457?et…

Résumé (français)  :

Abstract (English)  :

Last summer, the US Food and Drug Administration instructed manufacturers of antidepressants to issue warnings about perinatal complications associated with their products.1 Physicians were advised to taper the dosage of antidepressants in pregnant women during the last trimester so that the fetus receives no drug for at least 7–10 days before delivery. A month later, Health Canada followed suit; the Canadian advisory2 similarly suggested that "Physicians may consider slowly decreasing the dose of these medications in the third trimester." These advisories were based on "reports reveal[ing] that some newborns whose mothers took these medications during pregnancy have developed complications at birth."2 These complications were seen as consistent with withdrawal symptoms or a direct adverse effect by the antidepressant on the baby.

We believe those recommendations are only partially evidence-based and may put the depressed mother-to-be and her baby at an unreasonable health risk. This paper presents a brief discussion of the pattern of neonatal symptoms observed after maternal use of selective serotonin or serotonin– norepinephrine reuptake inhibitors (SSRIs or SNRIs, respectively).

Sumário (português)  :

Texte intégral (private) :

 ➡ Accès sous autorisation

Remarques :

Texte en accès libre.

Argument (français) :

Femmes en dépression grave pendant la grossesse: il n’est pas certain que supprimer ou diminuer les
antidépresseurs pendant le 3e trimestre soit moins nocif pour le bébé que de les continuer.

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ dépression, anxiété ; pathologies nouveau-né ; psychologie

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 24 May 2005

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)