Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=1263

Créée le : 24 May 2005
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Spécialisé

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Perinatal Outcome Following Third Trimester Exposure to Paroxetine. Arch Pediatr Adolesc Med. 2002;156:1129-1132.

Auteur·e(s) :

Costei AM, Kozer E, Ho T, Ito S, Koren G.

Année de publication :

2002

URL(s) :

http://archpedi.ama-assn.org/cgi/content/abstract/…

Résumé (français)  :

Abstract (English)  :

BACKGROUND: Paroxetine hydrochloride is commonly used for maternal depression, panic disorder, and obsessive-compulsive disorder. The drug readily crosses the human placenta. Although it does not appear to increase teratogenic risk, there have been case reports of neonatal withdrawal. Symptoms were described soon after birth and lasted up to 1 month.

OBJECTIVE: To investigate whether there is a clinically important discontinuation syndrome in neonates exposed to paroxetine in utero.

METHODS: Prospective, controlled cohort study.

PATIENTS: Fifty-five pregnant women counseled prospectively by the Motherisk program in Toronto, Ontario, regarding third-trimester exposure to paroxetine and their infants were included in the study group. Pregnant women who discontinued paroxetine before the third trimester or those receiving other drugs known to cause withdrawal-type symptoms, such as opioids or benzodiazepines, were excluded. A comparison group of 27 women using paroxetine during the first or second trimester and 27 women using nonteratogenic drugs were matched for maternal age, gravity, parity, social drug use, and nonteratogenic drug use.

RESULTS: Of the 55 neonates exposed to paroxetine in late gestation, 12 had complications necessitating intensive treatment and prolonged hospitalization. The most prevalent clinical picture was respiratory distress (n = 9), followed by hypoglycemia (n = 2), and jaundice (n = 1). The symptoms disappeared within 1 to 2 weeks. In the comparison group, only 3 infants experienced complications (P = .03). In logistic regression, only third-trimester exposure to paroxetine was associated with neonatal distress (odds ratio, 9.53; 95% confidence interval, 1.14-79.3).

CONCLUSION: When used near term, paroxetine is associated with a high rate of neonatal complications, possibly caused by its common discontinuation

Sumário (português)  :

Texte intégral (private) :

 ➡ Accès sous autorisation

Remarques :

Texte en accès libre. En termes clairs, lorsque les antidépresseurs sont continués jusqu’à l’accouchement environ 20% des nouveaux-nés font une crise de manque sévère. Mais ce n’est pas parce qu’on les arrête avant que le foetus ne fait pas aussi une crise de manque dans le ventre de sa mère …

Argument (français) :

Plus de complications néonatales lorsque la paroxétine (Paxil) est continuée pendant le 3ième trimestre de grossesse.

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ dépression, anxiété ; pathologies nouveau-né ; psychologie ; âge maternel

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 24 May 2005

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)