Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=141

Créée le : 20 Oct 2003
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Spécialisé

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Prevalence of depressive disorders in early puerperium. Gynakol Geburtshilfliche Rundsch. 1998;38(4):232-7.

Auteur·e(s) :

Bergant A, Nguyen T, Moser R, Ulmer H.

Année de publication :

1998

URL(s) :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=…

Résumé (français)  :

Abstract (English)  :

OBJECTIVE: The aims of this investigation were to detect the prevalence and influencing factors of early postpartal depressive disorders in a large hospital sample.

METHODS: By means of an interview we acquired information on sociodemographic data, physical and psychiatric anamnesis, obstetric and psychological variables. The German version of the Edinburgh Postnatal Depression Scale (EPDS) served to determine the depressive disorder of our patients. The interview was carried out on 1,250 women at the maternity ward 5 days after delivery.

RESULTS: According to the results of the German validation of the EPDS, 254 (20.3%) women at the maternity ward had an at least mild depressive disorder. A comparison between nondepressed women (n = 996, 79.7%) and depressed women (n = 254, 20.3%) revealed the following risk factors for the development of an early postpartal depressive disorder: higher subjective burden of childbirth, higher trait anxiety, poorer couple compatibility, lower job satisfaction and lower social status. Of all the obstetric variables previous abortions, elevated pregnancy risks, low weight of the newborn at delivery and cesarean section were of significant influence.

CONCLUSIONS: Early postpartal depressive disorder appears in 20% of all women 5 days after delivery. According to previous studies this group seems to be at highest risk for developing a later postpartum depression. Considering the psychosocial and obstetric risk factors, preventive psychotherapeutic interventions at the maternity ward are indicated.

Sumário (português)  :

Remarques :

Acces au resume, texte en allemand.

Argument (français) :

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ césarienne ; dépression, anxiété ; prématurés ; psychologie

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 20 Oct 2003

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)