Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=151

Créée le : 24 Oct 2003
Modifiée le : 06 Feb 2010

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

PTSD AFTER CHILDBIRTH: THE CONSUMER, CLINICIAN, AND RESEARCHER’S PERSPECTIVES. Abstracts of talks presented at The Marce International Biennal Scientific Meeting, 25-27 September, 2002, Sydney.

Auteur·e(s) :

Weeks S, Watson S, Beck C.

Année de publication :

2002

URL(s) :

http://www.wairua.co.nz/marce/abstracts/abstract02…

Résumé (français)  :

Parmi les issues possibles, indésirées et inattendues, de la maternité, figure en
bonne place l’état de stress post-traumatique (ESPT), avec la dépression postpartum (DPP) et la psychose. Bien que dans ce contexte son origine soit tres différente de celle de l’ESPT du par exemple à des combats en tant de guerre, on retrouve le même ensemble basique de déclencheurs, réactions, et comportements.

Les conséquences et l’impact sur la qualité de vie des mères sont manifestement
tres différentes de celles de la DPP, bien que l’ESPT puisse y conduire. Cependant, il est peu vraisemblable que la guérison soit spontanée comme c’est souvent le cas pour la DPP. Ainsi l’ESPT nécessite un traitement actif en suivant l’option que l’on estimera la plus adaptée. En outre, sachant que les circonstances donnant lieu à l’ESPT sont souvent des procédures médicales standards, les médecins doivent consciemment casser les valeurs et standards de leur propre discipline lorsqu’ils soignent ces patients.

l’ESPT est un trouble peu reconnu qui, même lorsqu’il l’est, est souvent sous-traité. Se produisant dans le contexte d’un accouchement, il peut être masqué par d’autres entités tels que la dépression, l’anxiété, la somatisation, l’abus de drogues, des troubles de l’alimentation, et même la psychose ou un esprit litigieux. Pour en réduire la morbidité psychiatrique, physique et interpersonnelle, il est nécessaire de reconnaître ce trouble, d’appliquer des mesures préventives quand c’est possible, et de diminuer la détresse occasionnée par une intervention précoce et effective.

Lors ce symposium, nous donnerons la parole à des femmes et des familles qui ont personnellement vécu un ESPT, puis décrirons aux participants les facteurs de risque, les possibilités de traitement, et quelques aspects des théories en biochimie sur ce trouble.

Abstract (English)  :

Recent research has shown that PTSD stands alongside Post Natal Depression (PND) and Psychosis as one of the potential unwanted and unexpected legacies of childbearing. Although its origins in this context are very different from PTSD arising for example from combat scenarios, the same basic set of triggers, reactions and attitudes is evident.

The outcomes and effects on the mothers’ quality of life differ demonstrably from those of PND, although PTSD can lead for that. However, recovery is not likely to be spontaneous as is often the case for PND, and hence PTSD requires active treatment by whatever option is deemed most suitable. Moreover, because the circumstances giving rise to PTSD are often standard medical procedure, physicians must consciously set aside the values and standards of their own discipline when treating sufferers.

PTSD is an under recognised disorder which, even when recognised is often under treated. Occurring in the context of childbirth, it may masquerade as other entities including depression, anxiety, somatisation, substance abuse, eating disorders and even psychosis or litigation. In order to minimise morbidity, both psychiatric, physical and interpersonal, it is necessary to recognise this disorder, apply preventative measures where possible, and minimise the distress caused by early and effective intervention.

As well as hearing from the women and families who have had personal experience of PTSD, this symposium will take participants through risk factors, prevention strategies, treatment options and some of the biochemical theories about the disorder.

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ dépression, anxiété ; traumatismes ; stress post-traumatique ; psychologie ; droit ; risque médico-légal ; morbidité

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 24 Oct 2003
➡ dernière modification : Alison Passieux — 06 Feb 2010

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)