Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Actuellement 3045 fiches
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=1987

Créée le : 18 Jul 2006
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Quel est le taux optimum de césarienne ? Éditorial. Gynécologie Obstétrique & Fertilité 34 (5): 377–378

Auteur·e(s) :

Racinet, Claude

Année de publication :

2006

URL(s) :

http://www.emc-consulte.com/afficher-article?item=…

Résumé (français)  :

En 1998, Phil Sterr soulignait que l’évolution tendait à rendre la femme progressivement inapte à accoucher. Du fait du besoin de penser (entraînant un développement cérébral donc une tête fœtale plus volumineuse) et du besoin de courir (entraînant une réduction progressive des dimensions du pelvis), la femme a été confrontée, au fil de l’évolution, à des difficultés d’accouchement croissantes. Depuis près d’un siècle, on est convaincu que la césarienne peut résoudre ce conflit. Mais, une espèce qui aurait besoin d’un artifice chirurgical pour se reproduire ne serait-elle pas une espèce condamnée ? Il est cependant probable que l’espèce humaine soit vraiment une espèce à part (ce qui est contesté par certains philosophes de l’anthropologie), apte à affronter tous les défis biologiques et écologiques et peut-être (tout au moins partiellement) à les surmonter au prix d’adaptations technologiques.

Est-il donc possible, ou plutôt licite, d’augmenter à la demande le taux de césarienne ? Ou, de préférence, quel est le taux de césarienne susceptible d’optimiser la santé et le bienêtre actuels et futurs des mères d’une part et des enfants d’autre part ? Étant entendu que toute pratique déviante (notamment un excès de césariennes) a une répercussion médicoéconomique documentée, qu’il faudra bien un jour ou l’autre intégrer dans les choix décisionnels…

Abstract (English)  :

Sumário (português)  :

Texte intégral (private) :

 ➡ Accès sous autorisation

Remarques :

Argument (français) :

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ césarienne ; éthique ; accouchement vaginal après césarienne ; présentation en siège ; dystocies

Auteur·e de cette fiche :

Bernard Bel — 18 Jul 2006
➡ dernière modification : Bernard Bel — 02 Dec 2007

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, https://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)