Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Actuellement 3032 fiches
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=2002

Créée le : 07 Jan 2007
Modifiée le : 13 May 2014

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Intrapartum epidural analgesia and breastfeeding: a prospective cohort study. International Breastfeeding Journal 2006, 1:24

Auteur·e(s) :

Siranda Torvaldsen, Christine L Roberts, Judy M Simpson, Jane F Thompson and David A Ellwood

Année de publication :

2006

URL(s) :

http://www.internationalbreastfeedingjournal.com/c…
https://doi.org/10.1186/1746-4358-1-24

Résumé (français)  :

SYDNEY, 11 déc. 2006 (AFP)

Les femmes qui accouchent sous péridurale pourraient avoir plus de difficultés à allaiter que celles qui choisissent l’accouchement sans anesthésie, indique une étude australienne publiée lundi.

Cette étude, l’une des plus vastes du genre, a été publiée dans le Journal international de l’allaitement et a porté sur 1200 femmes environ.

Les mères qui accouchent sous péridurale ont plus de risques d’avoir des difficultés d’allaitement dans les tout premiers jours suivant la naissance. Elles sont aussi deux fois plus nombreuses que les autres à arrêter de donner le sein dans les six premiers mois.

Epidémiologiste à l’université de Sydney, Siranda Torvaldsen a indiqué que la plupart des femmes, 93%, allaitaient leur enfant au cours de la première semaine.

“Nous avons découvert, dans ce groupe de 1280 femmes, que celles qui n’allaitaient déjà plus que partiellement au bout de la première semaine avaient généralement eu une péridurale“, a-t-elle déclaré à l’AFP.

L’étude a également révélé qu’en dehors de facteurs spécifiques, 72% des mères qui avaient accouché naturellement allaitaient toujours six mois après la naissance, contre seulement 53% pour les autres.

Les chercheurs ont expliqué que les substances contenues dans l’anesthésie pouvaient provoquer une réaction de somnolence chez le bébé, lui occasionnant des difficultés à téter au cours des tout premiers jours suivant sa naissance.

“L’important est que les mamans soient correctement informées et conseillées pour qu’elles sachent que c’est un phénomène temporaire“, a déclaré Siranda Torvaldsen.

Abstract (English)  :

Background

Anecdotal reports suggest that the addition of fentanyl (an opioid) to epidural analgesia for women during childbirth results in difficulty establishing breastfeeding. The aim of this paper is to determine any association between epidural analgesia and 1) breastfeeding in the first week postpartum and 2) breastfeeding cessation during the first 24 weeks postpartum.

Methods

A prospective cohort study of 1280 women aged ? 16 years, who gave birth to a single live infant in the Australian Capital Territory in 1997 was conducted. Women completed questionnaires at weeks 1, 8, 16 and 24 postpartum. Breastfeeding information was collected in each of the four surveys and women were categorised as either fully breastfeeding, partially breastfeeding or not breastfeeding at all. Women who had stopped breastfeeding since the previous survey were asked when they stopped.

Results

In the first week postpartum, 93% of women were either fully or partially breastfeeding their baby and 60% were continuing to breastfeed at 24 weeks. Intrapartum analgesia and type of birth were associated with partial breastfeeding and breastfeeding difficulties in the first postpartum week (p < 0.0001). Analgesia, maternal age and education were associated with breastfeeding cessation in the first 24 weeks (p < 0.0001), with women who had epidurals being more likely to stop breastfeeding than women who used non-pharmacological methods of pain relief (adjusted hazard ratio 2.02, 95% CI 1.53, 2.67).

Conclusion

Women in this cohort who had epidurals were less likely to fully breastfeed their infant in the few days after birth and more likely to stop breastfeeding in the first 24 weeks. Although this relationship may not be causal, it is important that women at higher risk of breastfeeding cessation are provided with adequate breastfeeding assistance and support.

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

L’accouchement sous péridurale rend l’allaitement plus difficile à démarrer et à maintenir au delà de 24 semaines.

Argument (English):

Women in this cohort who had epidurals were less likely to fully breastfeed their infant in the few days after birth and more likely to stop breastfeeding in the first 24 weeks.

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ allaitement ; péridurale

Auteur·e de cette fiche :

Bernard Bel — 07 Jan 2007

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, https://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)