Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Actuellement 3043 fiches
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=2129

Créée le : 18 Feb 2008
Modifiée le : 02 Mar 2008

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Spécialisé

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Maternal obesity: can pregnancy weight gain modify risk of selected adverse pregnancy outcomes? Am J Perinatol. 2007 May;24(5):291-8. Epub 2007 May 18.

Auteur·e(s) :

Jain NJ, Denk CE, Kruse LK, Dandolu V.

Année de publication :

2007

URL(s) :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17514601?

Résumé (français)  :

Obésité maternel: la prise de poids pendant la grossesse modifie-t-elle le risque de complications?

L’Institut of Medicine (IOM) recommande l’ajustement de la prise de poids maternelle en fonction de l’indice de masse corporelle (IMC) avant la grossesse, ce qui pourrait améliorer les résultats de la grosssesse pour la mère et pour l’enfant. Les auteurs de cette étude évaluent si les risques de la grossesse tels que: taux de césarienne pour les femmes primipares et pour les femmes multipares, macrosomie, et allaitement à 10 semaines post partum sont modifiés par le suivi des recommandations de l’IOM sur la prise de poids pendant la grossesse, quel que soit l’IMC avant la grossesse.

Une équipe du New Jersey Pregnancy Risk Assessment Monitoring System a interviewé un échantillon de femmes qui ont accouché d’enfant vivants dans le New Jersey entre 2002 et 2005 (n=7661). Dans le New Jersey, 18% des femmes étaient obèses, 13% étaient en surpoids et 16% en dessous du poids normal [underweight].

L’analyse de régression logistique après contrôle des caractéristiques maternelles a montré que: l’obésité avant grossesse avec gain de poids de plus de 15kg augmente de façon indépendante et significative le risque de chacun des quatres mauvais résultats. Il n’y a aucune différence significative sur ces quatre résultats entre une prise de poids de 11-15kg et une prise de poids de 7-11kg.

Ces résultats valident l’hypothèse que les recommandations de l’IOM (éducation avant la conception sur l’importance d’un IMC optimum au début de la grossesse) favorisent une amélioration de l’issue de la grossesse pour les femmes obèses ou en surpoids.

Abstract (English)  :

Reports by the Institute of Medicine (IOM) recommend that gestational weight gain goals should be modified according to prepregnancy body mass index (BMI), which could result in better maternal and infant outcomes. The authors assessed whether the risk of the pregnancy outcomes such as rate of cesarean section to primiparous and multiparous women, macrosomia, and breastfeeding at 10 weeks postpartum can be modified by following the IOM guidelines for gestational weight gain irrespective of prepregnancy BMI. Staff from the New Jersey Pregnancy Risk Assessment Monitoring System interviewed a sample of women who delivered live births in New Jersey during 2002 through 2005 (n = 7661). In New Jersey, 18% of mothers were obese, 13% were overweight, and 16% were underweight. In logistic regression analyses, after controlling for maternal characteristics, the effect of prepregnancy obesity and weight gain more than 34 lb independently and significantly increased the risk of all four adverse outcomes. For no outcomes was the 25- to 34-pound weight gain category significantly distinguishable from the 16- to 24-pound reference category. These results strongly support the idea that the IOM weight gain recommendation (education during preconception regarding the importance of optimal BMI at the start of pregnancy) will help to achieve better pregnancy outcomes in obese and overweight women.

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

--je demande relecture/ retraduction de ce résumé, le sens des conclusions m’échappe--

Obésité avant grossesse avec prise de poids de plus de 15 kg augmente significativement les risques de: césarienne pour primipares et multipares, macrosomie, et (non-) allaitement à 10 semaines. Par contre, pas de différence entre prises de poids 7-11kg et prise de poids 11-15 kg. Conclusion (pas évident de comprendre d’où elle vient): il vaut mieux informer les femmes avant la grossesse qu’un bon indice de masse corporel est meilleur.

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ césarienne ; macrosomie ; poids maternel

Auteur·e de cette fiche :

Emmanuelle Phan — 18 Feb 2008

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, https://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)