Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=2313

Créée le : 18 Feb 2009
Modifiée le : 05 Mar 2010

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Y a-t-il des grossesses et des accouchements à bas risque ? Gynécologie Obstétrique & Fertilité xxx 2009;37:195-199

Auteur·e(s) :

C.Colmant, R.Frydman

Année de publication :

2009

URL(s) :


https://doi.org/10.1016/j.gyobfe.2008.07.020

Résumé (français)  :

1. INTRODUCTION
La définition la plus courante du risque évoque le danger
éventuel plus ou moins prévisible. Ce caractère de prévisibilité
étant déterminant pour celui qui souhaite agir en amont de la
survenue même du danger, et ce dans une volonté toute
prométhéenne de faire en sorte que l’inéluctable ne se réalise
pas.
L’accouchement ne peut être définitivement considéré
comme normal que deux heures après la naissance car des
complications peuvent survenir à tout moment sans que rien ne
permette de les prévoir, tel est le postulat de la réflexion
obstétricale française.
Mais, il en est ainsi de toute situation à risque. Du fait du
principe de précaution médicale fort à la mode, dans notre pays,
on oublie une autre conception du risque de la grossesse et de
l’accouchement, lesquels dans de nombreux autres pays sont
considérés comme un processus a priori physiologique [1] qui
ne nécessite pas d’intervention médicale sauf dans des
situations particulières prévisibles.
Peut-on définir le degré de risques d’une grossesse ou d’un
accouchement ? Il faut le croire, puisque le plan de périnatalité définit trois types de niveau de risque différents. Dans ces
conditions, est-il licite d’envisager des lieux d’accouchement
appelés maisons de naissance, qui seraient réservées à des
grossesses à risque d’être ?

Abstract (English)  :

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

Voir aussi commentaires du Ciane publiés dans la même revue et réponse de l’auteur

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ lieu de naissance ; accouchement à domicile ; maisons de naissance

Auteur·e de cette fiche :

Emmanuelle Phan — 18 Feb 2009

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)