Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Actuellement 3059 fiches
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=2350

Créée le : 30 Dec 2009
Modifiée le : 30 Dec 2009

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Du mode d’accouchement à l’incontinence Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction Vol 34, N° 8 - décembre 2005 pp. 739-744

Auteur·e(s) :

X. Fritel

Année de publication :

2005

URL(s) :

http://www.em-consulte.com/article/138447
https://doi.org/JGYN-12-2005-34-8-0368-2315-101019-200506157

Résumé (français)  :

(voir aussi lien texte intégral)
Depuis les débuts de l’enseignement de l’Obstétrique, l’accouchement est considéré comme la cause principale des troubles de la statique pelvienne. Les travaux épidémiologiques confirment généralement la prévalence plus importante de l’incontinence urinaire ou fécale après un accouchement.

L’analyse des données disponibles amène aux observations suivantes. L’incontinence urinaire par impériosité n’est pas associée au nombre de grossesses ou au mode d’accouchement. À âge égal, l’incontinence urinaire d’effort est plus fréquente chez les femmes accouchées par césarienne que chez les femmes sans enfants. À âge égal et parité égale, l’incontinence urinaire d’effort est plus fréquente chez les femmes accouchées par voie basse que chez celles accouchées par césarienne. Cependant cette différence disparaît avec l’âge, alors que l’incontinence urinaire d’effort apparue en cours de grossesse reste un facteur de risque 15 ans plus tard. Le seul essai randomisé disponible monte une prévalence supérieure de l’incontinence urinaire d’effort dans le groupe voie basse à 3 mois de l’accouchement, mais cette différence disparaît à 2 ans. L’incontinence fécale est plus fréquente après un accouchement surtout s’il est compliqué d’un forceps ou d’un périnée complet. Cependant à distance de l’accouchement la prévalence de l’incontinence fécale est similaire que l’accouchement ait été spontané, par forceps ou par césarienne.

Il existe donc un impact certain du mode d’accouchement sur la continence. Cependant, à distance de l’accouchement, l’influence de la grossesse et de l’accouchement s’amenuisent ; soit il existe un processus de réparation, soit la part des autres facteurs de risques (l’âge, la qualité des tissus) deviennent prépondérante. Le bénéfice sur la continence que pourrait apporter une césarienne programmée n’est pas démontré.

Abstract (English)  :

From delivery mode to incontinence.
Vaginal delivery has been considered to be the main cause of pelvic static disorders since obstetric is taught. Epidemiological studies generally confirm the greater prevalence of urinary or fecal incontinence after delivery.

Analysis of available data lead to the following observations. Urge urinary incontinence is not associated with the number of pregnancies or the mode of delivery. At age equivalence, stress urinary incontinence is more frequent among women who delivered by C-section compared with women without children. Also at age equivalence, stress incontinence is more frequent in women who delivered by the vaginal route compared with those who had C-section. This difference disappears with age, while stress urinary incontinence during pregnancy is a risk factor 15 days later. The only published randomized trial demonstrated a higher prevalence of stress urinary incontinence three months after delivery in the vaginal route group, but this difference disappeared at two years.

Fecal incontinence is more frequent after delivery, especially in the event of forceps delivery. Nevertheless late after delivery, the prevalence of fecal incontinence is similar between spontaneous vaginal, forceps, or C-section delivery.

The mode of delivery thus has an impact on continence. However, late after delivery, the influence of pregnancy and delivery fades out either due to a process of repair or via the intermediary of other predominant risk factors (age, tissue quality). The beneficial effect of programmed C-section on continence has not been demonstrated.

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ césarienne ; extraction instrumentale ; incontinence/prolapsus

Auteur·e de cette fiche :

Emmanuelle Phan — 30 Dec 2009

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, https://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)