Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Actuellement 3045 fiches
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=2376

Créée le : 24 Mar 2010
Modifiée le : 24 Mar 2010

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Incontinences urinaires et anales post-obstétricales : facteurs de risque et prévention Gynécologie Obstétrique & Fertilité Volume 32, numéro 6 pages 540-548 (juin 2004)

Auteur·e(s) :

O. Dupuis, P.Madelenat, R.-C. Rudigoz

Année de publication :

2004

URL(s) :

http://www.em-consulte.com/article/25833
https://doi.org/10.1016/j.gyobfe.2004.02.020

Résumé (français)  :

Objectif. - Réaliser une revue de la littérature concernant les risques et la prévention des incontinences urinaire et anale survenant après un accouchement.

Méthode. - Une revue de la littérature internationale a été effectuée entre 1999 et 2003 en utilisant le site de la National Library of Medicine et les mots clés : « fecal incontinence and delivery » et « urinary incontinence and delivery ».

Résultats. - Cinq cent un articles concernent ce sujet. La plupart sont des études rétrospectives, dont deux concernent des registres régionaux ou nationaux de très grande taille. Ces deux études analysent 2 886 126 accouchements et ont démontré que les principaux facteurs de risque de déchirure périnéale sont : la primiparité, le poids du nouveau-né, les présentations postérieures, la prolongation de la deuxième phase du travail et les extractions instrumentales. Les autres études ont démontré que des taux d’épisiotomie supérieurs à 30 % n’ont pas d’impact bénéfique en terme périnéal ; l’épisiotomie médiane est délétère et multiplie par 2 à 22 le risque de périnée complet. Seules six études contrôlées randomisées ont été publiées. Elles concluent au bénéfice de la kinésithérapie périnéale pratiquée pendant la grossesse (diminution du risque d’incontinence urinaire à trois mois de 32 à 20 %, p < 0,18) ; au bénéfice modéré de la césarienne programmée sur le risque d’incontinence urinaire (diminution du risque d’incontinence urinaire de 7 à 4 %, RR : 0,62, IC 95 % [0,41-0,93]) et à l’absence d’effet bénéfique de la césarienne programmée sur le risque d’incontinence anale. Enfin la seule étude contrôlée randomisée publiée à ce jour sur les techniques de réfection périnéale conclut à l’absence de différence significative entre la technique « end-to-end » par rapport à la technique d’« overlap ».

Conclusion. - Les facteurs de risque des lésions périnéales, aujourd’hui bien connus, rendent nécessaire la réalisation d’études, contrôlées et randomisées « interventionnelles » qui permettront de choisir les meilleures techniques de prévention et de réparation du périnée

Abstract (English)  :

Objective. - This study was undertaken to review the available data on urinary and fecal incontinence and theirs association with maternal as well as fetal per partum characteristics.

Method. - A Pubmed (Medline®) search performed between 1999 and 2003 using “urinary incontinence and delivery” and “fecal incontinence and delivery” identified 501 relevant papers. Most of them are retrospective analyses whereas few are randomized controlled trials (RCT).

Results. - Two studies performed with computer-stored databases analyzed the risk factors of incontinence among 2 886 126 deliveries. Primiparity, birthweight over 4000 g and all types of assisted vaginal deliveries significantly increased the risk of anal sphincter damage. Results concerning the effect of episiotomy are conflicting. Controlled randomized trials have shown that pelvic floor muscle training during pregnancy as well as planned cesarean section significantly and moderately decrease the risk of urinary incontinence. The only RCT available has shown that planned cesarean section did not reduce significantly incontinence of flatus. Finally the only trial that compare surgical techniques used to repair the anal sphincter did not show any significant difference.

Conclusion. - Risk factors for anal sphincter damage during delivery are well known. RCT focusing on how to prevent and how to cure fecal as well as urinary incontinence are urgently needed.

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ épisiotomie

Auteur·e de cette fiche :

Emmanuelle Phan — 24 Mar 2010

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, https://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)