Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=2413

Créée le : 06 May 2010
Modifiée le : 06 May 2010

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

En Belgique francophone: philosophie du calcul du risque pour la trisomie 21 et informations aux futurs parents Revue de médecine périnatale Volume 1, Number 4 / décembre 2009

Auteur·e(s) :

S. Alexander1 , L. Roegiers2, M. Sommer3 et Service éducation à la santé ONE

Année de publication :

2009

URL(s) :

http://springerlink.com/content/24832m5410560516/
https://doi.org/10.1007/s12611-009-0036-1

Résumé (français)  :

Introduction — problèmes conceptuels L’information à donner aux futurs parents avant les tests de calcul de risque pour la trisomie 21 est très complexe, en raison notamment de la rapidité avec laquelle le dépistage s’est mis en place, de la difficulté à gérer les faux-négatifs, les fauxpositifs et les fausses couches induites. S’ajoute à cela qu’un dépistage implicite se fait inévitablement et, finalement, que l’acceptation de la trisomie est éminemment variable.
Identification des difficultés sur le terrain Dans ce contexte, l’agence belge francophone de protection maternelle et infantile, l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE), a cherché de manière qualitative à identifier les difficultés perçues au niveau des consultations prénatales. Quatre avaient trait à l’implémentation: la tentation du « package complet » ou tentation de considérer que le fait d’accepter le calcul du risque implique un accord d’IMG; la difficulté de faire comprendre les limites du test et la frustration lors d’événements indésirables dans les examens invasifs; le jugement a priori sur les intentions des futurs parents et les limitations d’accès aux personnes moins instruites, ne parlant pas la langue. S’ajoutent deux difficultés d’ordre technique et financier: la difficulté de choisir le test le plus performant et le coût du Fish rapide.
Réponses proposées Une brochure a été développée au départ de brochures existant dans d’autres pays, notamment le Royaume-Uni. Après plusieurs versions testées, la version actuelle est relativement longue et insiste sur le fait, qu’à trois moments, les parents peuvent exercer un choix: celui du calcul de risque, celui du test diagnostique, celui en cas de caryotype anormal.
Discussion Une réévaluation sur le terrain montre que la brochure est bien reçue, mais ne résout pas toutes les difficultés; parmi celles qui subsistent, il y a les barrières linguistiques, les parents qui veulent décider sans recevoir d’information, et à l’inverse ceux qui ne souhaitent pas faire de choix. Les soignants sont indiscutablement satisfaits, notamment parce que la brochure formalise les complexités et les difficultés de ce dépistage.

Abstract (English)  :

ntroduction — Conceptual issues The provision of appropriate information to pregnant women and their partners, in relation to screening for Down’s syndrome reveals itself a complex task for caregivers. Difficulties are related to the rapidity with which testing has developed, to the poor quality of the test, to the fact that some degree of implicit testing takes place and to the nature of the condition itself.
Identification of difficulties in the field Within this context, the Belgian French speaking Agency for Maternal and Child Welfare, the ONE, attempted using qualitative methods to identify difficulties perceived by the care-providers in the antenatal clinics. Four were related to implementation: the temptation of «full package», i.e.: «Why accept screening but refuse diagnostic tests or even terminations»; difficulties in explaining false negatives, false positive and frustration when undesirable effects occurred; a priori judgment on the woman’s intentions; and limitations related to language or to educational attainment. Two more difficulties were identified more related to financial and technical constraints: the choice of the best performing test, and the additional cost of the rapid Fish test.
Solutions offered An information leaflet was developed, largely inspired by existing leaflets, in particular the ones from the UK NHS. Various versions were tested in antenatal clinics, ending with the present one, which is relatively long and insists on the fact that the woman has three separate moments when she can exercise her choice: screen or not, if positive: diagnosis or not, and if again positive: accept, adopt or terminate.
Discussion A new evaluation in the field has shown that the leaflet is useful but that problems remain. Among these there are linguistic barriers, people with learning difficulties, parents who want to decide without receiving information, as well as parents who would prefer caregivers to make decisions. Caregivers are uniformly satisfied, mainly because the brochure is explicit about the complexities and limitations of the present screening procedure.

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ dépistage

Auteur·e de cette fiche :

Emmanuelle Phan — 06 May 2010

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)