Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 
 Español 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Actuellement 3076 fiches
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=2633

Créée le : 28 Oct 2015
Modifiée le : 27 Nov 2018

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Spécialisé

Notice bibliographique (sans auteurs) :

A longitudinal study of women’s memory of labour pain—from 2 months to 5 years after the birth - BJOG: An International Journal of Obstetrics & Gynaecology - Vol. 116, 4 - ISBN: 1471-0528 - p.577-583

Auteur·e(s) :

Waldenström, U ; Schytt, E

Année de publication :

2009

URL(s) :

https://obgyn.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.…
https://doi.org/10.1111/j.1471-0528.2008.02020.x

Résumé (français)  :

Objectif
Examiner la mémoire de la douleur du travail à 2 mois, 1 an et 5 ans après l’accouchement et son association avec l’utilisation de l’analgésie péridurale et l’évaluation globale de l’accouchement.

Conception
Observation longitudinale.

Installation
Tous les hôpitaux en Suède.

Population
1333 femmes recrutées lors de leur première visite prénatale et ayant fourni des données complètes jusqu’à 5 ans après la naissance.

Méthodes
Questionnaires postaux au deuxième trimestre et deux mois, un an et cinq ans après la naissance. Principales mesures des résultats La mémoire de la douleur au travail mesurée par une échelle d’évaluation en sept points (1 = pas de douleur du tout, 7 = la pire douleur imaginable).

Résultats
La douleur liée au travail a diminué pendant la période d’observation, mais pas chez les femmes ayant eu une expérience globale d’accouchement négative. Les femmes ayant eu une analgésie péridurale ont signalé des scores de douleur plus élevés à tous les temps, suggérant que ces femmes se souviennent de la « douleur maximale ».

Conclusions
Il y avait une variation individuelle significative dans le souvenir de la douleur du travail. Dans le petit groupe de femmes qui sont globalement insatisfaites de l’accouchement, la mémoire de la douleur semble jouer un rôle important plusieurs années après l’événement. Ces résultats remettent en question l’idée selon laquelle les douleurs du travail n’ont que peu d’influence sur la satisfaction ultérieure à l’accouchement. La douleur pendant le travail et la mémoire à long terme de la douleur sont discutées comme deux résultats distincts impliquant des systèmes de mémoire différents.

Abstract (English)  :

Objective
To investigate the memory of labour pain at 2 months, 1 year and 5 years after childbirth and its association with the use of epidural analgesia and overall evaluation of childbirth.

Design
Longitudinal observational.

Setting
All hospitals in Sweden.

Population
One thousand three hundred eighty-three women, who were recruited at their first antenatal visit and who provided complete data up to 5 years after the birth.

Methods
Postal questionnaires in the second trimester and 2 months, 1 year and 5 years after the birth. Main outcome measures Memory of labour pain measured by a seven-point rating scale (1 = no pain at all, 7 = worst imaginable pain). Results Memory of labour pain declined during the observation period but not in women with a negative overall experience of childbirth. Women who had epidural analgesia reported higher pain scores at all time points, suggesting that these women remember ‘peak pain’.

Conclusions
There was significant individual variation in recollection of labour pain. In the small group of women who are dissatisfied with childbirth overall, memory of pain seems to play an important role many years after the event. These findings challenge the view that labour pain has little influence on subsequent satisfaction with childbirth. In-labour pain and long-term memory of pain are discussed as two separate outcomes involving different memory systems.

Sumário (português)  :

Resumen (español)  :

Texte intégral (public) :

Remarques :

Argument (français) :

Les femmes ayant eu une analgésie péridurale ont signalé des scores de douleur plus élevés à tous les temps, suggérant que ces femmes se souviennent de la « douleur maximale ».

Argument (English):

Women who had epidural analgesia reported higher pain scores at all time points, suggesting that these women remember ‘peak pain’.

Argumento (português):

Mulheres com analgesia epidural relataram maiores escores de dor em todos os momentos, sugerindo que essas mulheres lembram-se da “dor máxima“.

Argumento (español):

Mots-clés :

➡ douleur ; stress post-traumatique

Auteur·e de cette fiche :

Import 28/10/2015 — 28 Oct 2015
➡ dernière modification : Bernard Bel — 27 Nov 2018

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, https://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)