Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=2697

Créée le : 19 Mar 2016
Modifiée le : 16 Jan 2018

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Spécialisé

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Metaphysical Violence and Medicalized Childbirth - International Journal of Applied Philosophy - Vol. 27, 1 - p.101-111

Auteur·e(s) :

Wolf, Allison B.

Année de publication :

2013

URL(s) :

https://www.pdcnet.org/pdc/bvdb.nsf/purchase?openf…
https://doi.org/10.5840/ijap20132719

Résumé (français)  :

Les relations entre l’accouchement médicalisé et la violence ont été soulignées par les féministes. Par exemple, la littérature abonde de cas de césariennes ordonnées par la justice, d’intimidation en salle de naissance, de femmes souffrant de stress-post traumatique lié à leur accouchement. L’approche la plus commune du sujet est d’évaluer dans quelle mesure ces accusations sont exactes.

Dans cet article, l’auteure propose une autre approche. Au lieu de tenter de confirmer ou réfuter les descriptions de violence à l’accouchement, elle pose que pour comprendre de quelle façon la violence est liée à l’accouchement médicalisé, il faut d’abord repérer l’existence d’une autre forme de violence qui n’a pas été reconnu ou discutée jusqu’à ce jour: la violence métaphysique.

Le premier but de cet article est de définir cette autre forme de violence, et de suggérer “places where the routine practices of medicalized childbirth perpetuate“ et les possibilités de s’y opposer.

Abstract (English)  :

Feminists have highlighted various ways in which medicalized childbirth is connected to violence. For example, the literature is replete with
examples of court-ordered Cesarean sections, intimidation in the delivery
room, women diagnosed with post-traumatic stress disorder as a result of
their childbirth experiences.

The most common approach to the accusations about the connections between medicalized childbirth and violence has been to investigate the degree to which the evidence bears out their accuracy. In this essay, the author takes a different course;

instead of trying to confirm or refute reports of violence in childbirth, she posits that understanding the ways in which violence is connected to medicalized childbirth requires us to note the existence of another form of violence that has not been recognized or discussed up to this point – metaphysical violence. The primary focus of this essay is to define that other form of violence as well as to suggest places where the routine practices of medicalized childbirth perpetuate it and possible ways to resist it.

Sumário (português)  :

Remarques :

Philosophie. Dans cet article, l’accouchement médicalisé est un accouchement au cours duquel
on applique des protocoles de routine, notamment: le fait que ce sont les soignants qui
déclarent que le travail a commencé, les blouses de l’hôpital, les touchers vaginaux, le
monitoring foetal continu, la péridurale par défaut.

L’auteur introduit la violence métaphysique comme une forme de violence “directed at the
very being and self of the victim“ (l’être et le soi?), et qui peut être visible
(“subjective“), lorsqu’elle constitue une déviation de la normalité; ou camouflée
(“objective“) lorsqu’elle semble normale, est inhérente au système.

L’article ne remet pas en cause le bien fondé de la médicalisation en routine de
l’accouchement et n’évoque pas la possibilité de diminuer cette violence : l’accouchement
médical fonctionne comme prévu, violence comprise. La reconnaissance de la violence métaphysique permet d’aider les femmes que cette violence traumatise.

Argument (français) :

La reconnaissance de la violence métaphysique permet d’aider les femmes que cette violence traumatise.

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ violences gynécologiques et obstétricales violence obstétricale ; iatrogénie ; protocoles ; santé publique ; traumatismes ; déontologie

Auteur·e de cette fiche :

Import 19/03/2016 — 19 Mar 2016
➡ dernière modification : Bernard Bel — 16 Jan 2018

Articles apparentés
Ciblé par #3059   Marie-Laure Franeczek (2018). Violence obstétricale : essai de définition à partir de la littérature scientifique. Mémoire de gynécologie et obstétrique. ➡ https://afar.info/id=3059
Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)