Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=2701

Créée le : 09 Apr 2016
Modifiée le : 05 Jan 2018

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Outcomes of physiological and active third stage labour care amongst women in New Zealand - Midwifery - Vol. 29, 1 - ISBN: 0266-6138, 1532-3099 - p.67-74

Auteur·e(s) :

Dixon, Lesley; Tracy, Sally K.; Guilliland, Karen; Fletcher, Lynn; Hendry, Chris; Pairman, Sally

Année de publication :

2013

URL(s) :

http://www.midwiferyjournal.com/article/S026661381…
https://doi.org/10.1016/j.midw.2011.11.003

Résumé (français)  :

Abstract (English)  :

Background
during the third stage of labour there are two approaches for care provision – active management or physiological (expectant) care. The aim of this research was to describe, analyse and compare the midwifery care pathway and outcomes provided to a selected cohort of New Zealand women during the third stage of labour between the years 2004 and 2008. These women received continuity of care from a midwife Lead Maternity Carer and gave birth in a variety of birth settings (home, primary, secondary and tertiary maternity units).
Methods
retrospective aggregated clinical information was extracted from the New Zealand College of Midwives research database. Factors such as type of third stage labour care provided; estimated blood loss; rate of treatment (separate to prophylaxis) with a uterotonic; and placental condition were compared amongst women who had a spontaneous onset of labour and no further assistance during the labour and birth. The results were adjusted for age, ethnicity, parity, place of birth, length of labour and weight of the baby.
Findings
the rates of physiological third stage care (expectant) and active management within the cohort were similar (48.1% vs. 51.9%). Women who had active management had a higher risk of a blood loss of more than 500 mL, the risk was 2.761 when a woman was actively managed (95% CI: 2.441–3.122) when compared to physiological management. Women giving birth at home and in a primary unit were more likely to have physiological management. A longer labour and higher parity increased the odds of having active management. Manual removal of the placenta was more likely with active management (0.7% active management – 0.2% physiological p<0.0001). For women who were given a uterotonic drug as a treatment rather than prophylaxis a postpartum haemorrhage of more than 500 mL was twice as likely in the actively managed group compared to the physiological managed group (6.9% vs. 3.7%, RR 0.54, CI: 0.5, 0.6).
Conclusions
the use of physiological care during the third stage of labour should be considered and supported for women who are healthy and have had a spontaneous labour and birth regardless of birth place setting. Further research should determine whether the use of a uterotonic as a treatment in the first instance may be more effective than as a treatment following initial exposure prophylactically.

Sumário (português)  :

Texte intégral (private) :

 ➡ Accès sous autorisation

Remarques :

Cette étude est une étude de cohorte qui a utilisé les données de
l’enregistrement national néozélandais. Chaque sage-femme remplit ce dossier
pour les accouchements qu’elle accompagne car c’est une des conditions pour
recevoir ses indemnités. C’est une base de données très complète.
Les chiffres sont tirés des années 2004 à 2008. Il n’y a pas eu de changements
dans les protocoles/recommandations concernant la gestion de la délivrance
pendant ces années.
Sont retenues tous les dossiers des femmes qui ont eu un travail spontané,
sans autre médication ou intervention en dehors de la délivrance dirigée.
Les SF sont LMC pour ces dossiers, c.a.d. Lead Maternity Carer, elles ont fait
un accompagnement global. Selon le désir des femmes/couples et selon la
situation géographique parfois, les naissances ont eu lieu au domicile, en
centre de santé 1e , 2e, 3e.
L’étude rétrospective, descriptive a analysé la manière dont les sages-femmes
ont géré la délivrance, gestion active : GA ou gestion physiologique : GP et
ses résultats en terme de quantité de pertes et besoin de traitement. Les
pertes ont été évalué plus que mesuré, de la même façon dans les deux types de
gestion, car ce sont les mêmes SF qui sont intervenues.
Les SF néozélandaises sont familières avec les deux méthodes, elles
recueillent le consentement des parents pour avoir recours a l’une ou l’autre.
Au besoin elles administrent une dose d’oxytocine curative, indépendamment du
choix des parents.
Dans les résultats on note environ 48% des dossiers avec une GP et 52% GA.
Dans les GP plus de AAD et centres de santé 1e. Dans les GA une parité plus
importante et des durée de W plus longues. Des délivrances artificielles DA
pour 0,2% des GP contre 0,7% des GA. Besoin pour une dose curative d’ocytocine
3,7% des GP contre 6,9% des GA.
Total dossiers : 88781 dont 23752 retenues pour l’etude.
Variables étudiés : type gestion GP / GA ; pertes ; traitement curatif par
uterotonic ; lieu ; poids du bébé ; durée du W ; parité ; âge ; ethnie ;
condition placenta.
La table 1 page 70 reprend tous les variables en chiffres absolu et
pourcentages, selon le mode de gestion de la délivrance. Quelques différences
entre les deux groupes : moins de IP pour la GP…
La table 3 p 70 donne type de gestion et besoin de TT curatif (TTc) selon le
lieu. AAD : 75% de GP+6,8% TTc / 16% GA+2,3%TTc et centre de santé 3e plus de
GA, 60,6%.
La table 7 p 71 montre la relation entre type de gestion // pertes PPH >500ml
et nombre de traitements curatifs. Pour la GP 3,7% de PPH avec 13,2% de TTc,
pour la GA 6,9% de PPH avec 7,8% de TTc. L’hypothes est émis que , lorsqu’on
donne un TTc sur un utérus qui a déjà reçu un traitement, ce traitement est
moins efficace, d’ou une augmentation du nombre de PPH. Il est discuté que
chez des femmes en bonne santé, on ne devrait peut-être pas qualifier de PPH
des pertes avant 1000 ml.
La conclusion des auteurs : la GP peut être proposée et conseillée pour les
femmes en santé avec un travail et accouchement spontané , peu importe le
lieu.

Commentaire : Donc c’est une étude qui peut être utilisé pour discuté la
gestion de la délivrance lors d’accouchement physiologique en MDN ou au
domicile. (HJ)

Argument (français) :

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ physiologie ; hémorragie postpartum ; ocytocine (Syntocinon) ; ocytocine-delivrance

Auteur·e de cette fiche :

Import 09/04/2016 — 09 Apr 2016

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)