Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=2836

Créée le : 28 Nov 2017
Modifiée le : 11 Jan 2018

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Accouchement inopiné extrahospitalier : prise en charge et facteur de risque, Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction Volume 45, Issue 3, March 2016, Pages 285-290

Auteur·e(s) :

M.Billon, G.Bagou, L.Gaucher, G.Comte, M.Balsan, R.-C.Rudigoz, C.Dupont

Année de publication :

2016

URL(s) :

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S…
https://doi.org/10.1016/j.jgyn.2015.04.001

Résumé (français)  :

Le but est d’estimer la fréquence des accouchements inopinés extrahospitaliers (AIE), décrire la prise en charge à domicile ainsi que les complications survenues, et identifier leurs facteurs de risque.

Matériels et méthodes

Étude rétrospective cas-témoins du 1er janvier 2012 au 31 décembre 2012 sur l’agglomération lyonnaise. Les cas ont été identifiés à partir du registre du service aide médicale d’urgence 69 (SAMU 69) et les témoins à partir du registre des naissances de la maternité correspondante au cas, en recrutant deux témoins par cas.

Résultats

La fréquence des AIE était de 0,3 % [0,2–0,4]. À domicile, l’administration prophylactique d’oxytocine était réalisée dans 18,3 % [9,31–27,3] des cas et la prévention de l’hypothermie néonatale était effectuée dans 45,7 % [34,1 %–57,3 %] des cas. La multiparité [OR : 3,43 (1,65–7,23)], une situation de précarité [OR : 37,63 (5,02–7,81)] et le non-suivi de la grossesse [OR : 3,36 (2,72–4,15)] étaient des facteurs de risque d’AIE.

Conclusion

Les pratiques de prévention de l’hémorragie du post-partum et celles de l’hypothermie néonatale à domicile peuvent être améliorées. La précarité et moins de trois consultations programmées constitueraient des points de vigilance pendant le suivi de la grossesse pour les équipes médicales.

Abstract (English)  :

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

Les pratiques de prévention de l’hémorragie du post-partum et celles de l’hypothermie néonatale à domicile peuvent être améliorées.

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ lieu de naissance ; accouchement inopiné à domicile ; santé publique ; hémorragie postpartum ; morbidité

Auteur·e de cette fiche :

Alison Passieux — 28 Nov 2017
➡ dernière modification : Bernard Bel — 11 Jan 2018

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)