Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=2870

Créée le : 05 Jan 2018
Modifiée le : 05 Jan 2018

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Moving beyond disrespect and abuse: addressing the structural dimensions of obstetric violence. Reproductive Health Matters. Volume 24, 2016 - Issue 47. Pages 47-55

Auteur·e(s) :

Michelle Sadler, Mário JDS Santos, Dolores Ruiz-Berdún, Gonzalo Leiva Rojas, Elena Skoko, Patricia Gillen & Jette A Clausen

Année de publication :

2016

URL(s) :

http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1016/j.rhm.…
https://doi.org/10.1016/j.rhm.2016.04.002

Résumé (français)  :

Ces dernières décennies, un excès croissant et préoccupant d’interventions médicales pendant l’accouchement, même dans des naissances physiologiques et sans complications, parallèlement à une multiplication de pratiques violentes et irrespectueuses à l’égard des femmes pendant l’accouchement, a été rapporté de par le monde. En dépit de recherches et de décisions politiques pour corriger ces problèmes, il s’est révélé difficile de changer les pratiques obstétricales. Nous avançons que le taux excessif d’interventions médicales et le manque de respect à l’égard des parturientes devraient être analysés comme conséquence de la violence structurelle et que le concept de violence obstétricale, tel qu’il est utilisé dans l’activisme latino-américain de l’accouchement et dans les documents juridiques, peut être un outil précieux pour s’attaquer à la violence structurelle dans les soins maternels, comme les taux élevés d’intervention, les soins non consentis, le manque de respect et d’autres abus.

Abstract (English)  :

During recent decades, a growing and preoccupying excess of medical interventions during childbirth, even in physiological and uncomplicated births, together with a concerning spread of abusive and disrespectful practices towards women during childbirth across the world, have been reported. Despite research and policy-making to address these problems, changing childbirth practices has proved to be difficult. We argue that the excessive rates of medical interventions and disrespect towards women during childbirth should be analysed as a consequence of structural violence, and that the concept of obstetric violence, as it is being used in Latin American childbirth activism and legal documents, might prove to be a useful tool for addressing structural violence in maternity care such as high intervention rates, non-consented care, disrespect and other abusive practices.

Sumário (português)  :

Durante as últimas décadas, houve excesso crescente e preocupante de intervenções médicas durante o parto, incluindo partos fisiológicos sem complicações, além de um aumento preocupante das práticas abusivas e desrespeitáveis ​​em relação às mulheres durante o parto em todo o mundo. Apesar das pesquisas e políticas destinadas a resolver esses problemas, foi difícil mudar as práticas relacionadas ao parto. Argumentamos que as taxas excessivas de intervenções médicas e a falta de respeito pelas mulheres durante o parto devem ser analisadas como conseqüência da violência estrutural e que o conceito de violência obstétrica, usado no ativismo relacionado ao parto e em documentos legais na América Latina, poderia ser uma ferramenta útil para abordar a violência estrutural nos cuidados maternos, tais como altas taxas de intervenção, cuidados sem consentimento, desrespeito e outras práticas abusivas.

Remarques :

Argument (français) :

Le concept de violence obstétricale peut être un outil précieux pour s’attaquer à la violence structurelle dans les soins maternels, comme les taux élevés d’intervention, les soins non consentis, le manque de respect et d’autres abus.

Argument (English):

The concept of obstetric violence might prove to be a useful tool for addressing structural violence in maternity care such as high intervention rates, non-consented care, disrespect and other abusive practices.

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ médecine factuelle ; protocoles ; violences gynécologiques et obstétricales violence obstétricale ; iatrogénie ; santé publique ; traumatismes ; stress post-traumatique ; déontologie

Auteur·e de cette fiche :

Bernard Bel — 05 Jan 2018

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)