Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Actuellement 3045 fiches
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=2882

Créée le : 08 Jan 2018
Modifiée le : 30 Dec 2018

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Perioperative patient outcomes in the African Surgical Outcomes Study: a 7-day prospective observational cohort study

Auteur·e(s) :

Prof Bruce M Biccard, Prof Thandinkosi E Madiba, PhD, Hyla-Louise Kluyts, MMed, Dolly M Munlemvo, MD, Farai D Madzimbamuto, FCA ECSA, Apollo Basenero, MBChB, Christina S Gordon, DipNursing, Prof Coulibaly Youssouf, MD, Sylvia R Rakotoarison, MD, Veekash Gobin, MD, Ahmadou L Samateh, FWACS, Chaibou M Sani, MD, Prof Akinyinka O Omigbodun, FWACS, Prof Simbo D Amanor-Boadu, FMCA, Janat T Tumukunde, MMed Anaesthesia, Tonya M Esterhuizen, MSc, Yannick Le Manach, PhD, Prof Patrice Forget, PhD, Abdulaziz M Elkhogia, FRCA, Prof Ryad M Mehyaoui, MD, Prof Eugene Zoumeno, PhD, Prof Gabriel Ndayisaba, MD, Henry Ndasi, FCS, Andrew K N Ndonga, FICS, Prof Zipporah W W Ngumi, FFARCS, Ushmah P Patel, MMed Anaesthesia, Prof Daniel Zemenfes Ashebir, MD, Akwasi A K Antwi-Kusi, FGCS, Bernard Mbwele, MSc, Hamza Doles Sama, PhD, Mahmoud Elfiky, MD, Prof Maher A Fawzy, MD, Prof Rupert M Pearse, MD

Année de publication :

2018

URL(s) :

http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/P…
https://doi.org/10.1016/S0140-6736(18)30001-1

Résumé (français)  :

Contexte

Il est nécessaire d’élargir l’accès aux traitements chirurgicaux dans les pays africains, mais les complications périopératoires représentent un fardeau majeur pour les soins de santé dans le monde. Il existe peu d’études décrivant les résultats chirurgicaux en Afrique.

Méthodes

Nous avons mené une étude de cohorte observationnelle internationale de 7 jours sur des patients âgés de 18 ans et plus subissant une intervention chirurgicale en milieu hospitalier dans 25 pays d’Afrique (Etude sur les résultats chirurgicaux en Afrique). Nous avions pour objectif de recruter autant d’hôpitaux que possible à l’aide d’une enquête par sondage sur la commodité. Nous avons également demandé les données d’au moins dix hôpitaux par pays (ou la moitié des centres chirurgicaux s’il en existait moins) ainsi que des données concernant au moins 90% des chaque site. Chaque pays a sélectionné une semaine de recrutement entre février et mai 2016. Le résultat principal était les complications postopératoires à l’hôpital, évaluées selon des critères prédéfinis et classées comme légères, modérées ou graves. Les données ont été présentées en tant que médiane (IQR), moyenne (DS) ou n (%), et comparées à l’aide de tests t. Cette étude est enregistrée dans la base de données nationale sud-africaine de recherche en santé (KZ_2015RP7_22) et dans ClinicalTrials.gov (NCT03044899).

Résultats

Nous avons recruté 11 422 patients (médiane 29 [IQR 10–70] ) dans 247 hôpitaux pendant les semaines de la cohorte nationale. Les hôpitaux desservaient une population médiane de 810 000 personnes (200 000 à 2 000 IQR), avec un nombre combiné de chirurgiens spécialistes, d’obstétriciens et d’anesthésistes totalisant 0,7 (0,2 à 1,9) pour 100 000 habitants. Les hôpitaux ont procédé chaque année à une moyenne de 212 interventions chirurgicales (IQR de 65 à 578) pour 100 000 habitants. Les patients étaient plus jeunes (âge moyen 38,5 ans [écart-type 16,1] ) et présentaient un profil de risque plus faible (score médian 1 (IQR 1–2] de la Société américaine des anesthésiologistes) par rapport aux pays à revenu élevé. 1253 patients (11%) étaient infectés par le VIH, 6504 procédures (57%) étaient urgentes ou émergentes et la procédure la plus courante était l’accouchement par césarienne (3 792 patients, 33%). Des complications postopératoires sont survenues en 1977 (18,2%, IC 95% 17,4-18,9] ) sur 10 885 patients. 239 (21,1%) des 11 193 patients sont décédés, 225 (94,1%) après le jour de la chirurgie. L’infection était la complication la plus fréquente (1156 [10,2%] des 10 970 patients), dont 112 (9,7%) sont décédés.

Interprétation

Malgré un profil de risque faible et peu de complications postopératoires, les patients africains étaient deux fois plus susceptibles de décéder après une intervention chirurgicale que la moyenne mondiale des décès postopératoires. Les initiatives visant à accroître l’accès aux traitements chirurgicaux en Afrique devraient donc être associées à une surveillance améliorée de la détérioration de la physiologie chez les patients qui développent des complications postopératoires, ainsi qu’aux ressources nécessaires pour atteindre cet objectif.

Financement

Medical Research Council of South Africa

Abstract (English)  :

Background

There is a need to increase access to surgical treatments in African countries, but perioperative complications represent a major global health-care burden. There are few studies describing surgical outcomes in Africa.

Methods

We did a 7-day, international, prospective, observational cohort study of patients aged 18 years and older undergoing any inpatient surgery in 25 countries in Africa (the African Surgical Outcomes Study). We aimed to recruit as many hospitals as possible using a convenience sampling survey, and required data from at least ten hospitals per country (or half the surgical centres if there were fewer than ten hospitals) and data for at least 90% of eligible patients from each site. Each country selected one recruitment week between February and May, 2016. The primary outcome was in-hospital postoperative complications, assessed according to predefined criteria and graded as mild, moderate, or severe. Data were presented as median (IQR), mean (SD), or n (%), and compared using t tests. This study is registered on the South African National Health Research Database (KZ_2015RP7_22) and ClinicalTrials.gov (NCT03044899).

Findings

We recruited 11 422 patients (median 29 [IQR 10–70] ) from 247 hospitals during the national cohort weeks. Hospitals served a median population of 810 000 people (IQR 200 000–2 000 000), with a combined number of specialist surgeons, obstetricians, and anaesthetists totalling 0·7 (0·2–1·9) per 100 000 population. Hospitals did a median of 212 (IQR 65–578) surgical procedures per 100 000 population each year. Patients were younger (mean age 38·5 years [SD 16·1] ), with a lower risk profile (American Society of Anesthesiologists median score 1 [IQR 1–2] ) than reported in high-income countries. 1253 (11%) patients were infected with HIV, 6504 procedures (57%) were urgent or emergent, and the most common procedure was caesarean delivery (3792 patients, 33%). Postoperative complications occurred in 1977 (18·2%, 95% CI 17·4–18·9] ) of 10 885 patients. 239 (2·1%) of 11 193 patients died, 225 (94·1%) after the day of surgery. Infection was the most common complication (1156 [10·2%] of 10 970 patients), of whom 112 (9·7%) died.

Interpretation

Despite a low-risk profile and few postoperative complications, patients in Africa were twice as likely to die after surgery when compared with the global average for postoperative deaths. Initiatives to increase access to surgical treatments in Africa therefore should be coupled with improved surveillance for deteriorating physiology in patients who develop postoperative complications, and the resources necessary to achieve this objective.

Funding

Medical Research Council of South Africa

Sumário (português)  :

Texte intégral (public) :

Remarques :

Argument (français) :

Les initiatives visant à accroître l’accès aux traitements chirurgicaux en Afrique devraient être associées à une meilleure surveillance de la détérioration de la physiologie chez les patients qui développent des complications postopératoires et des ressources nécessaires pour atteindre cet objectif.

Argument (English):

Initiatives to increase access to surgical treatments in Africa should be coupled with improved surveillance for deteriorating physiology in patients who develop postoperative complications, and the resources necessary to achieve this objective.

Argumento (português):

Iniciativas para aumentar o acesso a tratamentos cirúrgicos na África devem ser combinadas com uma melhor vigilância para a fisiologia deteriorada em pacientes que desenvolvem complicações pós-operatórias, e os recursos necessários para alcançar este objetivo.

Mots-clés :

➡ césarienne ; enquête ; santé publique ; VIH

Auteur·e de cette fiche :

Bernard Bel — 08 Jan 2018
➡ dernière modification : Bernard Bel — 30 Dec 2018

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, https://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)