Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=2923

Créée le : 07 Mar 2018
Modifiée le : 07 Mar 2018

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Complications anales durant la grossesse et le post-partum : 1re partie – Incontinence anale. Association française de formation médicale continue en hépato-gastro-entérologie

Auteur·e(s) :

Laurent Abramowitz

Année de publication :

2014

URL(s) :

http://www.fmcgastro.org/textes-postus/postu-2014/…

Résumé (français)  :

identification des facteurs de risques de lésions anales en post partum.
Les forceps et les déchirures du 3e et 4e degrés sont des facteurs de traumatismes majeurs. Ainsi :
Même s’ils sont parfois indispensables, les forceps sont, ici aussi, les principaux facteurs favorisants de lésions des sphincters anaux, avec une rupture qui est mise en évidence (lorsqu’elle est recherchée systématiquement par échographie endo-anale) dans 63 à 80 % des cas [1-2, 22] après leur utilisation (risque relatif compris entre 8 et 12 selon les séries).
En cas de déchirures du périnée stade 3 ou 4, il persiste une rupture sphinctérienne dans 40 à 100 % des cas [2, 24-26] si on la recherche par une échographie endo-anale systématique (Fig 5), alors que le sphincter externe a été suturé en fin d’accouchement. Cette persistance d’une rupture échographique est fortement liée au risque d’IA à long terme après l’accouchement [27, 28]. Nous avons par ailleurs observé [2] que les déchirures du périnée cotées stade 1 ou 2 par l’obstétricien (respectant donc en théorie le sphincter) étaient souvent associées à une rupture sphinctérienne ignorée (stade 1 : 9 ruptures sphinctériennes chez 48 parturientes et stade 2 : 4 ruptures sphinctériennes chez 4 parturientes).
Les modalités d’accouchement telles que la durée d’expulsion dépassant une heure ou une péridurale pourraient favoriser la survenue d’une rupture sphinctérienne (OR (95 % IC) avec un risque de respectivement 1,7 (1,14-2,48) et 7,7 (4-14,7)) [22].

Abstract (English)  :

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

forceps, déchirures du 3e et 4e degrés, et épisio médiane sont des facteurs de risques solides d’incontinence anale.

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ déchirures ; incontinence/prolapsus ; forceps

Auteur·e de cette fiche :

Alison Passieux — 07 Mar 2018

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)