Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=2933

Créée le : 07 Mar 2018
Modifiée le : 07 Mar 2018

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Peut-on individualiser la prise en charge de la douleur ? Douleur analg. (2016) 29:111–113

Auteur·e(s) :

H. Keita, S. Nebout et L. Ossé

Année de publication :

2016

URL(s) :

https://dea.revuesonline.com/articles/lvdea/abs/20…
https://doi.org/10.1007/s11724-016-0463-2

Résumé (français)  :

Si la plupart des césariennes se déroulent sans problème particulier, on estime à 20 % celles pour lesquelles des douleurs aiguës sévères seront observées en postopératoire et ce malgré une analgésie multimodale. En matière de douleur, il existe une variabilité individuelle importante en raison même des facteurs impliqués : physiologiques, cognitifs, culturels, sociaux, émotionnels et génétiques. Différentes approches ont été proposées pour tenter de dépister les femmes à risque de développer une douleur postopératoire significative : tests nociceptifs et/ou questionnaires psychosociologiques associés ou pas à des analyses génétiques. Même si certains résultats restent controversés, ces approches permettent aujourd’hui d’identifier en période préopératoire une population à risque sur la présence d’éléments comme : l’anxiété, le catastrophisme, un seuil nociceptif bas, une hyperalgésie ou certains polymorphismes génétiques impliqués dans la nociception ou l’efficacité des analgésiques. Si les tests nociceptifs et surtout les tests génétiques sont actuellement difficiles à mettre en œuvre, l’évaluation des facteurs psychosociaux à l’aide de questionnaires, plus ou moins complexes, apparaît comme une approche plus adaptée en routine.

Abstract (English)  :

While most cesareans are conducted without any particular problem, in nearly 20% of cases, women may present severe postoperative pain, despite adequately managed multimodal analgesia. In terms of pain, there is significant variability because of the numerous factors involved, including physiological, cognitive, cultural, social, emotional and genetic ones.

Different approaches have been proposed to identify women at risk of developing significant postoperative pain, including nociceptive tests and/or psychosocial questionnaires associated or not to genetic analyses.

Although some results remain controversial, these approaches now identify a population at risk in the presence of preoperative features such as: anxiety, catastrophism, low nociceptive threshold, hyperalgesia or certain genetic polymorphisms involved in nociception or effectiveness of analgesic drugs.

If nociceptive tests and especially genetic tests are currently difficult to implement, assessment of psychosocial factors using questionnaires, more or less complex, seems like a more appropriate routine approach.

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ césarienne ; psychologie ; douleur

Auteur·e de cette fiche :

Alison Passieux — 07 Mar 2018

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)