Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=3044

Créée le : 16 Dec 2018
Modifiée le : 20 Jan 2019

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

St-Amant, Stéphanie. “Nous Sommes Les Freebirthers.” Recherches féministes 27.1 (2014): 69.

Auteur·e(s) :

Stéphanie St-Amant

Année de publication :

2014

URL(s) :

https://www.academia.edu/7686503/Nous_sommes_les_f…

Résumé (français)  :

Pendant la quasi-totalité du temps à l’échelle de l’homo sapiens, l’enfantement et les circonstances qui l’entourent sont passés inaperçus. Et c’est encore le cas dans une large partie du monde aujourd’hui. Bien qu’il ait été entouré de rites et de pratiques magico-religieuses, l’événement de la naissance ne suscitait pas beaucoup d’attention, contrairement à ce qui se produit depuis quelques générations à peine dans les « sociétés contemporaines occidentalo-affectées », pour reprendre l’expression de la sociologue anglaise et épistémologue de l’obstétrique Jo Murphy-Lawless (1998 : 4). Pour les adeptes de l’accouchement non assisté (ANA) (freebirthers) – et j’en suis –, accoucher est une fonction normale et ordinaire de la vie du corps féminin qui n’a rien d’exorbitant (sauf situation exceptionnelle) ; enfanter seule répond à un besoin profond, atavique et mammalien d’intimité. Cependant, aux yeux de la majorité, ce choix est reçu au mieux comme un acte de courage, au pire, comme un geste de pure folie.

J’entends proposer ici un portrait sommaire de l’ANA (freebirth) ainsi qu’une réflexion sur la démarche s’appuyant sur les conclusions des rarissimes études ethnographiques et narratives menées sur cette frange radicale d’adeptes de l’enfantement naturel et à domicile en Amérique du Nord. J’y développerai une typologie thématique qui prend pour point de départ ma propre expérience articulée dans un dialogue avec le récit d’autres freebirthers qui ont rendu publics leurs témoignages et leurs histoires d’enfantement (blogues, zines, forums sur le Web, publications) dans des médias québécois. Occupant à la fois la position de chercheuse en périnatalité et d’autoethnographe par rapport à l’objet freebirth, j’ai adopté une perspective réflexive qui se nourrit inévitablement d’un argumentaire quant à la défense de cette « extrême » pratique, argumentaire que j’ai élaboré et remanié au fil des 18 dernières années, soit depuis la naissance de ma première enfant, et dont j’ai aussi l’intuition depuis mon plus jeune âge et mes tout premiers contacts avec l’univers de la naissance. Rattaché à une interrogation sociohistorique, épidémiologique et épistémologique, mon argumentaire – d’abord « intuitionné » – a trouvé sa formalisation par la rédaction d’une thèse de sémiologie proposant la « déconstruction de l’accouchement » tel qu’il est formaté depuis trois siècles par l’obstétrique-gynécologie (St-Amant 2013). La reprise à mon compte et l’extension des arguments à la défense de l’ANA relèvent sous certains aspects d’un projet autoethnographique continu, qui se poursuit toujours dix ans après cet « enfantement libre » qui a vu naître mon fils.

Abstract (English)  :

Sumário (português)  :

Texte intégral (public) :

Remarques :

Argument (français) :

J’entends proposer ici un portrait sommaire de l’ANA (freebirth) ainsi qu’une réflexion sur la démarche s’appuyant sur les conclusions des rarissimes études ethnographiques et narratives menées sur cette frange radicale d’adeptes de l’enfantement naturel et à domicile en Amérique du Nord.

Argument (English):

I intend to propose here a summary portrait of the ANA (freebirth) as well as a reflection on the approach based on the conclusions of the rare ethnographic and narrative studies carried out on this radical fringe of adepts of the natural birth and to home in North America.

Argumento (português):

Pretendo propor aqui um retrato resumido da ANA (parto livre), bem como uma reflexão sobre a abordagem baseada nas conclusões dos raros estudos etnográficos e narrativos realizados sobre essa franja radical de adeptos do parto natural e casa na América do Norte.

Mots-clés :

➡ accouchement alternatif ; histoire, sociologie ; accouchement planifié à domicile

Auteur·e de cette fiche :

Bernard Bel — 16 Dec 2018
➡ dernière modification : Bernard Bel — 20 Jan 2019

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)