Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=3078

Créée le : 20 Mar 2019
Modifiée le : 20 Mar 2019

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Spécialisé

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Les sages-femmes en consultation face aux mutilations sexuelles féminines. Gynécologie et obstétrique. 2018. 〈dumas-01908894〉

Auteur·e(s) :

Hadiaratou Doucouré

Année de publication :

2018

URL(s) :

https://www.netvibes.com/share/fZcE1

Résumé (français)  :

Objectifs : Aujourd’hui environ 200 millions de femmes ou fillettes ont subi des mutilations sexuelles dans le monde. 3 millions d’autres en sont menacées chaque année. Vieilles de plusieurs millénaires, les mutilations sexuelles féminines (MSF) sévissent sur tout le globe, principalement en Afrique. L’Europe et la France n’en dérogent pas puisque 42 000 à 61 000 personnes seraient touchées sur le territoire national. Les sages-femmes peuvent être amenées à côtoyer ces femmes et agir pour les accompagner. Dans un contexte où la prise en charge médicale conventionnelle se confronte à des spécificités traditionnelles, quelles sont les méthodes utilisées et les limites rencontrées par les sages-femmes pour évoquer les mutilations sexuelles en consultation ? Sur quels outils et ressources s’appuient-elles ? Quel est le retentissement de la formation sur cet échange ? Quelles représentations des mutilations se font les sages-femmes ?

Matériel et méthodes : Nous avons donc réalisé une étude qualitative basée sur des entretiens semi-directifs avec 12 sages-femmes ayant une pratique courante en consultation. Ont été incluses des sages-femmes hospitalières, libérales, territoriales et à activité mixte. Elles exerçaient au sein de structures accueillant une part importante de populations provenant des régions du monde les plus touchées par les mutilations sexuelles.

Résultats : Du point de vue technique, les sages-femmes interrogées utilisaient par défaut la communication verbale pour évoquer les (MSF), peu avaient recours à des supports iconographiques ou accessoires comme le miroir. Elles exprimaient quasi unanimement une volonté de prendre en charge, d’accompagner les patientes et de prévenir les MSF. Cependant, malgré l’expérience, elles pouvaient être limitées par une formation insuffisante ou peu ciblée sur les enjeux globaux des MSF ainsi que sur la mise en place d’un plan d’accompagnement pluridisciplinaire. Elles soulignaient également l’importance à accorder à la levée des tabous ainsi qu’à l’éducation à la santé des patientes pour une meilleure connaissance et maîtrise de leur corps.

Abstract (English)  :

Objective: Today, around 200 million of women and young girls have experienced genital mutilations in the world. In addition, other three million of individuals are threatened by this practice every year. Practiced during the last thousand years, genital mutilations are today affecting a significant portion of the world population, particularly the African population. Europe and France are not exempt from this practice as approximately 42,000 to 61,000 people are affected on the national territory. The midwives can be trained to get to know the victims and assist them to recover from that experience. In a context where the medical coverage is relative to specific customs, what are the methods used and the potential limits encountered by the midwives to approach the sexual mutilations during consultation? What are the resources and materials they can rely on? What is the impact of the training course to be expected from this exchange? Which representations of the sexual mutilations do the midwives adopt?

Methods: We have realized a qualitative study based on semi-directive interviews with 12 midwives who have a current practice in consultation. This study also includes hospital, liberal and Maternal-child Health Policy midwives with different activities. They exercised in the structures welcoming a significant part of populations coming from the most affected area in the world by the sexual mutilation practices.

Results and conclusion: In a technical approach, the midwives who were interrogated on that subject were using, on default, verbal communication as a way to approach the women of that phenomenon. Indeed, some had an option to rely on iconographic supports or accessories such as mirrors. They express their will to assist and take care of the female patients and to prevent such practices in the future. However, regardless of their experience, they could be limited by the insufficient amount of training course and the fact that the trainings are not focused on the consequences caused by the female genital mutilations on a global scale. In addition, the lack of multi-disciplinary assistance programs can prevent them from achieving their initial objectives which are to mitigate the old and bad practices of mutilation. The midwives also emphasized the importance of resolving the issues of taboos regarding that subject and to encourage the health education of patients for a better knowledge and master of their bodies.

Sumário (português)  :

Texte intégral (public) :

Remarques :

Argument (français) :

Dans un contexte où la prise en charge médicale conventionnelle se confronte à des spécificités traditionnelles, quelles sont les méthodes utilisées et les limites rencontrées par les sages-femmes pour évoquer les mutilations sexuelles en consultation

Argument (English):

In a context where the medical coverage is relative to specific customs, what are the methods used and the potential limits encountered by the midwives to approach the sexual mutilations during consultation?

Argumento (português):

Em um contexto em que os cuidados médicos convencionais confrontam especificidades tradicionais, quais são os métodos utilizados e os limites encontrados pelas parteiras para discutir a mutilação sexual em consulta?

Mots-clés :

➡ santé publique ; violences gynécologiques et obstétricales violence obstétricale ; sage-femme

Auteur·e de cette fiche :

Bernard Bel - Import 2019-03-20 — 20 Mar 2019
➡ dernière modification : Bernard Bel — 20 Mar 2019

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)