Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Actuellement 3046 fiches
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=3111

Créée le : 21 Nov 2019
Modifiée le : 25 Nov 2019

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

A prospective longitudinal study of the prevalence of post-traumatic stress disorder resulting from childbirth events. Psychological Medicine

Auteur·e(s) :

Alcorn KL, O’Donovan A, Patrick JC, Creedy D, Devilly GJ.

Année de publication :

2010

URL(s) :

https://www.cambridge.org/core/journals/psychologi…
https://doi.org/10.1017/S0033291709992224

Résumé (français)  :

CONTEXTE :

L’accouchement a été associé à une déficience post-partum. Cependant, il existe une controverse concernant l’apparition et la prévalence du trouble de stress post-traumatique (TSPT) après l’accouchement, les études séminales étant limitées par des problèmes méthodologiques. Cette étude prospective longitudinale a examiné la prévalence de l’ESPT après l’accouchement dans un grand échantillon tout en contrôlant l’ESPT préexistant et la symptomatologie affective.

MÉTHODE :

Les femmes enceintes du troisième trimestre ont été recrutées sur une période de 12 mois et interrogées pour identifier le syndrome de stress post-traumatique et les symptômes d’anxiété et de dépression au cours du dernier trimestre de la grossesse, 4 à 6 semaines après l’accouchement, 12 semaines après l’accouchement et 24 semaines après l’accouchement.

RÉSULTATS :

Sur les 1067 femmes approchées, 933 ont été recrutées dans l’étude. Au total, 866 (93%) ont été retenus à 4-6 semaines, 826 (89%) à 12 semaines et 776 (83%) à 24 semaines. Les résultats ont indiqué que, sans contrôle, 3,6% des femmes répondaient aux critères de l’ESPT 4 à 6 semaines après l’accouchement, 6,3% à 12 semaines après l’accouchement et 5,8% à 24 semaines après l’accouchement. En contrôlant le SSPT et le SSPT partiel en raison d’événements traumatiques antérieurs ainsi que d’anxiété et de dépression cliniquement significatives pendant la grossesse, les taux de SSPT étaient inférieurs à 1,2% à 4 à 6 semaines, à 3,1% à 12 semaines et à 3,1% à 24 semaines après l’accouchement.

CONCLUSIONS :

Il s’agit de la première étude à démontrer la survenue d’un PTSD complet résultant de l’accouchement après prise en compte du SSPT préexistant et du SSPT partiel, ainsi que de la dépression et de l’anxiété cliniquement significatives pendant la grossesse. Les résultats indiquent que le SSPT peut résulter d’une expérience traumatisante à la naissance, bien que ce ne soit pas la réponse normative.

Abstract (English)  :

BACKGROUND:

Childbirth has been linked to postpartum impairment. However, controversy exists regarding the onset and prevalence of post-traumatic stress disorder (PTSD) after childbirth, with seminal studies being limited by methodological issues. This longitudinal prospective study examined the prevalence of PTSD following childbirth in a large sample while controlling for pre-existing PTSD and affective symptomatology.

METHOD:

Pregnant women in their third trimester were recruited over a 12-month period and interviewed to identify PTSD and anxiety and depressive symptoms during the last trimester of pregnancy, 4-6 weeks postpartum, 12 weeks postpartum and 24 weeks postpartum.

RESULTS:

Of the 1067 women approached, 933 were recruited into the study. In total, 866 (93%) were retained to 4-6 weeks, 826 (89%) were retained to 12 weeks and 776 (83%) were retained to 24 weeks. Results indicated that, uncontrolled, 3.6% of women met PTSD criteria at 4-6 weeks postpartum, 6.3% at 12 weeks postpartum and 5.8% at 24 weeks postpartum. When controlling for PTSD and partial PTSD due to previous traumatic events as well as clinically significant anxiety and depression during pregnancy, PTSD rates were less at 1.2% at 4-6 weeks, 3.1% at 12 weeks and 3.1% at 24 weeks postpartum.

CONCLUSIONS:

This is the first study to demonstrate the occurrence of full criteria PTSD resulting from childbirth after controlling for pre-existing PTSD and partial PTSD and clinically significant depression and anxiety in pregnancy. The findings indicate that PTSD can result from a traumatic birth experience, though this is not the normative response.

Sumário (português)  :

FUNDO:

O parto tem sido associado ao comprometimento pós-parto. No entanto, existe controvérsia quanto ao aparecimento e prevalência de transtorno de estresse pós-traumático (SPT) após o parto, com estudos seminais limitados por questões metodológicas. Este estudo prospectivo longitudinal examinou a prevalência de SPTapós o parto em uma amostra grande, enquanto controlava o SPT pré-existente e a sintomatologia afetiva.

MÉTODO:

As mulheres grávidas no terceiro trimestre foram recrutadas por um período de 12 meses e entrevistadas para identificar SPT e sintomas de ansiedade e depressão durante o último trimestre da gravidez, 4-6 semanas após o parto, 12 semanas após o parto e 24 semanas após o parto.

RESULTADOS:

Das 1067 mulheres abordadas, 933 foram recrutadas para o estudo. No total, 866 (93%) foram retidos para 4-6 semanas, 826 (89%) foram retidos por 12 semanas e 776 (83%) foram retidos por 24 semanas. Os resultados indicaram que, não controlada, 3,6% das mulheres preenchiam os critérios de TEPT nas 4-6 semanas pós-parto, 6,3% nas 12 semanas pós-parto e 5,8% nas 24 semanas pós-parto. Ao controlar o SPT e SPT parcial devido a eventos traumáticos anteriores, bem como ansiedade e depressão clinicamente significativas durante a gravidez, as taxas de SPT foram menores em 1,2% em 4-6 semanas, 3,1% em 12 semanas e 3,1% em 24 semanas após o parto.

CONCLUSÕES:

Este é o primeiro estudo a demonstrar a ocorrência de PTSD com critérios completos, resultante do parto após o controle de PTSD pré-existente e PTSD parcial e depressão e ansiedade clinicamente significativas na gravidez. Os resultados indicam que o SPT pode resultar de uma experiência traumática de parto, embora essa não seja a resposta normativa.

Remarques :

Argument (français) :

Le Syndrome de Stress Post-Traumatique peut résulter d’une expérience traumatisante à la naissance, bien que ce ne soit pas la réponse normative.

Argument (English):

The syndrom of post-traumatic stress can result from a traumatic birth experience, though this is not the normative response.

Argumento (português):

O síndrome de estresse pós-traumático pode resultar de uma experiência traumática de parto, embora essa não seja a resposta normativa.

Mots-clés :

➡ dépression, anxiété ; violences gynécologiques et obstétricales violence obstétricale ; stress post-traumatique

Auteur·e de cette fiche :

Elise Marcende — 21 Nov 2019
➡ dernière modification : ELISE MARCENDE — 25 Nov 2019

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, https://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)