Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=469

Créée le : 11 Feb 2004
Modifiée le : 27 Nov 2018

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Patterns of emotional responses to pregnancy, experience of pregnancy and attitudes to parenthood among IVF couples: a longitudinal study. Journal of Psychosomatic Obstetrics and Gynecology 2003;24(3):?.

Auteur·e(s) :

Hjelmstedt A, Widström A-M, Wramsby H, Collins A

Année de publication :

2003

URL(s) :

https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.3109/016748…
https://doi.org/10.3109/01674820309039669

Résumé (français)  :

Le but de cette étude longitudinale était de comparer les couples qui avaient conçu par fécondation in vitro (FIV) avec des couples qui avaient conçu naturellement, en ce qui concerne les schémas de réponse émotionnelle à différents stades de la grossesse, et de comparer leurs attentes et attitudes à l’égard de la grossesse, de la parentalité et les enfants. Cinquante-sept femmes FIV et 55 de leurs partenaires masculins, et un groupe témoin de 43 femmes enceintes et 39 de leurs partenaires masculins ont participé. Ils ont complété des échelles mesurant les réactions émotionnelles à la grossesse, les attitudes à l’égard de la grossesse, la parentalité et des enfants. Les couples de FIV ont été interrogés sur leur expérience de la grossesse.

L’inquiétude générale à propos de l’arrêt de la grossesse était plus forte chez les couples de FIV entre le début et la fin de la grossesse. Les femmes ayant subi une FIV ont vécu la grossesse de manière plus positive et étaient moins préoccupées par le sexe de l’enfant et par la perte de liberté dans leur vie future en tant que parents par rapport aux témoins. Les hommes de FIV étaient plus inquiets à propos d’un problème avec le bébé lors de l’accouchement. Les entretiens avec les couples de FIV ont confirmé les auto-évaluations.

En conclusion, les résultats suggèrent qu’il est important que les prestataires de soins de santé prennent en compte une anxiété élevée chez les couples FIV et leur donnent plus de temps pour discuter des émotions durant la grossesse et de leur vie future en tant que parents.

Abstract (English)  :

The aim of this longitudinal study was to compare couples who had conceived by in-vitro fertilization (IVF) with couples who had conceived naturally, regarding patterns of emotional response to different stages of pregnancy and to compare their expectations of and attitudes to pregnancy, parenthood and children. Fifty-seven IVF women and 55 of their male partners, and a control group of 43 pregnant women and 39 of their male partners participated. They completed scales measuring emotional responses to pregnancy, attitudes to pregnancy, parenthood and children. The IVF couples were interviewed about their experience of pregnancy.

The overall anxiety about losing the pregnancy was higher among the IVF couples from early to late pregnancy. The IVF women experienced the pregnancy in a more positive way and they were less concerned about the child’s gender and loss of freedom in their future lives as parents compared to controls. The IVF men were more anxious about the baby being injured during birth. The interviews with the IVF couples confirmed the self-ratings.

In conclusion, the results suggest that it is important for healthcare providers to pay attention to an elevated anxiety among IVF couples and to give them extra time to discuss emotions during pregnancy and their future life as parents.

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

Il est important que les prestataires de soins de santé prennent en compte une anxiété élevée chez les couples bénéficiaires de FIV et leur accordent plus de temps pour discuter des émotions durant la grossesse et de leur vie future en tant que parents

Argument (English):

It is important for healthcare providers to pay attention to an elevated anxiety among IVF couples and to give them extra time to discuss emotions during pregnancy and their future life as parents.

Argumento (português):

É importante que os profissionais de saúde levem em conta a alta ansiedade entre os casais de fertilização in vitro e lhes dê mais tempo para discutir as emoções durante a gravidez e suas vidas futuras como pais.

Mots-clés :

➡ dépression, anxiété ; psychologie ; FIV fécondation in vitro

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 11 Feb 2004
➡ dernière modification : Bernard Bel — 27 Nov 2018

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)