Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=498

Créée le : 17 Feb 2004
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Physicians’ role and gender differences in the management of parents of a stillborn child: a nationwide study. Journal of Psychosomatic Obstetrics and Gynecology 2000;21(1).

Auteur·e(s) :

Säflund K, Sjögren B, Wredling R.

Année de publication :

2000

URL(s) :

http://jpog.ispog.org/

Résumé (français)  :

Abstract (English)  :

During spring 1997 all gynecologists working at gynecology departments in Sweden were sent a questionnaire regarding their role in, and attitudes to, the management of the parents of a stillborn child. Of 871 gynecologists approached, 761 answered the questionnaire (87%). The majority considered that the parents should hold the child (94%), that the child should be given a name (80%) and that the child should be photographed (92%). A smaller proportion considered that labor should be started within 24 h (40%) and that siblings should see the child (55%). A minority experienced guilt at what had happened (12%) and one-third were anxious about possible disciplinary measures (30%). The majority of the gynecologists stated that the need for guidance was urgent (90%) but that only a minority had received this (40%). Regarding gender differences, it emerged that the female gynecologists did not consider there was an age limit for siblings to see the child (p = 0.003), were less inclined to prescribe tranquilizers (p = 0.001) or to prolong the parents’ sick-listing (p = 0.020). These differences remained after regression analysis was performed using background variables as covariates. In summary, this study demonstrates a great need for guidance; but that only a minority of the gynecologists get this. The lack of guidance/training may in the future increase the risk of this professional group becoming ’burnt out’.

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ physiologie ; éthique ; déclenchement ; déontologie ; mort-né ; dépassement de terme

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 17 Feb 2004

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)