Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=692

Créée le : 20 Apr 2004
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Episiotomie et péridurale : attention aux dogmes. Le nouvel Observateur, supplément Paris-Ile-de-France.

Auteur·e(s) :

Balland K.

Année de publication :

2003

URL(s) :

http://obsdeparis.nouvelobs.com/articles/p124/a201…

Résumé (français)  :

L’obstétrique est une science relative. N’attendez pas le dernier moment pour vous renseigner sur l’art et les méthodes…

« J’ai appris après cinq ans de métier qu’un accouchement ne saignait pas», lance une sage-femme en direction des médecins. Aux états généraux de la naissance le 6 juin dernier, elles sont quelques-unes à militer en faveur d’une autre manière d’accoucher. «On nous a toujours appris à pratiquer des épisiotomies [incision du périnée] pour faciliter l’extraction du bébé», déplore une sage-femme. L’épisiotomie est très douloureuse pour les mamans, qui mettent des mois à s’en remettre. Au point d’être dégoûtées de l’accouchement. «La prochaine fois, je préfère avoir une césarienne plutôt que de subir à nouveau un accouchement par voie basse», avoue Marielle. Pourtant d’autres solutions sont possibles. «On réalise aujourd’hui que des microdéchirures pourraient être préférables à l’épisiotomie. Il faudra du temps avant que les habitudes changent», admet le professeur Carbonne.

Autre point sensible dans les revendications des sages-femmes et des mamans: le traitement de la douleur. «70% des femmes enceintes demandent une péridurale, parce qu’on ne leur propose que cela, martèle Anne Dusart, porte-parole du Collectif interassociatif pour la naissance. Si elles avaient le choix, beaucoup pourraient décider de changer de position ou d’accoucher dans l’eau par exemple.» On éviterait ainsi quelques péridurales. Son dosage empirique, qui peut nécessiter plusieurs piqûres, donne souvent l’impression aux femmes d’avoir été «ratées».

La péridurale est cependant fortement appréciée des médecins parce qu’elle facilite les gestes médicaux, comme les extractions instrumentales. Mais y aurait-il besoin de forceps (actuellement utilisé dans 14% des cas), si les conditions d’accouchement étaient meilleures? Enfermée dans une pensée unique, la médecine obstétrique française peine à se transformer.

Abstract (English)  :

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

On réalise aujourd’hui que des microdéchirures pourraient être préférables à l’épisiotomie. (France)

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ épisiotomie ; péridurale

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 20 Apr 2004

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)