Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=74

Créée le : 03 Oct 2003
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Routine use of episiotomy in modern obstetrics. Should it be performed? bstet Gynecol Clin North Am. 1999 Jun;26(2):305-25. Review.

Auteur·e(s) :

Myers-Helfgott MG, Helfgott AW.

Année de publication :

1999

URL(s) :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=…

Résumé (français)  :

Abstract (English)  :

Episiotomy continues to be a frequently used procedure in obstetrics despite little scientific support for its routine use. Although episiotomy does decrease the occurrence of anterior lacerations, it fails to accomplish the majority of goals stated as reasons for its use. Episiotomy does not decrease damage to the perineum but rather increases it. The midline episiotomy increases the risk for third-degree and fourth-degree lacerations. Episiotomy fails to prevent the development of pelvic relaxation and its attendant complications. Rather than decreasing maternal morbidity, episiotomy increases blood loss and is related to greater initial postpartum pain and dyspareunia. It has been associated with a more difficult and lengthy repair as measured by the need for suture material and operating room time. The claims of a protective effect on the fetus in shortening the second stage of labor, improving Apgar scores, and preventing perinatal asphyxia have not been borne out. The value of episiotomy use on a routine basis bears scientific examination in prospective, randomized, controlled trials. These types of trials are certainly achievable, ethically correct, and much needed. Until these trials are completed and published, obstetricians should not routinely perform the procedure but rather determine the need for episiotomy on a case-by-case basis.

Sumário (português)  :

Remarques :

Acces au resume. Texte sur le web mais acces reserve.

Argument (français) :

La pratique systématique de l’épisiotomie devrait être abandonnée.

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ déchirures ; dyspareunie ; épisiotomie ; morbidité

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 03 Oct 2003

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)