Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Actuellement 3045 fiches
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=78

Créée le : 07 Oct 2003
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Spécialisé

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Is there a benefit to episiotomy at operative vaginal delivery? Observations over ten years in a stable population. Am J Obstet Gynecol. 1997 Feb;176(2):411-4.

Auteur·e(s) :

Ecker JL, Tan WM, Bansal RK, Bishop JT, Kilpatrick SJ.

Année de publication :

1997

URL(s) :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=…

Résumé (français)  :

Abstract (English)  :

OBJECTIVE: Our purpose was to examine the association between maternal vaginal and perineal morbidity and episiotomy performed at operative vaginal delivery.

STUDY DESIGN: We obtained data from 2041 consecutive operative vaginal deliveries and compared yearly rates of episiotomy, lacerations, and potential confounders with linear regression and stratified analyses.

RESULTS: Between 1984 and 1994 the use of episiotomy for operative vaginal deliveries fell significantly (93.4% to 35.7%, R2 = 0.85, p = 0.0001). This change was associated with a rise in the rate of vaginal lacerations (16.1% to 40.0%, R2 = 0.80, p = 0.0002), a decrease in the rate of fourth-degree lacerations (12.2% to 5.4%, R2 = 0.62, p = 0.004), but no significant change in the rate of third-degree lacerations. These associations held in separate analyses stratified by parity and type of instrument used for delivery. The prevalence of other previously reported risks for perineal morbidity did not change during the study period.

CONCLUSION: At our institution a statistically and clinically significant reduction in the use of episiotomy for operative vaginal deliveries was not associated with a change in the rate of third-degree lacerations but was associated with an increase in the rate of vaginal lacerations and a decrease in the rate of fourth-degree lacerations.

Sumário (português)  :

Remarques :

Acces libre au resume, texte payant.

Argument (français) :

La baisse du taux d’épisiotomies a augmenté le nombre de déchirures vaginales, sans changer celui des déchirures de 3e degré, mais diminué celui des déchirures de 4e degré.

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ déchirures ; épisiotomie ; extraction instrumentale ; morbidité

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 07 Oct 2003

Discussion (afficher toutes les langues)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, https://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)