Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=831

Créée le : 08 Jul 2004
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Elective cesarean section. Letters. Canadian Medical Association Journal 2004;171(1):13.

Auteur·e(s) :

Badrinath P.

Année de publication :

2004

URL(s) :

http://www.cmaj.ca/cgi/content/full/171/1/13-a?eto…

Résumé (français)  :

Abstract (English)  :

Mary Hannah concludes her commentary on elective cesarean section1 by suggesting that if, after appropriate counselling, a woman continues to perceive that the benefits of such a procedure outweigh the risks, her health and welfare "will be promoted by supporting her request."

In this regard, it is important that all evidence on the benefits and harms be presented to the prospective mother. The UK’s National Institute of Clinical Excellence (NICE), which provides authoritative, robust and reliable guidance on current "best practice" to patients, health care professionals and the public,2 is currently developing clinical guidelines on cesarean section,3 expected to be released in April 2004 [the guidelines have now been published; see CMAJ 2004;170(12):1779.—Editor].

According to the draft document (page 27),3 "maternal request is not on it’s [sic] own an indication for [cesarean section]," and "pregnant women should be supported in whatever decision is made following these discussions." The draft (pages 19–21) provides current evidence on length of stay, abdominal pain, perineal pain, postpartum hemorrhage, infection, breastfeeding, bladder and urinary tract injuries, need for further surgery, risk of thromboembolic disease and many other clinical outcomes, the majority of these data favouring vaginal birth over cesarean section.

Women should have a right to exercise their choice on the mode of delivery even when there are no clinical indications for cesarean section. However, providing this procedure in a publicly funded system such as the UK’s National Health Service would increase the overall cost, and the opportunity cost thus incurred might deny services that would be of benefit to other users of the service.

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ césarienne ; médecine factuelle ; éthique ; déontologie

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 08 Jul 2004

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)