Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=838

Créée le : 08 Jul 2004
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Qu’est-ce qu’un accouchement spontané? Lettre à l’éditeur, à propos de Planned elective cesarean section: A reasonable choice for some women? [editorial]. Hannah ME, CMAJ 2004;170(5):813-4.

Auteur·e(s) :

Catherine Gerbelli

Année de publication :

2004

URL(s) :

http://www.cmaj.ca/cgi/content/full/171/1/15

Résumé (français)  :

Elective cesarean section

Catherine Gerbelli

Sage-femme, AFAR Québec (Alliance francophone pour l’accouchement respecté), Montréal, Que.

Le débat actuel entourant la possibilité pour les femmes d’obtenir de leur obstétricien une césarienne sur demande a fait l’objet d’un article paru dans votre journal en mars 2004[1]. Dans cet article, Hannah nous informe du fait que seule une nouvelle étude randomisée contrôlée pourrait permettre d’évaluer les risques et les avantages d’une césarienne programmée par opposition à un accouchement vaginal planifié. Afin d’illustrer certains avantages de la césarienne élective, Hannah introduit plusieurs résultats statistiques reliés en particulier aux taux d’incontinence urinaire.

Or, dans cet article, le terme d’accouchement vaginal spontané mériterait d’être mieux défini. Quand Hannah fait référence au taux d’incontinence urinaire suivant un accouchement vaginal spontané, on est en droit de se demander, par exemple, si dans l’étude citée les femmes mettant au monde leur bébé ont fait l’expérience d’une poussée physiologique involontaire, non dirigée, faisant intervenir le réflexe de poussée. Ou plutôt, s’il s’est agit d’un accouchement vaginal spontané, sous péridurale par exemple, durant lequel à dilatation complète la femme s’est vu encouragée à inspirer, bloquer, pousser. Les résultats et les conséquences sur le périnée féminin sont-ils les mêmes d’une manière ou de l’autre?

Ceci nous amène à questionner l’autorité que l’on doit accorder à Hannah dès lors qu’elle fait référence à la notion d’accouchement vaginal spontané. Lorsqu’on parle de spontané cela veut dire que l’accouchement s’est déroulé spontanément, c’est-à-dire physiologiquement. Si c’est le cas, l’induction, la stimulation, le monitoring, la restriction des positions pour la poussée, la péridurale, le «coaching» de la poussée, l’épisiotomie, les ventouses, les pressions abdominales, les forceps, seraient tous des éléments qui excluraient ces accouchements de la catégorie accouchement vaginal spontané.

Il est évident pour ceux qui en ont été témoins qu’il existe une distinction fondamentale entre accouchement vaginal (c’est-à-dire naissance par les voies naturelles) et accouchement physiologique (expression d’un processus physiologique normal non perturbé). Le milieu hospitalier est reconnu comme un milieu où les comportements sont fortement codifiés et structurés. Une femme qui y accouche aujourd’hui ne devrait trop espérer y être soutenue dans sa «spontanéité». L’accouchement vaginal spontané observé en milieu hospitalier comporte un biais énorme, celui-là même d’avoir lieu dans un espace, l’hôpital, où le processus physiologique normal de la mise au monde d’un bébé est quasiment toujours perturbé. L’hôpital est un biais systématique important introduit dans toutes les études sur l’accouchement, sans jamais être mentionné comme une des limites des études.

L’accouchement vaginal spontané devrait être clairement défini dans les futures études scientifiques, incluant celles dirigées par Hannah. Si l’on souhaite vraiment comparer les césariennes sur demande avec l’accouchement vaginal spontané, on devrait le faire en se concentrant sur l’espace le plus propice à un accouchement spontané et physiologique, c’est-à-dire l’accouchement à la maison.

Catherine Gerbelli, Sage-femme AFAR Québec (Alliance francophone pour l’accouchement respecté) Montréal, Que.

Référence

1. Hannah ME. Planned elective cesarean section: A reasonable choice for some women? [editorial]. CMAJ 2004;170(5):813-4.

Abstract (English)  :

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

L’accouchement vaginal spontané observé en milieu hospitalier comporte un biais énorme, celui-là même d’avoir lieu dans un espace, l’hôpital, où le processus physiologique normal de la mise au monde d’un bébé est quasiment toujours perturbé.

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ physiologie ; dilatation ; césarienne ; lieu de naissance ; accouchement à domicile

Auteur·e de cette fiche :

Bernard Bel — 08 Jul 2004
➡ dernière modification : Bernard Bel — 02 Dec 2007

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)