Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Actuellement 3059 fiches
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=844

Créée le : 15 Jul 2004
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Spécialisé

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Mandatory second opinion to reduce rates of unnecessary caesarean sections in Latin America: a cluster randomised controlled trial. The Lancet 2004;363:1934-40.

Auteur·e(s) :

Althabe F, Belizán JM, Villar J, et al.

Année de publication :

2004

URL(s) :

http://www.thelancet.com/journal/journal.isa

Résumé (français)  :

Abstract (English)  :

Background
Latin America has a high rate of caesarean sections. We tested the hypothesis that a hospital policy of mandatory second opinion, based on the best existing scientific evidence, reduces the hospital caesarean section rate by 25%, without increasing maternal and perinatal morbidity and mortality.

Methods
36 hospitals in Argentina (18), Brazil (eight), Cuba (four), Guatemala (two), and Mexico (four), were randomly assigned to intervention or control in a matched pair design. All physicians in the intervention hospitals deciding a non-emergency caesarean section had to follow a policy of mandatory second opinion. The primary outcome was the overall caesarean section rate in the hospitals after a 6-month implementation period. We also assessed women’s satisfaction with labour and delivery care and physicians’ acceptance of the second opinion policy.

Findings
A total of 34 hospitals attending 149 276 deliveries were randomised and completed the protocol. The mandatory second opinion policy was associated with a small but significant reduction in rates of caesarean section (relative rate reduction 7·3%; 95% CI 0·2-14·5), mostly in intrapartum sections (12·6%; 0·6-24·7). Other maternal and neonatal outcomes and women’s perceptions and satisfaction with the process of care were similarly distributed between the groups.

Interpretation
In hospitals applying this policy of second opinion, 22 intrapartum caesarean sections could be prevented per 1000 deliveries, without affecting maternal or perinatal morbidity, and without affecting mothers’ satisfaction with the care process.

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

Demander un deuxième avis permet de diminuer un peu les taux très élevés de césarienne en Amérique du sud.

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ césarienne ; médecine factuelle ; morbidité

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 15 Jul 2004

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, https://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)