Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Actuellement 3032 fiches
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=848

Créée le : 15 Jul 2004
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Spécialisé

Notice bibliographique (sans auteurs) :

A prospective randomised trial on the effect of position in the passive second stage of labour on birth outcome in nulliparous women using epidural analgesia. Midwifery 2004;20(2):157-168.

Auteur·e(s) :

Downe S, Gerrett D, Renfrew MJ.

Année de publication :

2004

URL(s) :

http://www.sciencedirect.com/science?_ob=ArticleUR…

Résumé (français)  :

Essai randomisé prospectif qui cherche à déterminer si le taux d’extractions instrumentales est influencé par la position de la mère pendant la période passive de la deuxième phase du travail, pour des nullipares sous anesthésie péridurale.

Lieu. Maternité [consultant maternity unit] dans les Midlands (GB)
Participants. 107 nullipares sous péridurales ayant atteint la seconde phase du travail sans contre-indication à une naissance normale.

Groupes d’intervention. On compare la position latérale [droite ou gauche, au choix] à la position assise avec assistance, pendant la période passive de la seconde phase du travail [période d’une heure à partir de la dilatation complète, pendant laquelle on ne demande pas à la femme de pousser].

Mesures. Mode d’accouchement, incidence de l’épisiotomie, suture du périnée.

Résultats. Le recrutement a été plus bas qu’anticipé (107 sujets, pour une prévision de 220). La position latérale est associée à de plus bas taux :
* d’extraction instrumentale (groupe latéral 33%, groupe assis 52% ; p = 0,05, RR 0,64, CI pour RR : 0.40–1.01; nombre de sujets à traiter (NNT)=5),
* d’épisiotomie (45% vs. 64%; p=0,05, RR 0,66, CI pour RR: 0.44–1.00, NNT=5),
* de suture périnéale (78% vs. 86%; p=0,243, RR 0,75, CI pour RR 0.47–1.17).

[rédaction de la traduction du rapport statistique : a affiner] Le rapport des cotes (odd ratio OR) est de 2,2 (Intervalle de confiance CI 1,00–4,6) pour les extractions instrumentales dans le groupe assis. Le poids des mères étant très différent entre les groupes de randomisation, on a effectué une analyse de régression logistique des facteurs de confusion potentiels. Sur les neuf facteurs de confusions éventuels, seule la position de la tête du bébé à dilatation totale a une influence significative sur le risque d’extraction instrumentale (p=0,4, OR 2,7 quand la tête du fœtus est en position latérale ou postérieure). Le poids de la mère semble n’avoir aucun effet. Le rapport des cotes (OR) pour l’extraction instrumentale dans le groupe assis est légèrement supérieur avec le modèle de régression logistique (OR ajusté 2,3)

Conclusions. Les femmes du groupe de position latérale ont plus de chances d’accoucher spontanément par voie basse que celles du groupe en position assise avec assistance. La position de la tête du bébé à la dilatation complète a également un effet sur le mode d’accouchement. Ces conclusions ne sont pas généralisables.

Recommandations pour la pratique. La position latérale pourrait être au mieux bénéfique, au pire pas moins mauvaise, comparée à la position assise, pour les femmes et les bébés qui entrent dans les critères de cette étude. L’établissement de preuves irréfutables pour ou contre cette technique devra être obtenu par des études plus larges.

Abstract (English)  :

Objective:

To determine whether the rate of instrumental birth in nulliparous women using epidural analgesia is affected by maternal position in the passive second stage of labour.

Design:

A pragmatic prospective randomised trial.

Setting:

Consultant maternity unit in the Midlands.

Participants:

One hundred and seven nulliparous women using epidural analgesia and reaching the second stage of labour with no contraindications to spontaneous birth.

Interventions:

The lateral versus the supported sitting position during the passive second stage of labour.

Measurements:

Mode of birth, incidence of episiotomy, and perineal suturing.

Findings:

Recruitment was lower than anticipated (107 vs. 220 planned). Lateral position was associated with lower rates of instrumental birth rate (lateral group 33%; sitting group 52%; p=0.05, RR 0.64, CI for RR: 0.40–1.01; Number-needed-to-treat (NNT)=5), of episiotomy (45% vs. 64%; p=0.05, RR 0.66, CI for RR: 0.44–1.00, NNT=5), and of perineal suturing (78% vs. 86%; p=0.243, RR 0.75, CI for RR 0.47–1.17). The odds ratio for instrumental birth in the sitting group was 2.2 (CI 1.00–4.6). Logistic regression of potential confounder variables was undertaken, due to a large variation in maternal weight between the randomised groups. Of the nine possible confounders tested, only position of the baby’s head at full dilation affected the risk of instrumental birth significantly (p=0.4, OR 2.7 where the fetal head was in the lateral or posterior position). Maternal weight did not appear to have any effect. The odds ratio for instrumental delivery for women randomised to the sitting position was slightly higher within the logistic regression model (adjusted OR 2.3).

Key conclusions:

Women randomised to the lateral position had a better chance of a spontaneous vaginal birth than those randomised to the supported sitting position. Position of the babys’ head at full dilation had an additional effect on mode of birth. These effects are not conclusively generalisable.

Recommendations for practice:

The lateral position is likely to be at best beneficial, and at the worst no less harmful than the sitting position for most women and their babies who meet the criteria set for this study. Conclusive evidence for or against the technique should be established using larger trials.

Sumário (português)  :

Texte intégral (private) :

 ➡ Accès sous autorisation

Remarques :

Argument (français) :

Pour les femmes sous péridurale, on compare la position couchée latérale (droite ou gauche, au choix) à la position assise avec soutien pendant la période passive de la seconde phase du travail (soit, d’après le protocole, une période d’une heure à partir de la dilatation complète pendant laquelle on ne demande pas à la femme de pousser). La position latérale permettrait moins d’extractions instrumentales que la position assise avec soutien.

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ physiologie ; dilatation ; position en cours de travail ; déchirures ; cicatrices ; épisiotomie ; extraction instrumentale ; péridurale

Auteur·e de cette fiche :

Cécile Loup — 15 Jul 2004
➡ dernière modification : Bernard Bel — 02 Dec 2007

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, https://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)