Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=879

Créée le : 25 Jul 2004
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Directive Clinique sur l’accouchement vaginal chez des patientes ayant déjà subi une césarienne. Société des obstétriciens et gynécologues du Canada. Brantford (Ont.) Canada

Auteur·e(s) :

Martel, Marie-Jocelyne; Jane MacKinnon, Catherine

Année de publication :

2004

URL(s) :

http://www.sogc.org/jogc/pdfs/june_671.pdf

Résumé (français)  :

Objectif : Offrir une directive clinique factuelle en ce qui concerne l’essai de travail (EDT) chez les femmes ayant déjà subi une césarienne.

Résultat : La morbidité et la mortalité foetales et maternelles associées à l’accouchement vaginal après une césarienne (AVAC), par comparaison avec celles qui sont associées à l’exécution d’une nouvelle césarienne.

Preuves : Des recherches ont été menées dans la base de données MEDLINE afin d’y trouver les articles, publiés entre janvier 1995 et février 2004, comprenant les mots clés suivants : vaginal birth after Caesarean (Cesarean) section. La qualité des résultats a été déterminée à l’aide des critères d’évaluation décrits par le Groupe de travail canadien sur l’examen de santé périodique.

Recommandations :

1. En l’absence de contre-indications, une femme ayant déjà subi une césarienne segmentaire transversale devrait se voir offrir un essai de travail; cette offre doit être accompagnée de discussions appropriées au sujet des risques et des avantages maternels et périnatals. Le processus d’obtention d’un consentement éclairé (accompagné d’une documentation appropriée) devrait constituer une partie importante du plan d’accouchement dans le cas d’une femme ayant déjà subi une césarienne. (II-2B)

2. La volonté d’une femme de se soumettre à un essai de travail, après avoir déjà subi une césarienne, devrait avoir été exprimée de façon explicite et la documentation de la cicatrice utérine déjà présente devrait être clairement indiquée au dossier prénatal. (II-2B)

3. Pour assurer la sûreté du travail après une césarienne, le fournisseur de soins devrait convier la patiente à accoucher dans un hôpital où l’exécution immédiate d’une césarienne est possible. La patiente et son fournisseur de soins doivent avoir été informés des ressources du milieu hospitalier où ils se trouvent et de la possibilité d’avoir recours à du personnel d’obstétrique, d’anesthésie, de pédiatrie et de salle d’opération. (II-2A)

4. Tous les hôpitaux devraient disposer d’une politique écrite en matière d’avis et/ou de consultation à l’intention des médecins qui pourraient être appelés à pratiquer une césarienne immédiate. (III B)

5. Il est recommandé d’avoir recours au monitorage fœtal électronique continu chez les femmes qui tentent un essai de travail après avoir déjà subi une césarienne. (II-2A)

6. Une rupture utérine soupçonnée nécessite une attention immédiate et une laparotomie pratiquée d’urgence, de façon à ce que les risques de morbidité et de mortalité maternelles et périnatales puissent être amoindris. (II-2A)

7. L’accélération à l’oxytocine n’est pas contre-indiquée chez les femmes qui se soumettent à un essai de travail après avoir déjà subi une césarienne. (II-2A)

8. Le déclenchement médical du travail à l’oxytocine peut être associé à un risque accru de rupture utérine et devrait être utilisé avec précaution, à la suite de l’offre de services de counseling appropriés. (II-2B)

9. Le déclenchement médical du travail à l’aide de prostaglandines E2 (dinoprostone) est associé à un risque accru de rupture utérine et ne devrait être utilisé que dans de rares cas, à la suite de l’offre de services de counseling appropriés. (II-2B)

10.Les prostaglandines E1 (misoprostol) sont associées à un risque élevé de rupture utérine et ne devraient pas être utilisées dans le cadre d’un essai de travail chez une patiente ayant déjà subi une césarienne. (II-2A)

11.Une sonde de Foley peut être utilisée en toute sûreté aux fins de la maturation du col utérin dans le cadre d’un essai de travail chez une femme ayant déjà subi une césarienne. (II-2A)

12. Les données disponibles laissent entendre que, bien qu’il soit associé à un risque accru de rupture utérine, il est probable qu’un essai de travail soit couronné de succès chez les femmes ayant déjà subi plus d’une césarienne. (II-2B)

13. La gestation multiple ne constitue pas une contre-indication au recours à un essai de travail chez une femme ayant déjà subi une césarienne. (II-2B)

14. Le diabète sucré ne constitue pas une contre-indication au recours à un essai de travail chez une femme ayant déjà subi une césarienne. (II-2B)

15.La macrosomie fœtale soupçonnée ne constitue pas une contre-indication au recours à un essai de travail chez une femme ayant déjà subi une césarienne. (II-2B)

16. Les femmes qui accouchent à nouveau, de 18 à 24 mois à la suite d’une césarienne, devraient bénéficier de renseignements sur l’accroissement du risque de rupture utérine au cours du travail. (II-2B)

17.L’accouchement après terme ne constitue pas une contreindication au recours à un essai de travail chez une femme ayant déjà subi une césarienne. (II-2B)

18. Aucun effort ne doit être ménagé en vue d’obtenir le rapport opératoire de la césarienne déjà pratiquée, afin de déterminer le type d’incision utérine qui a été utilisé. Dans les situations où le type de la cicatrice est inconnu, les renseignements au sujet des circonstances ayant entouré l’accouchement précédent s’avèrent utiles au moment de déterminer la probabilité de la présence d’une incision transversale basse. Si cette probabilité est élevée, un essai de travail peut être offert à la patiente. (II-2B)

Validation : Cette directive clinique a été approuvée par le comité Pratique clinique – obstétrique et par le comité exécutif

Abstract (English)  :

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

L’accouchement après terme ne constitue pas une contreindication au recours à un essai de travail chez une femme ayant déjà subi une césarienne.

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ césarienne ; déclenchement ; physiologie ; accouchement vaginal après césarienne ; dépassement de terme ; cicatrices

Auteur·e de cette fiche :

Bernard Bel — 25 Jul 2004

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)