Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=890

Créée le : 26 Jul 2004
Modifiée le : 27 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

L’amniocentèse: pour dépister les anomalies chez le fœtus. Santé des Femmes 27 octobre 2003.

Auteur·e(s) :

(Collectif)

Année de publication :

2003

URL(s) :

http://www.servicevie.com/02Sante/Sante_femmes/Fem…

Résumé (français)  :

L’analyse du liquide amniotique

Vu la faible quantité de cellules fœtales recueillies dans le liquide amniotique, elles doivent être mises en culture dans des incubateurs pendant plusieurs jours afin qu’elles se multiplient. Cette étape est d’ailleurs responsable des délais d’attente avant d’obtenir les résultats.

Par la suite, elles sont analysées pour détecter une multitude de maladies génétiques. Parmi celles-ci, on retrouve notamment des anomalies chromosomiques (trisomie 21 ou le syndrome de Down, trisomie 18, syndrome de Turner) et des malformations du système nerveux (spina bifida, encéphalie). Les résultats sont connus environ trois semaines après le prélèvement.

L’amniocentèse peut également être suggérée à la mère dans son second et troisième trimestre de grossesse. À ce moment, elle permet entre autres, de déterminer le développement pulmonaire du fœtus et la présence d’une infection fœtale.

Les risques

Cet examen n’est toutefois pas exempt de danger. Selon le Dr Claude Fortin, obstétricien-gynécologue à l’Hôpital de LaSalle, une perte de liquide amniotique avec ou sans contraction peut se produire et entraîner une fausse couche dans 1 cas sur 400 environ. «Considérant qu’une femme de 35 ans a un risque sur 250 de mettre au monde un bébé avec une anomalie chromosomique, je considère que l’amniocentèse est un risque calculé.»

Les risques d’infection sont minimes, mais si cela se produit, l’infection apparaît dans les 24 à 72 heures suivant l’amniocentèse. Très rarement, le médecin doit reprendre l’amniocentèse faute de résultats concluants.

Il est important de rappeler que l’amniocentèse n’est pas une intervention obligatoire et elle ne peut être imposée à une femme, quelle qu’en soit la raison.

Abstract (English)  :

Sumário (português)  :

Remarques :

Argument (français) :

«Considérant qu’une femme de 35 ans a un risque sur 250 de mettre au monde un bébé avec une anomalie chromosomique, je considère que l’amniocentèse est un risque calculé.»

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ amniocentèse ; diagnostic prénatal ; dépistage ; FCS fausse couche spontanée, fausse couche ; trisomies

Auteur·e de cette fiche :

Bernard Bel — 26 Jul 2004

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE)
(2) soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation.
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)