Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=960

Créée le : 27 Oct 2004
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Tout public

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Maternal mortality as an indicator of obstetric care in Europe. BJOG 2004;111:164-9.

Auteur·e(s) :

Wildman K, Bouvier-Colle MH

Année de publication :

2004

URL(s) :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=…

Résumé (français)  :

(Commentaire)

La mort d’une femme en couches est un événement exceptionnel dans les pays développés, mais qui reste néanmoins possible. Le taux de mortalité maternel constitue un indicateur de la qualité des soins périnataux d’un pays et donc de l’efficacité de son système de santé. Le but de K Wildman et coll. était de comparer les taux de mortalité maternelle entre les pays européens pour en déduire des différences dans les prises en charge des femmes enceintes.

Entre 1992 et 1995, les auteurs ont identifié 290 décès analysables parmi 13 pays européens dont la France. était considéré comme décès maternel toute mort dont l’origine provenait de l’état gravidique, dûment constatée par un panel d’experts à partir du certificat de décès et si nécessaire du dossier médical, et survenant dans le courant de la gestation ou dans l’année suivant l’accouchement. Les différents taux de mortalité ainsi définie permettaient de séparer les pays en un groupe de faible létalité avec un taux moyen de 5,9 pour 100 000 naissances vivantes (PCMNV) comprenant, entre autres, la Norvège (3,3 PCMNV) et l’Allemagne (7,6 PCMNV) et un groupe de "forte" létalité avec un taux moyen de 10,2 PCMNV dans lequel se place la France (11,3 PCMNV). La fréquence des morts par hémorragie et par infection est plus élevée dans le groupe des pays à forte mortalité que dans celui des pays à faible mortalité (respectivement 24 vs 11% et 11 vs 6%). Les décès d’origine hypertensive étaient plus nombreux dans le deuxième groupe que dans le premier (24 vs 17%). Après ajustement sur l’âge, on retrouve une majoration du risque de décès pour les femmes de plus de 35 ans beaucoup plus élevée dans le groupe à "forte" mortalité (risque relatif 24 vs 11). Sur le plan du timing, 40% des décès sont survenus en intra-partum et dans les 1ères heures dans les pays à forte mortalité contre 20% pour l’autre groupe.

Ces données confirment que certains pays présentent des dysfonctionnements dans la prise en charge des accouchements et dans la gestion de leurs urgences obstétricales, principalement hémorragiques. La France appartient malheureusement à ce groupe avec un taux de mortalité maternel à peine inférieur à celui de la Hongrie (11,3 vs 11,9 PCMNV) et 4 fois plus élevé que celui de la Norvège. Pour les auteurs de l’étude, cette létalité maternelle constitue un indicateur de l’état de santé générale de la population du pays. La publication de guides de conduite reprenant les stratégies mises en place par les "bons" élèves sonne comme une priorité en France.

Dr Jean-Marie Brideron

Abstract (English)  :

OBJECTIVE: This analysis considers the usefulness of maternal mortality ratio (MMR) as an indicator of obstetric care in the context of low overall maternal mortality. We explore whether variation in the level of MMR among European countries reflects differences in obstetric care.

DESIGN: The data presented in this article were collected as part of the European Concerted Action on Mothers’ Mortality and Severe morbidity (MOMS). In this study, a panel of experts followed a protocol to determine cause of death and whether it was pregnancy-related. This analysis uses the expert panel’s confirmation of cause of death and obstetric attribution.

SETTING: All maternal deaths within 11 European countries.

POPULATION: Two hundred and ninety obstetric deaths occuring between 1992 and 1995.

METHODS: We present the results of a multivariable analysis that controls for cause of death, moment of death, place of death, pregnancy outcome, women’s age and nationality.

MAIN OUTCOME MEASURES: We test the hypothesis that countries with higher MMR would have proportionally more cases of direct obstetric death due to thromboembolism, hypertension, haemorrhage or infection compared with other countries in the study. We examine timing of death and maternal age to measure whether there are differences between country groups for older mothers.

RESULTS: We find distinct patterns in cause and timing of death and age-specific mortality ratios between countries with different levels of MMR.

CONCLUSIONS: Despite low rates of maternal mortality in Europe, between-country differences follow patterns with respect to cause and timing of death and maternal age. In addition to representing an important indicator of health status in a country, differences in MMR among European countries provide insight to where obstetric care plays a role maternal deaths.

Sumário (português)  :

Remarques :

L’ANAES a été saisi récemment par le CNGOF pour l’émission de recommandations de pratique clinique concernant la prévention des hémorragies post-partum. A noter toutefois que le dossier soumis par le CNGOF ne propose aucune étude des facteurs de risque présumés, comme le déclenchement, l’utilisation des ocytocines et l’immobilisation des parturientes en position lithotomique, propositions qui lui avaient été suggérées par le CIANE (Collectif Interassociatif Autour de la NaissancE, <http://naissance.ws/CIANE/>).

Argument (français) :

Certains pays présentent des dysfonctionnements dans la prise en charge des accouchements et dans la gestion de leurs urgences obstétricales, principalement hémorragiques. La France appartient malheureusement à ce groupe

Argument (English):

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ hémorragie postpartum ; âge maternel ; morbidité

Auteur·e de cette fiche :

Bernard Bel — 27 Oct 2004

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, http://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)