Choisissez votre fonte :
 Arimo
 Merriweather
 Mukta Malar
 Open Sans Condensed
 Rokkitt
 Source Sans Pro
 Se connecter


 Français 
 English 
 Português 

[Valid RSS] RSS
bar

Base de données - Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR)

Présentation de cette base de données documentaires (site de l’AFAR)
Actuellement 3032 fiches
Chaîne YouTube (tutoriel)

https://afar.info/id=982

Créée le : 03 Nov 2004
Modifiée le : 02 Dec 2007

 Modifier cette fiche
Ne suivez ce lien que si vous possédez un mot de passe d’éditeur !


Partager : Facebook logo   Tweeter logo   Spécialisé

Notice bibliographique (sans auteurs) :

Neonatal and maternal morbidity in relation to the length of the second stage of labour. Br J Obstet Gynaecol 1992; 99 : 381-5

Auteur·e(s) :

Saunders NS, Paterson CM.

Année de publication :

1992

URL(s) :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=…

Résumé (français)  :

En étudiant la morbidité maternelle et néonatale en relation avec la durée de la deuxième phase du travail (définie entre dilatation complète et la naissance), les auteurs constatent une augmentation du nombre d’infections maternelles et d’hémorragies du postpartum avec la durée de la 2e période. Ils constatent également que le risque hémorragique est moindre si l’accouchement se termine spontanément.

Ils ont mesuré un risque augmenté pour les épisiotomies (taux de 29.3%, OR 2.3, CI 95% 2.1-2.6)

(Etude rétrospective de 36727 accouchements unipares en 1988, 17 maternités de North West Thames Health Region, Royaume-Uni)

Abstract (English)  :

OBJECTIVE: To investigate the relation between the duration of the second stage of labour and subsequent early neonatal and maternal morbidity.

DESIGN: Retrospective analysis of a regional obstetric database.

SETTING: 17 maternity units in the North West Thames Health Region.

SUBJECTS: Selected from 36,727 consecutive singleton deliveries in 1988. The analysis was confined to the 25,069 women delivered of an infant of at least 37 weeks gestation with a cephalic presentation following the spontaneous onset of labour.

MAIN OUTCOME MEASURES: The relative risk of early maternal morbidity, postpartum haemorrhage (PPH) and postpartum infection, and neonatal morbidity, as judged by low Apgar scores or admission to the special care baby unit (SCBU), in relation to anthropomorphic characteristics (parity and birthweight), interventions (epidural analgesia, episiotomy and operative delivery), signs of fetal compromise (meconium staining of the amniotic fluid or abnormal cardiotocography (CTG)), maternal morbidity in labour (pyrexia) and the duration of the second stage of labour.

RESULTS: The duration of the second stage of labour had a significant independent association with the risk of both PPH and maternal infection after adjustment for other factors. However, there was a similar or greater risk of PPH in association with operative delivery or a birthweight greater than 4000 g. Both maternal pyrexia in labour and primiparity were associated with a greater risk of post partum maternal infection than was the duration of the second stage, although all these factors were statistically significant. In contrast, the duration of the second stage was not significantly associated with the risk of a low Apgar score or admission to SCBU after adjustment for other factors.

CONCLUSIONS: The duration of the second stage of labour has a positive independent association with early maternal morbidity. We could show no such relation between time spent in the second stage of labour and the frequency of low Apgar scores or the rate of admission to SCBU. With current management approaches, in the absence of factors suggesting fetal compromise, second stage labours of up to 3 h duration do not seem to carry undue risk to the fetus.

Sumário (português)  :

Remarques :

Les auteurs trouvent un risque hémorragique accru en cas d’analgésie péridurale (OR 2.1, CI 95% 1.9-2.4), ce risque persiste après ajustement à une population de femmes accouchées sans analgésie péridurale, d’une durée de 2e période < 120 mn et d’un poids d’enfant compris entre 2500 et 3499g, (OR 1.4, CI 95% 1.2-1.6) (3). Le taux de péridurale est de 6% des accouchements dans cette étude. Soulignons qu’il est difficile d’extrapoler ou de conclure sur une telle prévalence de l’analgésie péridurale quand on sait qu’elle est en moyenne dix fois supérieure dans les salles d’accouchement françaises, et que de ce fait, il doit y avoir d’importantes différences en terme d’indication et de contexte de sa réalisation.

Argument (français) :

Augmentation du nombre d’infections maternelles et d’hémorragies du postpartum avec la durée de la 2e période. Toutefois, le risque d’hémorragie postpartum est encore plus lié à l’extraction isntrumentale et à un poids de naissance supérieur à 4000g.

Argument (English):

The duration of the second stage of labour had a significant independent association with the risk of both PPH and maternal infection after adjustment for other factors. However, there was a similar or greater risk of PPH in association with operative delivery or a birthweight greater than 4000 g.

Argumento (português):

Mots-clés :

➡ infections ; hémorragie postpartum ; épisiotomie ; extraction instrumentale ; péridurale ; morbidité ; dilatation

Auteur·e de cette fiche :

Bernard Bel — 03 Nov 2004
➡ dernière modification : Bernard Bel — 02 Dec 2007

Discussion (afficher uniquement le français)
 
➡ Réservé aux utilisateurs identifiés



 J'ai lu la charte des discussions et j'en accepte les conditions (voir la charte)

barre

Autre requête experte --- Autre requête simple

Création d'une fiche --- Importation de fiches

Gestion des utilisateurs --- Sauvegarder la base de données --- Contact

bar

Cette base de données est gérée par l'Alliance francophone pour l'accouchement respecté (AFAR, https://afar.info)
affiliée au Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE, https://ciane.net).
Elle est alimentée par les contributions de bénévoles intéressés par le partage des informations scientifiques.
Si vous approuvez ce projet, vous pouvez nous aider de plusieurs manières :
(1) devenir contributeur sur cette base, si vous avez un peu d'expérience en documentation
(2) ou soutenir financièrement l'AFAR (voir ci-dessous)
(3) ou devenir membre de l'AFAR (ou d'une autre association affiliée au CIANE).
Connectez-vous ou créez un compte pour suivre les modifications ou devenir éditrice.
Contactez afar.association(arobase)gmail.com pour plus d'informations.

Valid CSS! Valid HTML!
Nos ressources servent principalement à couvrir les frais d’hébergement des sites
et bases de données, l’impression de flyers et occasionnellement des frais de transport.
Les donateurs particuliers peuvent demander un reçu fiscal de l’AFAR donnant droit, en France, à une
réduction d’impôt égale à 66 % du montant dans la limite de 20% du revenu imposable (voir texte)