Prévenir les hémorragies post partum. Communiqué AFAR, décembre 2004

Lors d’une réu­nion de tra­vail fin octo­bre 2004, Gilles Gaebel, mem­bre du CIANE (Col­lec­tif Interas­so­ci­atif Autour de la Nais­sancE) et de l’A­FAR (Alliance Fran­coph­o­ne pour l’Ac­couche­ment Respec­té), était rap­por­teur au Con­seil Sci­en­tifique (CS) de l’ANAES (Agence Nationale d’Ac­crédi­ta­tion et d’E­val­u­a­tion en San­té) tra­vail­lant sur le dossier hémor­ragie post­par­tum (HPP), pour lequel le CNGOF (Con­seil Nation­al des Gyné­co­logues-Obstétriciens de France) avait émis des propo­si­tions de Recom­man­da­tions de Pra­tique Clin­ique (RPC).

Jour J : tous les gestes sécurité (revue Parents, septembre 2004)

Cette dis­cus­sion a eu lieu sur la liste publique Re-Co-Nais­sance http://fr.groups.yahoo.com/group/Re-Co-Naissances/message/1810 Cet arti­cle est paru dans la revue “Par­ents” en vente dans les kiosques depuis début sep­tem­bre. Vos com­men­taires (étayés de références) sont bien­venus, de préfer­ence sur la liste “Re-Co-Nais­­sances” pour les met­tre en lien à par­tir d’autres sites web… Bernard Bel Lire la suite…

Par Bernard Bel, il y a
Article_parents_2004_page101

La « vérité » sur l’épisiotomie (magazine PARENTS, juillet 2004, p. 100–102)

Autour du dossier pub­lié par Nathalie Chahine dans PARENTS, juil­let 2004, p. 100–102, avec Françoise Bardes, du réseau Sages-femmes Île-de-France et le Pr Bernard-Jean Paniel, chef du ser­vice de gyné­colo­gie obstétrique de l’hôpi­tal inter­com­mu­nal de Créteil. Voir les fac-sim­ilés de l’ar­ti­cle au for­mat JPEG Texte inté­gral de l’ar­ti­cle (voir plus bas) Répons­es à Lire la suite…

Article les JTA, 1998: La controverse sur l’épisiotomie, ou faut-il continuer à prévenir les déchirures périnéales ? et réponses

Arti­cle  du site des JTA (journées des tech­niques avancées en obstétrique, gyné­colo­gie et pédi­a­trie) — 1998 http://www.lesjta.com/article.php?ar_id=406 La con­tro­verse sur l’épi­siotomie, ou faut-il con­tin­uer à prévenir les déchirures périnéales ? A. Pigné , X Fri­tel et P. Madelé­nat Des pub­li­ca­tions récentes remet­tent en cause la pra­tique de l’épi­siotomie pour prévenir les déchirures Lire la suite…

Par Bernard Bel, il y a

Le projet de naissance

(date de cet arti­cle incer­taine — Prob­a­ble­ment 2003–2005) Quelques infor­ma­tions pour le pré­par­er Le dia­logue avec le monde médi­cal est encore loin de se faire sans heurts ou con­fronta­tions. Il est mal­heureuse­ment un pas­sage trop sou­vent obligé pour que les par­ents et leurs bébés se fassent respecter tels des inter­locu­teurs Lire la suite…

Par Bernard Bel, il y a

Article Le Généraliste avril 2004 Les déchirures périnéales

Extrait du dossier « Bilan du post-par­tum, le prix de la mater­nité » Le Général­iste, 2287, ven­dre­di 23 avril 2004. Arti­cle source : L’épi­siotomie prévient les déchirures périnéales sévères avec rup­ture du sphinc­ter risquant d’en­traîn­er une incon­ti­nence anale. Elle ne prévient en aucun cas les risques uri­naires. Suiv­ant les ser­vices, elle est pra­tiquée dans Lire la suite…

Epidémie d’épisiotomies en France (septembre 2003)

Sep­tem­bre 2003. Semaine de ren­trée : après la trêve esti­vale, la canicule, les incendies, c’est le retour de l’épidémie de pneu­mopathie atyp­ique dans les médias, la vig­i­lance s’im­pose avant l’ar­rivée de l’hiv­er ! Pour­tant, à juger de la con­ta­giosité très faible de ce syn­drome par rap­port à notre grippe hiver­nale (1), il paraît sur­prenant de lui accorder autant d’importance.

D’au­tant que nous avons en France, bien d’autres épidémies. L’épi­siotomie atyp­ique (Sec­tion Sys­té­ma­tique du Périnée : SSP) par exem­ple ; une seule per­son­ne peut trans­met­tre cette atteinte à plus de 100 autres chaque année !

La trans­mis­sion s’opère du per­son­nel médi­cal qual­i­fié vers les patientes pleines de con­fi­ance. Con­traire­ment au SRAS, l’o­rig­ine con­nue à ce jour est 100% humaine, aucune épidémie de ce genre n’ayant été observée chez l’animal.

L’épi­siotomie atyp­ique ou SSP est respon­s­able d’une perte san­guine supérieure à celle occa­sion­née par la césari­enne (2) avec des con­séquences dom­mage­ables à la mère comme à l’en­fant. A ce titre elle est classée par l’OMS dans « les pra­tiques fréquem­ment util­isées à tort » lors de l’ac­couche­ment nor­mal (3). (suite…)