Français Eng­lish Por­tuguês

Note de veille médiatique

Alors qu’Agnès Buzyn, min­istre de la san­té, n’en finit pas de déclar­er que les mater­nités sont fer­mées pour raisons de sécu­rité et non pour raisons économiques (1), les mater­nités men­acées se retrou­vent same­di 26 jan­vi­er 2019 à Bernay pour une journée de reven­di­ca­tions com­munes (2).

Dans le même temps, un arti­cle de Jean Blaquière dans Le Figaro du 24.01.2019 (3) s’appuyant sur les travaux de la DREES nous apprend que:

La ques­tion des sages-femmes est par­ti­c­ulière­ment préoc­cu­pante : con­crète­ment, près de 8,3 mil­lions de per­son­nes, dont 1,6 mil­lion de femmes en âge de pro­créer rési­dent dans une com­mune man­quant de sages-femmes, ce qui représente 13 000 com­munes env­i­ron. 968 000 per­son­nes, dont 167 000 femmes poten­tielle­ment con­cernées, doivent met­tre plus de 45 min­utes pour se ren­dre à la mater­nité la plus proche. Cette ten­dance s’ac­croît avec la fer­me­ture con­stante de mater­nités : son nom­bre a dimin­ué de près de 40% en métro­pole entre 1996 et 2016, pas­sant de plus de 800 à moins de 500.

Mais l’aspect dras­tique des fer­me­tures est encore plus mar­qué si nous retournons plus longtemps en arrière, et la ques­tion est désor­mais de savoir si nous ne sommes pas actuelle­ment en train d’attaquer l’os ! En effet, la France est passée de 1747 mater­nités en 1972 (4) et à moins de 500 aujourd’hui. C’est entre 3 et 4 fois moins de mater­nités pour accueil­lir un nom­bre de nais­sances sta­ble à env­i­ron 800 000 nais­sances par an. Si les petites mater­nités et les mater­nités privées ou mutu­al­istes ont été les plus touchées (5), un cer­tain nom­bre de gross­es mater­nités publiques ont égale­ment fer­mé ou se retrou­vent sur la sel­l­ette comme Saint-Antoine (Est Parisien, 2500 accouche­ments par an, fer­mée en 2012) (6), ou plus récem­ment Creil (Oise, mater­nité de niveau 3, 1600 accouche­ments env­i­ron, men­acée) (7).

Ces fer­me­tures ont un impact dif­férent en fonc­tion de la struc­ture de la pop­u­la­tion. Par exem­ple, dans l’Oise, la mater­nité de Cler­mont est déjà fer­mée et Creil est sur le point de l’être. Or, dans le bassin creil­lois, un tiers de la pop­u­la­tion est très pré­caire et près de 40 % de la pop­u­la­tion n’a pas de voiture. Si Map­py indique 21 min pour rejoin­dre Sen­lis en voiture, il faut compter un peu plus d’une heure à vélo ou en bus (en journée) et plus de 2 heures 30 à pied…

L’éloignement géo­graphique comme l’accès mal­com­mode entraîne un risque d’accoucher en chemin de manière inopinée et non accom­pa­g­née par un per­son­nel for­mé. À tel point que Patrick Pel­loux a sig­nalé dans L’Émission poli­tique du 24 jan­vi­er qu’une for­ma­tion s’était tenue au ser­vice des urgences de Creil afin d’apprendre à accom­pa­g­n­er les accouche­ments aupar­a­vant pris en charge à la mater­nité. “Une sit­u­a­tion d’appauvrissement du ser­vice”, selon ses pro­pres mots (8).

Les dif­fi­cultés des Creil­lois­es ne sont pas sans rap­pel­er celles ren­con­trées par les Bernayennes. A Bernay (Eure), en effet une par­tie des femmes vien­nent accouch­er en scoot­er (9). Dans ces con­di­tions, ajouter quelques dizaines de kilo­mètres sup­plé­men­taires pour se ren­dre à Lisieux ou Evreux prend une réso­nance toute par­ti­c­ulière. Cette mater­nité ini­tiale­ment men­acée de fer­me­ture en févri­er 2019 a emporté une pre­mière bataille pour sa survie avec un report de la fer­me­ture. Une fer­me­ture néan­moins con­fir­mée par Emmanuel Macron en vis­ite à Sainte Bourgth­er­oulde (10). Divers par­ti­sans du main­tien de la mater­nité ont par ailleurs assigné la min­istre de la san­té Agnès Buzyn en jus­tice pour dén­i­gre­ment et préju­dice moral.

À la veille de la journée de mobil­i­sa­tion des mater­nités en colère de ce same­di 26 jan­vi­er à Bernay, de nou­velles men­aces se font jour et s’ajoutent à des inquié­tudes plus anciennes :

  • En Bre­tagne : si Guingamp a obtenu un sur­sis, Dinan serait désor­mais men­acée (11). Les per­son­nels de Dinan craig­nent un effet domi­no sur d’autres ser­vices de l’hôpital (12).
  • En Alsace : d’après une vidéo mil­i­tante des per­son­nels, le ser­vice des urgences de l’hôpital d’Altirch serait main­tenant men­acé et non plus seule­ment la mater­nité (13). Tou­jours en Alsace, la mater­nité du Thann est tou­jours sur la sel­l­ette (14).
  • Dans le Béarn, à la mater­nité d’Oloron Sainte Marie : après deux échecs devant les tri­bunaux, un appel est pos­si­ble jusqu’au 20 févri­er. Asso­ci­a­tion SOS Prox­im­ité (15).
  • Dans l’Oise après Cler­mont, Creil en men­ace de fer­me­ture (7).
  • Dans l’Indre, la mater­nité du Blanc est fer­mée mal­gré les nom­breuses actions du Comité de défense Cpas­de­mainlaveille. La bataille con­tin­ue (16).
  • En Mayenne (57), la mater­nité de Mayenne (deux­ième ville du départe­ment après Laval), 750 accouche­ments par an env­i­ron a dû fer­mer quelques semaines fin décem­bre et courant jan­vi­er faute d’anesthésistes. Alors qu’une réou­ver­ture était prévue le 21 jan­vi­er, la sit­u­a­tion se pro­longe et affecte égale­ment le ser­vice de chirurgie (17).
  • En Nor­mandie, la mater­nité de Bernay (9, 10) mais Fécamp est en mau­vaise posi­tion (18) alors que Vire avait déjà fer­mé en 2013.

  1. https://youtu.be/g63yH3mYvug
  2. https://www.facebook.com/LiberteEgaliteProximite/
  3. http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2019/01/24/20002–20190124ARTFIG00142-infirmiers-sage-femme-kine-l-acces-au-personnel-de-soins-s-ameliore-doucement.php
  4. Hugo Pilk­ing­ton (a) et Jen­nifer Zeitlin (b) Dis­tance, acces­si­bil­ité et iné­gal­ités de san­té péri­na­tale (voir PDF) page 4.
  5. https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/02/01/deux-tiers-des-maternites-ont-ferme-en-france-en-quarante-ans_5250322_4355770.html
  6. https://www.humanite.fr/fermeture-de-la-maternite-de-saint-antoine-aphp-danger-grave-et-imminent-pour-les-futures-mamans-489
  7. http://comitededefenseophpcreilsenlis.over-blog.com/2018/01/pourquoi-nous-mobiliser-pour-le-maintien-de-la-maternite-de-creil.html
    http://www.mairie-montataire.fr/non_a_la_fermeture_de_la_maternite_de_creil.html (cf vidéo)
    Mater­nité de Creil (Oise) : https://www.humanite.fr/non-la-fermeture-de-la-maternite-de-creil-666810
    https://www.change.org/p/non-à-la-fermeture-de-la-maternité-de-l-hôpital-de-creil
  8. https://www.youtube.com/watch?v=xgtzpf6_NS8 à 1h15-1h17
  9. Mater­nité de Bernay : https://www.franceinter.fr/emissions/grand-angle/grand-angle-29-mars-2018
  10. https://www.francebleu.fr/infos/societe/maternite-de-bernay-emmanuel-macron-confirme-la-fermeture-les-opposants-protestent-1547662802
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/maire-bernay-assigne-justice-ministre-sante-denigrement-1603397.html
  11. https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/dinan/hopital-la-colere-des-personnels-eclate-24–01-2019–12191640.php
  12. https://www.ouest-france.fr/bretagne/dinan-22100/l‑hopital-de-dinan-une-intersyndicale-creee-pour-defendre-la-maternite-6193888
  13. Men­ace sur les urgences à Altkirch : https://youtu.be/-pgQA8p_PPU
    Men­ace sur la mater­nité d’Altkirch : https://www.lalsace.fr/actualite/2019/01/07/un-clip-de-soutien-a-la-maternite-d-altkirch
  14. Mater­nité du Thann (Alsace) : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/emissions/rund-um‑0/inquietude-maternite-thann-1600755.html
  15. Oloron Sainte Marie (Béarn) : https://www.sudouest.fr/2019/01/24/maternite-deux-ambiances-5759494–4778.php
  16. Mater­nité du Blanc (Indre) : https://www.atlantico.fr/node/3564505
  17. Mater­nité de Mayenne (Mayenne) : https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/les-accouchements-ne-reprendront-pas-a-la-maternite-de-mayenne-avant-le-21-janvier-comme-prevu-1546940685
  18. Mater­nité de Fécamp : https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/la-maternite-de-fecamp-est-elle-menacee-de-fermeture-1540833814
  19. Mater­nité de Vire : https://www.urml-normandie.org/438-communique-presse-fermeture-maternite-vire/

Categorías: BlogVeille médiatique

0 comentarios

Deja una respuesta

Marcador de posición del avatar

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.