Français Eng­lish Por­tuguês

Semaine Mon­di­ale pour l’Ac­couche­ment Respec­té (2005)

Sur le thème “Les posi­tions de l’ac­couche­ment : acteurs et met­teurs en scène, respect des choix…”


Source : http://www.tobinatal.com.ar/boletin.html [lien non valide/2012 mais http://www.tobinatal.com.ar/ est tou­jours consultable)

C’est avec beau­coup d’en­t­hou­si­asme que nous venons célébr­er durant les derniers jours de mai la Semaine Mon­di­ale de l’Ac­couche­ment Respec­té, une nou­velle oppor­tu­nité de défendre les droits des femmes, des hommes et des enfants lors de la naissance.

Ain­si, alors que l’an dernier le thème avait été l’u­til­i­sa­tion et l’abus de l’épi­siotomie, cette année la devise a été celle du libre choix dans les posi­tions pour accoucher.

Pour beau­coup ce fut la pre­mière occa­sion d’é­couter une ver­sion dif­férente de celle du dis­cours hégé­monique qui cir­cule sur le thème de l’ac­couche­ment dans notre cul­ture. Une pos­si­bil­ité d’ou­vrir le débat dans la com­mu­nauté en prof­i­tant de la péné­tra­tion que les médias et spé­ciale­ment la télévi­sion ont dans nos familles.

Encore une fois nous affron­tons le défi de vouloir informer sans angoiss­er. Défi que nos assumons quand, face à la dés­in­for­ma­tion avec laque­lle les gens arrivent, et leur con­séquente accep­ta­tion pas­sive des con­di­tions que le sys­tème de san­té impose face à la nais­sance, nous présen­tons tout un éven­tail de pos­si­bil­ités sur lesquelles la femme compte comme droit de choisir une forme d’ac­couch­er phys­i­ologique qui respecte ses dif­férences et ses pos­si­bil­ités émo­tion­nelles, famil­iales et culturelles.

Nous con­nais­sons la tran­quil­lité trompeuse qu’of­fre la mécon­nais­sance et le prix que finis­sent par pay­er à la longue les femmes et les bébés sur leur san­té psychophysique.

Nous préférons de toute façon semer l’in­quié­tude, et dans tous les cas accom­pa­g­n­er de près l’in­cer­ti­tude qu’elle génère à tra­vers un tra­vail psy­cho cor­porel per­son­nal­isé et une réflex­ion en groupe durant les 9 mois de grossesse.

Nous aidons à dimen­sion­ner les lim­ites qu’im­posent les con­di­tions actuelles de notre sys­tème de santé.

De même, nous savons que l’in­sécu­rité émo­tion­nelle et la sit­u­a­tion par­ti­c­ulière que tra­verse chaque cou­ple pen­dant la grossesse influ­ent sur la pos­si­bil­ité de choisir librement.

Pren­dre con­science peut, au début, génér­er une angoisse. Mais nous ne le craignons pas car, comme pour toute expéri­ence de douleur, si on en tire par­ti elle se révèle fructueuse et stim­u­lante pour pro­duire des transformations.

Notre tra­vail, en défini­tive, con­siste à encour­ager le change­ment en respec­tant les temps et con­vic­tions de chaque cou­ple Il s’ag­it plus de com­ment se posi­tion­ner face à la vie que d’ap­pren­dre à choisir la posi­tion pour accoucher.

En se ren­dant compte à quel niveau la manière d’ac­couch­er reflète notre pro­pre manière de vivre, nous pour­rons prof­iter de ce temps de ges­ta­tion pour recon­naître com­ment nous vivons et con­cré­tis­er les change­ments dont nous ressen­tons la nécessité.

Viviana Tobi, le 4 juin 2005



Categorías: SMAR2005

1 comentario

Deja una respuesta

Marcador de posición del avatar

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.