Français Eng­lish Por­tuguês

(Arti­cle récupéré des archives de l’AFAR)

Les col­lèges pro­fes­sion­nels de gyné­co­logues-obstétriciens de plusieurs pays ont pub­lié récem­ment des com­mu­niqués met­tant en garde la pop­u­la­tion con­tre une pra­tique certes mar­ginale, mais en pro­gres­sion con­stante : celle de l’ac­couche­ment à domi­cile (AAD). Nous pub­lions ci-dessous l’ar­ti­cle dif­fusé par l’Amer­i­can Col­lege of Obste­tri­cians and Gynecologists(ACOG), et, en République tchèque, un com­mu­niqué com­mun de la société de gyné­colo­gie et d’ob­stétrique, de la sec­tion de médecine péri­na­tale et de l’as­so­ci­a­tion des gyné­co­logues privés.

Ayant con­staté une grande sim­i­lar­ité d’ar­gu­ments à l’ap­pui de ces déc­la­ra­tions, et l’inu­til­ité de toute dis­cus­sion s’ap­puyant sur les don­nées de médecine factuelle (evi­dence-based), l’AFAR pro­pose un logi­ciel — ➡ suiv­re ce lien 🙂 — d’aide à la rédac­tion qui per­me­t­tra aux pro­fes­sion­nels de san­té des pays fran­coph­o­nes d’ac­com­plir sans délai leur devoir d’in­for­ma­tion et de préven­tion face au désas­tre san­i­taire annon­cé par leurs collègues.

Ne lire qu’en cas d’ab­solue nécessité :


ACOG State­ment of Pol­i­cy As issued by the ACOG Executive

Board

OUT-OF-HOSPITAL BIRTHS IN THE UNITED STATES

Labor and deliv­ery is a phys­i­o­log­ic process that most women expe­ri­ence with­out com­pli­ca­tions. Ongo­ing sur­veil­lance of the moth­er and lit­tle or no warn­ing, even in low risk preg­nan­cies. In some of these instances, the avail­abil­i­ty of exper­tise and inter­ven­tions on .an urgent or emer­gent basis may be life-sav­ing for the moth­er, the fetus or the new­born and may reduce the like­li­hood of an adverse out­come. For these rea­sons, the Amer­i­can Col­lege of Obste­tri­cians and Gyne­col­o­gists (ACOG) believes that the hos­pi­tal, includ­ing a birthing cen­ter with­in a hos­pi­tal com­plex, that con­forms to the stan­dards out­lined by Amer­i­can Acad­e­my of Pedi­atrics and ACOG,(1) is the safest set­ting for labor, deliv­ery, and the imme­di­ate post­par­tum peri­od. ACOG also strong­ly sup­ports pro­vid­ing con­di­tions that will improve the birthing expe­ri­ence for women and their fam­i­lies with­out com­pro­mis­ing safety.

Stud­ies com­par­ing the safe­ty and out­come of U.S. births in the hos­pi­tal with those occur­ring in oth­er set­tings are lim­it­ed and have not been sci­en­tif­i­cal­ly rig­or­ous. The devel­op­ment of well-designed research stud­ies of suf­fi­cient size, pre­pared in con­sul­ta­tion with obstet­ric depart­ments and approved by insti­tu­tion­al review boards, might clar­i­fy the com­par­a­tive safe­ty of births in dif­fer­ent set­tings. Until the results of such stud­ies are con­vinc­ing, ACOG strong­ly oppos­es out-of-hos­pi­tal births. Although ACOG acknowl­edges a wom­an’s right to make informed deci­sions regard­ing her deliv­ery, ACOG does not sup­port pro­grams or indi­vid­u­als that advo­cate for or who pro­vide out-of-hos­pi­tal births.

Tra­duc­tion :

Le tra­vail et l’ac­couche­ment sont des proces­sus phys­i­ologiques dont la plu­part des femmes font l’ex­péri­ence sans com­pli­ca­tions. Une sur­veil­lance con­tin­ue de la mère et du foe­tus est essen­tielle car de graves com­pli­ca­tions durant l’ac­couche­ment peu­vent sur­venir avec peu ou sans signes précurseurs, même dans le cas de grossess­es à bas risques. Dans cer­tains de ces cas, la disponi­bil­ité de com­pé­tences et les inter­ven­tions dans des con­di­tions urgentes ou émer­gentes peut sauver la vie de la mère, du foe­tus ou du nou­veau-né et peut réduire la prob­a­bil­ité d’un résul­tat défavorable.

C’est pourquoi, l’Amer­i­can Col­lege of Obste­tri­cians and Gyne­col­o­gysts (ACOG) pense que l’hôpi­tal, inclu­ant un ser­vice de mater­nité au sein d’un com­plexe hos­pi­tal­ier, en se con­for­mant aux critères dressés par l’Amer­i­can Acad­e­my of Pedi­atrics et l’ACOG, représente le cadre le plus sûr pour le tra­vail, l’ac­couche­ment et les suites de couch­es immé­di­ates. L’ACOG sou­tient égale­ment forte­ment la mise à dis­po­si­tion de con­di­tions qui amélioreront l’ex­péri­ence de la nais­sance des femmes et de leurs familles sans com­pro­met­tre leur sécurité.

Des études com­para­nt la sécu­rité et l’is­sue aux Etats-Unis des nais­sances à l’hôpi­tal avec celles se déroulant dans d’autres milieux sont lim­itées et n’ont pas été menées rigoureuse­ment d’un point de vue sci­en­tifique. Le développe­ment d’é­tudes de recherche bien conçues et de taille suff­isante, pré­parées avec la con­sul­ta­tion avec les départe­ments d’ob­stétrique et approu­vées par les com­mis­sions de revues insti­tu­tion­nelles,  pour­rait com­par­er claire­ment la sécu­rité des nais­sances dans dif­férents lieux. Jusqu’à ce que les résul­tats de ces recherch­es soient con­va­in­cantes, l’ACOG s’op­pose fer­me­ment aux nais­sances en dehors du cadre hos­pi­tal­ier. Bien que l’ACOG recon­naisse à chaque femme le droit de pren­dre des déci­sions éclairées sur ce qui con­cerne son accouche­ment, l’ACOG ne sou­tient pas les pro­grammes et les indi­vidus qui prô­nent ou qui pra­tiquent les nais­sances en dehors de l’hôpital.

(1) Amer­i­can Acad­e­my of Pedi­atrics and /American Col­lege of Obste­tri­cians and Gyne­col­o­gists. Guide­lines for Peri­na­tal Care, 5th Edi­tion. Elk Grove Vil­lage, IL, AAP/ACOG, 2002.

Approved by the Exec­u­tive Board Octo­ber 2006

The Amer­i­can Col­lege of Obste­tri­cians and Gynecologists

409 12th Street, SW, PO Box 96920.

Wash­ing­ton, DC 20090–6920

Tele­phone 202 6385577


6th Novem­ber, 2006

http://www.medical-tribune.cz/src/cs/archiv/mtr/109/3157

Thanks to the con­sis­tent imple­men­ta­tion of the Peri­na­to­log­i­cal Pro­gramme and its con­tin­u­ous updat­ing, the results achieved by obstet­ric med­i­cine in the Czech Repub­lic place it on a par with the world’s most devel­oped coun­tries. Noth­ing is changed in this fact by the argu­ments pre­sent­ed in the UNIPA press release of 24 Octo­ber 2006 ques­tion­ing these results. Even if we were to switch to WHO sta­tis­tics, the Czech Repub­lic belongs among those coun­tries with the best peri­na­tal care in the world, right next to Japan and Swe­den. It is dis­con­cert­ing that the women who most ques­tion this objec­tive real­i­ty are also the ones who ham­per the work of health­care per­son­nel by delib­er­ate­ly expos­ing them to extreme stress, as they are then called upon to deal with neglect­ed and life-threat­en­ing com­pli­ca­tions result­ing from child­birth out­side health­care insti­tu­tions. The costs of treat­ing the moth­er or new­born are then sev­er­al times high­er, often accom­pa­nied by per­ma­nent con­se­quences that sig­nif­i­cant low­er the new­born’s qual­i­ty of life. The long-term efforts by some mid­wives (sup­port­ed by lay inter­est groups) to pro­mote labour man­age­ment in the house­hold rep­re­sent a neg­a­tive phe­nom­e­non — one which under con­di­tions in the Czech Repub­lic will result in an increased num­ber of com­pli­ca­tions and high­er mater­nal and infant mor­bid­i­ty and mor­tal­i­ty. There is no point in refer­ring to for­eign expe­ri­ence, since all those coun­tries that tol­er­ate home birth have a com­plete­ly dif­fer­ent health­care sys­tem and mater­ni­ty ser­vices, includ­ing high qual­i­ty home care and con­trac­tu­al agree­ments with hos­pi­tals’ bed wards.

We res­olute­ly dis­agree with the false infor­ma­tion pro­vid­ed to preg­nant women and their part­ners at pre­na­tal cours­es organ­ised by cer­tain pri­vate organ­i­sa­tions. It is irre­spon­si­ble to pro­mote child­birth in the house­hold with­out explain­ing the risks com­pared to man­aged labour in a health­care insti­tu­tion.  Since labour is a dynam­ic process in which com­pli­ca­tions can occur at any stage, it is dif­fi­cult to pre­dict whether preg­nan­cy will end through phys­i­o­log­i­cal child­birth or obstet­ric surgery.

Child­birth in the house­hold expos­es both moth­er and foe­tus to unnec­es­sary risks and can­not out­weigh the often ques­tion­able advan­tages sup­pos­ed­ly pro­vid­ed by the home envi­ron­ment. The only guar­an­tee for safe labour man­age­ment is a deliv­ery room prop­er­ly equipped for rapid and accu­rate diag­no­sis and capa­ble of address­ing sud­den sit­u­a­tions that may occur pri­or to, dur­ing and after birth. There is noth­ing to pre­vent deliv­ery rooms from being fur­nished like a liv­ing space in order to cre­ate a pleas­ant envi­ron­ment and the inti­mate atmos­phere of home. Con­tem­po­rary med­i­cine can­not rec­om­mend child­birth in the house­hold. Doing so may lead to an unde­sired wors­en­ing of the state of health of the Czech population.

Tra­duc­tion :

Grâce à la mise en oeu­vre cohérente du Pro­gramme de Péri­na­tolo­gie et sa mise à jour con­tin­uelle, les résul­tats obtenus par la médecine obstétri­cale en République Tchèque pla­cent le pays au même niveau que les plus grands pays dévelop­pés dans le monde. Les argu­ments présen­tés par l’U­NI­PA lors de sa sor­tie dans la presse du 24 octo­bre 2006 ne changent rien à cela. Même si nous com­mu­tions les sta­tis­tiques de l’OMS, la République Tchèque appar­tient à ces pays qui dis­pensent les meilleurs soins péri­na­tals dans le monde, juste après le Japon et la Suède. Il est décon­cer­tant que les femmes qui met­tent en doute cette réal­ité objec­tive soient égale­ment celles qui entra­vent le tra­vail des per­son­nels soignants en les exposant à un stress extrême lorsqu’ils ont ensuite à traiter des com­pli­ca­tions qui ont été nég­ligées et qui représen­tent un dan­ger pour leur vie à la suite d’un accouche­ment en dehors des insti­tu­tions médi­cales. Les coûts des traite­ments de la mère ou du nou­veau-né sont la plu­part du temps bien plus élevés et sou­vent accom­pa­g­nées de séquelles per­ma­nentes qui dimin­u­ent la qual­ité de vie du bébé. Les efforts à long terme de quelques sages-femmes (soutenues par des groupes d’in­térêt pro­fanes) à pro­mou­voir la ges­tion du tra­vail à domi­cile représen­tent un phénomène négatif &endash; qui dans les con­di­tions de la République Tchèque résul­tera à un nom­bre de com­pli­ca­tions ain­si qu’une mor­bid­ité et une mor­tal­ité mater­nelle et infan­tile plus élevés. Il n’y a pas lieu de se référ­er à l’ex­péri­ence de pays étrangers, puisque tous ces pays qui tolèrent l’ac­couche­ment à domi­cile dis­posent d’un sys­tème de soins et des ser­vices de mater­nité totale­ment dif­férents, dont des soins à domi­cile de grande qual­ité et des accords con­tractuels de mise à dis­po­si­tion de lits d’hôpitaux.

Nous sommes résol­u­ment en désac­cord avec les fauss­es infor­ma­tions fournies aux femmes enceintes et leurs con­joints lors de cours pré­nataux organ­isés par cer­taines organ­i­sa­tions privées. Il est irre­spon­s­able de pro­mou­voir l’ac­couche­ment à domi­cile sans en expli­quer les risques en com­para­i­son avec un accouche­ment géré dans une insti­tu­tion médi­cale. Etant don­né que le tra­vail est un proces­sus dynamique lors duquel des com­pli­ca­tions peu­vent sur­venir à tout moment, il est dif­fi­cile de prévoir si une grossesse se ter­min­era par un accouche­ment phys­i­ologique ou une opéra­tion chirur­gi­cale. L’ac­couche­ment à domi­cile expose la mère et le foe­tus à des risques inutiles et ne peut l’emporter sur les avan­tages fort dis­cuta­bles pré­ten­du­ment offerts par un envi­ron­nement fam­i­li­er. La seule garantie d’une ges­tion sûre du tra­vail est une salle de nais­sance prompte­ment équipée pour un diag­nos­tic rapi­de et pré­cis et capa­ble de par­er à des sit­u­a­tions soudaines qui peu­vent sur­venir avant, pen­dant et après la nais­sance. Il n’y a aucune rai­son d’empêcher que les salles d’ac­couche­ment soient meublées comme un lieu de vie dans le but de recréer un envi­ron­nement agréable et l’at­mo­sphère intime du domi­cile. La médecine con­tem­po­raine ne peut pas recom­man­der l’ac­couche­ment à domi­cile. Le faire ris­querait de men­er à une dégra­da­tion indésir­able de la san­té en République Tchèque.

Com­mit­tee of the Czech Gynae­co­log­i­cal and Obstet­ric Soci­ety (CLS JEP), com­mit­tee of the Sec­tion for Peri­na­tal Med­i­cine (CGPSCLSJEP) and the Asso­ci­a­tion of Pri­vate Gynae­col­o­gists of the Czech Republic

Trans­la­tion: Olga von Pohl


Briefing Paper 4, Welsh Assembly Government

Deliv­er­ing the future in Wales: a frame­work for real­is­ing the poten­tial of mid­wives in Wales. June 2002.

Key prin­ci­ple 1.3: “Women with nor­mal preg­nan­cies should be encour­aged to con­sid­er home as an appro­pri­ate alter­na­tive to hos­pi­tal for giv­ing birth.”

Action: “Sup­port and train­ing for mid­wives in home­birth skills must be made.” “Work towards increas­ing home birth to 10%.”

Respon­si­bil­i­ty: Heads of Mid­wifery and oth­ers by 2007




0 comentarios

Deja una respuesta

Marcador de posición del avatar

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.