Eng­lish Por­tuguês Español

(Arti­cle récupéré des archives de l’AFAR)

Les col­lèges pro­fes­sion­nels de gyné­co­logues-obstétriciens de plusieurs pays ont pub­lié récem­ment des com­mu­niqués met­tant en garde la pop­u­la­tion con­tre une pra­tique certes mar­ginale, mais en pro­gres­sion con­stante : celle de l’ac­couche­ment à domi­cile (AAD). Nous pub­lions ci-dessous l’ar­ti­cle dif­fusé par l’Amer­i­can Col­lege of Obste­tri­cians and Gynecologists(ACOG), et, en République tchèque, un com­mu­niqué com­mun de la société de gyné­colo­gie et d’ob­stétrique, de la sec­tion de médecine péri­na­tale et de l’as­so­ci­a­tion des gyné­co­logues privés.

Ayant con­staté une grande sim­i­lar­ité d’ar­gu­ments à l’ap­pui de ces déc­la­ra­tions, et l’inu­til­ité de toute dis­cus­sion s’ap­puyant sur les don­nées de médecine factuelle (evi­dence-based), l’AFAR pro­pose un logi­ciel — ➡ suiv­re ce lien 🙂 — d’aide à la rédac­tion qui per­me­t­tra aux pro­fes­sion­nels de san­té des pays fran­coph­o­nes d’ac­com­plir sans délai leur devoir d’in­for­ma­tion et de préven­tion face au désas­tre san­i­taire annon­cé par leurs collègues.

Ne lire qu’en cas d’ab­solue nécessité :


ACOG State­ment of Pol­i­cy As issued by the ACOG Executive

Board

OUT-OF-HOSPITAL BIRTHS IN THE UNITED STATES

Labor and deliv­ery is a phys­i­o­log­ic process that most women expe­ri­ence with­out com­pli­ca­tions. Ongo­ing sur­veil­lance of the moth­er and lit­tle or no warn­ing, even in low risk preg­nan­cies. In some of these instances, the avail­abil­i­ty of exper­tise and inter­ven­tions on .an urgent or emer­gent basis may be life-sav­ing for the moth­er, the fetus or the new­born and may reduce the like­li­hood of an adverse out­come. For these rea­sons, the Amer­i­can Col­lege of Obste­tri­cians and Gyne­col­o­gists (ACOG) believes that the hos­pi­tal, includ­ing a birthing cen­ter with­in a hos­pi­tal com­plex, that con­forms to the stan­dards out­lined by Amer­i­can Acad­e­my of Pedi­atrics and ACOG,(1) is the safest set­ting for labor, deliv­ery, and the imme­di­ate post­par­tum peri­od. ACOG also strong­ly sup­ports pro­vid­ing con­di­tions that will improve the birthing expe­ri­ence for women and their fam­i­lies with­out com­pro­mis­ing safety.

Stud­ies com­par­ing the safe­ty and out­come of U.S. births in the hos­pi­tal with those occur­ring in oth­er set­tings are lim­it­ed and have not been sci­en­tif­i­cal­ly rig­or­ous. The devel­op­ment of well-designed research stud­ies of suf­fi­cient size, pre­pared in con­sul­ta­tion with obstet­ric depart­ments and approved by insti­tu­tion­al review boards, might clar­i­fy the com­par­a­tive safe­ty of births in dif­fer­ent set­tings. Until the results of such stud­ies are con­vinc­ing, ACOG strong­ly oppos­es out-of-hos­pi­tal births. Although ACOG acknowl­edges a wom­an’s right to make informed deci­sions regard­ing her deliv­ery, ACOG does not sup­port pro­grams or indi­vid­u­als that advo­cate for or who pro­vide out-of-hos­pi­tal births.

Tra­duc­tion :

Le tra­vail et l’ac­couche­ment sont des proces­sus phys­i­ologiques dont la plu­part des femmes font l’ex­péri­ence sans com­pli­ca­tions. Une sur­veil­lance con­tin­ue de la mère et du foe­tus est essen­tielle car de graves com­pli­ca­tions durant l’ac­couche­ment peu­vent sur­venir avec peu ou sans signes précurseurs, même dans le cas de grossess­es à bas risques. Dans cer­tains de ces cas, la disponi­bil­ité de com­pé­tences et les inter­ven­tions dans des con­di­tions urgentes ou émer­gentes peut sauver la vie de la mère, du foe­tus ou du nou­veau-né et peut réduire la prob­a­bil­ité d’un résul­tat défavorable.

C’est pourquoi, l’Amer­i­can Col­lege of Obste­tri­cians and Gyne­col­o­gysts (ACOG) pense que l’hôpi­tal, inclu­ant un ser­vice de mater­nité au sein d’un com­plexe hos­pi­tal­ier, en se con­for­mant aux critères dressés par l’Amer­i­can Acad­e­my of Pedi­atrics et l’ACOG, représente le cadre le plus sûr pour le tra­vail, l’ac­couche­ment et les suites de couch­es immé­di­ates. L’ACOG sou­tient égale­ment forte­ment la mise à dis­po­si­tion de con­di­tions qui amélioreront l’ex­péri­ence de la nais­sance des femmes et de leurs familles sans com­pro­met­tre leur sécurité.

Des études com­para­nt la sécu­rité et l’is­sue aux Etats-Unis des nais­sances à l’hôpi­tal avec celles se déroulant dans d’autres milieux sont lim­itées et n’ont pas été menées rigoureuse­ment d’un point de vue sci­en­tifique. Le développe­ment d’é­tudes de recherche bien conçues et de taille suff­isante, pré­parées avec la con­sul­ta­tion avec les départe­ments d’ob­stétrique et approu­vées par les com­mis­sions de revues insti­tu­tion­nelles,  pour­rait com­par­er claire­ment la sécu­rité des nais­sances dans dif­férents lieux. Jusqu’à ce que les résul­tats de ces recherch­es soient con­va­in­cantes, l’ACOG s’op­pose fer­me­ment aux nais­sances en dehors du cadre hos­pi­tal­ier. Bien que l’ACOG recon­naisse à chaque femme le droit de pren­dre des déci­sions éclairées sur ce qui con­cerne son accouche­ment, l’ACOG ne sou­tient pas les pro­grammes et les indi­vidus qui prô­nent ou qui pra­tiquent les nais­sances en dehors de l’hôpital.

(1) Amer­i­can Acad­e­my of Pedi­atrics and /American Col­lege of Obste­tri­cians and Gyne­col­o­gists. Guide­lines for Peri­na­tal Care, 5th Edi­tion. Elk Grove Vil­lage, IL, AAP/ACOG, 2002.

Approved by the Exec­u­tive Board Octo­ber 2006

The Amer­i­can Col­lege of Obste­tri­cians and Gynecologists

409 12th Street, SW, PO Box 96920.

Wash­ing­ton, DC 20090–6920

Tele­phone 202 6385577


6th Novem­ber, 2006

http://www.medical-tribune.cz/src/cs/archiv/mtr/109/3157

Thanks to the con­sis­tent imple­men­ta­tion of the Peri­na­to­log­i­cal Pro­gramme and its con­tin­u­ous updat­ing, the results achieved by obstet­ric med­i­cine in the Czech Repub­lic place it on a par with the world’s most devel­oped coun­tries. Noth­ing is changed in this fact by the argu­ments pre­sent­ed in the UNIPA press release of 24 Octo­ber 2006 ques­tion­ing these results. Even if we were to switch to WHO sta­tis­tics, the Czech Repub­lic belongs among those coun­tries with the best peri­na­tal care in the world, right next to Japan and Swe­den. It is dis­con­cert­ing that the women who most ques­tion this objec­tive real­i­ty are also the ones who ham­per the work of health­care per­son­nel by delib­er­ate­ly expos­ing them to extreme stress, as they are then called upon to deal with neglect­ed and life-threat­en­ing com­pli­ca­tions result­ing from child­birth out­side health­care insti­tu­tions. The costs of treat­ing the moth­er or new­born are then sev­er­al times high­er, often accom­pa­nied by per­ma­nent con­se­quences that sig­nif­i­cant low­er the new­born’s qual­i­ty of life. The long-term efforts by some mid­wives (sup­port­ed by lay inter­est groups) to pro­mote labour man­age­ment in the house­hold rep­re­sent a neg­a­tive phe­nom­e­non — one which under con­di­tions in the Czech Repub­lic will result in an increased num­ber of com­pli­ca­tions and high­er mater­nal and infant mor­bid­i­ty and mor­tal­i­ty. There is no point in refer­ring to for­eign expe­ri­ence, since all those coun­tries that tol­er­ate home birth have a com­plete­ly dif­fer­ent health­care sys­tem and mater­ni­ty ser­vices, includ­ing high qual­i­ty home care and con­trac­tu­al agree­ments with hos­pi­tals’ bed wards.

We res­olute­ly dis­agree with the false infor­ma­tion pro­vid­ed to preg­nant women and their part­ners at pre­na­tal cours­es organ­ised by cer­tain pri­vate organ­i­sa­tions. It is irre­spon­si­ble to pro­mote child­birth in the house­hold with­out explain­ing the risks com­pared to man­aged labour in a health­care insti­tu­tion.  Since labour is a dynam­ic process in which com­pli­ca­tions can occur at any stage, it is dif­fi­cult to pre­dict whether preg­nan­cy will end through phys­i­o­log­i­cal child­birth or obstet­ric surgery.

Child­birth in the house­hold expos­es both moth­er and foe­tus to unnec­es­sary risks and can­not out­weigh the often ques­tion­able advan­tages sup­pos­ed­ly pro­vid­ed by the home envi­ron­ment. The only guar­an­tee for safe labour man­age­ment is a deliv­ery room prop­er­ly equipped for rapid and accu­rate diag­no­sis and capa­ble of address­ing sud­den sit­u­a­tions that may occur pri­or to, dur­ing and after birth. There is noth­ing to pre­vent deliv­ery rooms from being fur­nished like a liv­ing space in order to cre­ate a pleas­ant envi­ron­ment and the inti­mate atmos­phere of home. Con­tem­po­rary med­i­cine can­not rec­om­mend child­birth in the house­hold. Doing so may lead to an unde­sired wors­en­ing of the state of health of the Czech population.

Tra­duc­tion :

Grâce à la mise en oeu­vre cohérente du Pro­gramme de Péri­na­tolo­gie et sa mise à jour con­tin­uelle, les résul­tats obtenus par la médecine obstétri­cale en République Tchèque pla­cent le pays au même niveau que les plus grands pays dévelop­pés dans le monde. Les argu­ments présen­tés par l’U­NI­PA lors de sa sor­tie dans la presse du 24 octo­bre 2006 ne changent rien à cela. Même si nous com­mu­tions les sta­tis­tiques de l’OMS, la République Tchèque appar­tient à ces pays qui dis­pensent les meilleurs soins péri­na­tals dans le monde, juste après le Japon et la Suède. Il est décon­cer­tant que les femmes qui met­tent en doute cette réal­ité objec­tive soient égale­ment celles qui entra­vent le tra­vail des per­son­nels soignants en les exposant à un stress extrême lorsqu’ils ont ensuite à traiter des com­pli­ca­tions qui ont été nég­ligées et qui représen­tent un dan­ger pour leur vie à la suite d’un accouche­ment en dehors des insti­tu­tions médi­cales. Les coûts des traite­ments de la mère ou du nou­veau-né sont la plu­part du temps bien plus élevés et sou­vent accom­pa­g­nées de séquelles per­ma­nentes qui dimin­u­ent la qual­ité de vie du bébé. Les efforts à long terme de quelques sages-femmes (soutenues par des groupes d’in­térêt pro­fanes) à pro­mou­voir la ges­tion du tra­vail à domi­cile représen­tent un phénomène négatif &endash; qui dans les con­di­tions de la République Tchèque résul­tera à un nom­bre de com­pli­ca­tions ain­si qu’une mor­bid­ité et une mor­tal­ité mater­nelle et infan­tile plus élevés. Il n’y a pas lieu de se référ­er à l’ex­péri­ence de pays étrangers, puisque tous ces pays qui tolèrent l’ac­couche­ment à domi­cile dis­posent d’un sys­tème de soins et des ser­vices de mater­nité totale­ment dif­férents, dont des soins à domi­cile de grande qual­ité et des accords con­tractuels de mise à dis­po­si­tion de lits d’hôpitaux.

Nous sommes résol­u­ment en désac­cord avec les fauss­es infor­ma­tions fournies aux femmes enceintes et leurs con­joints lors de cours pré­nataux organ­isés par cer­taines organ­i­sa­tions privées. Il est irre­spon­s­able de pro­mou­voir l’ac­couche­ment à domi­cile sans en expli­quer les risques en com­para­i­son avec un accouche­ment géré dans une insti­tu­tion médi­cale. Etant don­né que le tra­vail est un proces­sus dynamique lors duquel des com­pli­ca­tions peu­vent sur­venir à tout moment, il est dif­fi­cile de prévoir si une grossesse se ter­min­era par un accouche­ment phys­i­ologique ou une opéra­tion chirur­gi­cale. L’ac­couche­ment à domi­cile expose la mère et le foe­tus à des risques inutiles et ne peut l’emporter sur les avan­tages fort dis­cuta­bles pré­ten­du­ment offerts par un envi­ron­nement fam­i­li­er. La seule garantie d’une ges­tion sûre du tra­vail est une salle de nais­sance prompte­ment équipée pour un diag­nos­tic rapi­de et pré­cis et capa­ble de par­er à des sit­u­a­tions soudaines qui peu­vent sur­venir avant, pen­dant et après la nais­sance. Il n’y a aucune rai­son d’empêcher que les salles d’ac­couche­ment soient meublées comme un lieu de vie dans le but de recréer un envi­ron­nement agréable et l’at­mo­sphère intime du domi­cile. La médecine con­tem­po­raine ne peut pas recom­man­der l’ac­couche­ment à domi­cile. Le faire ris­querait de men­er à une dégra­da­tion indésir­able de la san­té en République Tchèque.

Com­mit­tee of the Czech Gynae­co­log­i­cal and Obstet­ric Soci­ety (CLS JEP), com­mit­tee of the Sec­tion for Peri­na­tal Med­i­cine (CGPSCLSJEP) and the Asso­ci­a­tion of Pri­vate Gynae­col­o­gists of the Czech Republic

Trans­la­tion: Olga von Pohl


Briefing Paper 4, Welsh Assembly Government

Deliv­er­ing the future in Wales: a frame­work for real­is­ing the poten­tial of mid­wives in Wales. June 2002.

Key prin­ci­ple 1.3: “Women with nor­mal preg­nan­cies should be encour­aged to con­sid­er home as an appro­pri­ate alter­na­tive to hos­pi­tal for giv­ing birth.”

Action: “Sup­port and train­ing for mid­wives in home­birth skills must be made.” “Work towards increas­ing home birth to 10%.”

Respon­si­bil­i­ty: Heads of Mid­wifery and oth­ers by 2007




0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.