English Português Español

(Article récu­pé­ré des archives de l’AFAR)

Les col­lèges pro­fes­sion­nels de gynécologues-obstétriciens de plu­sieurs pays ont publié récem­ment des com­mu­ni­qués met­tant en garde la popu­la­tion contre une pra­tique certes mar­gi­nale, mais en pro­gres­sion constante : celle de l’ac­cou­che­ment à domi­cile (AAD). Nous publions ci-dessous l’ar­ticle dif­fu­sé par l’American College of Obstetricians and Gynecologists(ACOG), et, en République tchèque, un com­mu­ni­qué com­mun de la socié­té de gyné­co­lo­gie et d’obs­té­trique, de la sec­tion de méde­cine péri­na­tale et de l’as­so­cia­tion des gyné­co­logues pri­vés.

Ayant consta­té une grande simi­la­ri­té d’ar­gu­ments à l’ap­pui de ces décla­ra­tions, et l’i­nu­ti­li­té de toute dis­cus­sion s’ap­puyant sur les don­nées de méde­cine fac­tuelle (evidence-based), l’AFAR pro­pose un logi­ciel — ➡ suivre ce lien 🙂 — d’aide à la rédac­tion qui per­met­tra aux pro­fes­sion­nels de san­té des pays fran­co­phones d’ac­com­plir sans délai leur devoir d’in­for­ma­tion et de pré­ven­tion face au désastre sani­taire annon­cé par leurs col­lègues.

Ne lire qu’en cas d’ab­so­lue néces­si­té :


ACOG Statement of Policy As issued by the ACOG Executive

Board

OUT-OF-HOSPITAL BIRTHS IN THE UNITED STATES

Labor and deli­ve­ry is a phy­sio­lo­gic pro­cess that most women expe­rience without com­pli­ca­tions. Ongoing sur­veillance of the mother and lit­tle or no war­ning, even in low risk pre­gnan­cies. In some of these ins­tances, the avai­la­bi­li­ty of exper­tise and inter­ven­tions on .an urgent or emergent basis may be life-saving for the mother, the fetus or the new­born and may reduce the like­li­hood of an adverse out­come. For these rea­sons, the American College of Obstetricians and Gynecologists (ACOG) believes that the hos­pi­tal, inclu­ding a bir­thing cen­ter within a hos­pi­tal com­plex, that conforms to the stan­dards out­li­ned by American Academy of Pediatrics and ACOG,(1) is the safest set­ting for labor, deli­ve­ry, and the imme­diate post­par­tum per­iod. ACOG also stron­gly sup­ports pro­vi­ding condi­tions that will improve the bir­thing expe­rience for women and their fami­lies without com­pro­mi­sing safe­ty.

Studies com­pa­ring the safe­ty and out­come of U.S. births in the hos­pi­tal with those occur­ring in other set­tings are limi­ted and have not been scien­ti­fi­cal­ly rigo­rous. The deve­lop­ment of well-designed research stu­dies of suf­fi­cient size, pre­pa­red in consul­ta­tion with obs­te­tric depart­ments and appro­ved by ins­ti­tu­tio­nal review boards, might cla­ri­fy the com­pa­ra­tive safe­ty of births in dif­ferent set­tings. Until the results of such stu­dies are convin­cing, ACOG stron­gly opposes out-of-hospital births. Although ACOG ack­now­ledges a woman’s right to make infor­med deci­sions regar­ding her deli­ve­ry, ACOG does not sup­port pro­grams or indi­vi­duals that advo­cate for or who pro­vide out-of-hospital births.

Traduction :

Le tra­vail et l’ac­cou­che­ment sont des pro­ces­sus phy­sio­lo­giques dont la plu­part des femmes font l’ex­pé­rience sans com­pli­ca­tions. Une sur­veillance conti­nue de la mère et du foe­tus est essen­tielle car de graves com­pli­ca­tions durant l’ac­cou­che­ment peuvent sur­ve­nir avec peu ou sans signes pré­cur­seurs, même dans le cas de gros­sesses à bas risques. Dans cer­tains de ces cas, la dis­po­ni­bi­li­té de com­pé­tences et les inter­ven­tions dans des condi­tions urgentes ou émer­gentes peut sau­ver la vie de la mère, du foe­tus ou du nouveau-né et peut réduire la pro­ba­bi­li­té d’un résul­tat défa­vo­rable.

C’est pour­quoi, l’American College of Obstetricians and Gynecologysts (ACOG) pense que l’hô­pi­tal, incluant un ser­vice de mater­ni­té au sein d’un com­plexe hos­pi­ta­lier, en se confor­mant aux cri­tères dres­sés par l’American Academy of Pediatrics et l’ACOG, repré­sente le cadre le plus sûr pour le tra­vail, l’ac­cou­che­ment et les suites de couches immé­diates. L’ACOG sou­tient éga­le­ment for­te­ment la mise à dis­po­si­tion de condi­tions qui amé­lio­re­ront l’ex­pé­rience de la nais­sance des femmes et de leurs familles sans com­pro­mettre leur sécu­ri­té.

Des études com­pa­rant la sécu­ri­té et l’is­sue aux Etats-Unis des nais­sances à l’hô­pi­tal avec celles se dérou­lant dans d’autres milieux sont limi­tées et n’ont pas été menées rigou­reu­se­ment d’un point de vue scien­ti­fique. Le déve­lop­pe­ment d’é­tudes de recherche bien conçues et de taille suf­fi­sante, pré­pa­rées avec la consul­ta­tion avec les dépar­te­ments d’obs­té­trique et approu­vées par les com­mis­sions de revues ins­ti­tu­tion­nelles,  pour­rait com­pa­rer clai­re­ment la sécu­ri­té des nais­sances dans dif­fé­rents lieux. Jusqu’à ce que les résul­tats de ces recherches soient convain­cantes, l’ACOG s’op­pose fer­me­ment aux nais­sances en dehors du cadre hos­pi­ta­lier. Bien que l’ACOG recon­naisse à chaque femme le droit de prendre des déci­sions éclai­rées sur ce qui concerne son accou­che­ment, l’ACOG ne sou­tient pas les pro­grammes et les indi­vi­dus qui prônent ou qui pra­tiquent les nais­sances en dehors de l’hô­pi­tal.

(1) American Academy of Pediatrics and /American College of Obstetricians and Gynecologists. Guidelines for Perinatal Care, 5th Edition. Elk Grove Village, IL, AAP/ACOG, 2002.

Approved by the Executive Board October 2006

The American College of Obstetricians and Gynecologists

409 12th Street, SW, PO Box 96920.

Washington, DC 20090–6920

Telephone 202 6385577


6th November, 2006

http://www.medical-tribune.cz/src/cs/archiv/mtr/109/3157

Thanks to the consistent imple­men­ta­tion of the Perinatological Programme and its conti­nuous upda­ting, the results achie­ved by obs­te­tric medi­cine in the Czech Republic place it on a par with the world’s most deve­lo­ped coun­tries. Nothing is chan­ged in this fact by the argu­ments pre­sen­ted in the UNIPA press release of 24 October 2006 ques­tio­ning these results. Even if we were to switch to WHO sta­tis­tics, the Czech Republic belongs among those coun­tries with the best per­ina­tal care in the world, right next to Japan and Sweden. It is dis­con­cer­ting that the women who most ques­tion this objec­tive rea­li­ty are also the ones who ham­per the work of heal­th­care per­son­nel by deli­be­ra­te­ly expo­sing them to extreme stress, as they are then cal­led upon to deal with neglec­ted and life-threatening com­pli­ca­tions resul­ting from child­birth out­side heal­th­care ins­ti­tu­tions. The costs of trea­ting the mother or new­born are then seve­ral times higher, often accom­pa­nied by per­ma­nent conse­quences that signi­fi­cant lower the new­born’s qua­li­ty of life. The long-term efforts by some mid­wives (sup­por­ted by lay inter­est groups) to pro­mote labour mana­ge­ment in the hou­se­hold represent a nega­tive phe­no­me­non – one which under condi­tions in the Czech Republic will result in an increa­sed num­ber of com­pli­ca­tions and higher mater­nal and infant mor­bi­di­ty and mor­ta­li­ty. There is no point in refer­ring to forei­gn expe­rience, since all those coun­tries that tole­rate home birth have a com­ple­te­ly dif­ferent heal­th­care sys­tem and mater­ni­ty ser­vices, inclu­ding high qua­li­ty home care and contrac­tual agree­ments with hos­pi­tals” bed wards.

We reso­lu­te­ly disa­gree with the false infor­ma­tion pro­vi­ded to pre­gnant women and their part­ners at pre­na­tal courses orga­ni­sed by cer­tain pri­vate orga­ni­sa­tions. It is irres­pon­sible to pro­mote child­birth in the hou­se­hold without explai­ning the risks com­pa­red to mana­ged labour in a heal­th­care ins­ti­tu­tion.  Since labour is a dyna­mic pro­cess in which com­pli­ca­tions can occur at any stage, it is dif­fi­cult to pre­dict whe­ther pre­gnan­cy will end through phy­sio­lo­gi­cal child­birth or obs­te­tric sur­ge­ry.

Childbirth in the hou­se­hold exposes both mother and foe­tus to unne­ces­sa­ry risks and can­not out­weigh the often ques­tio­nable advan­tages sup­po­sed­ly pro­vi­ded by the home envi­ron­ment. The only gua­ran­tee for safe labour mana­ge­ment is a deli­ve­ry room pro­per­ly equip­ped for rapid and accu­rate diag­no­sis and capable of addres­sing sud­den situa­tions that may occur prior to, during and after birth. There is nothing to prevent deli­ve­ry rooms from being fur­ni­shed like a living space in order to create a plea­sant envi­ron­ment and the inti­mate atmos­phere of home. Contemporary medi­cine can­not recom­mend child­birth in the hou­se­hold. Doing so may lead to an unde­si­red wor­se­ning of the state of health of the Czech popu­la­tion.

Traduction :

Grâce à la mise en oeuvre cohé­rente du Programme de Périnatologie et sa mise à jour conti­nuelle, les résul­tats obte­nus par la méde­cine obs­té­tri­cale en République Tchèque placent le pays au même niveau que les plus grands pays déve­lop­pés dans le monde. Les argu­ments pré­sen­tés par l’UNIPA lors de sa sor­tie dans la presse du 24 octobre 2006 ne changent rien à cela. Même si nous com­mu­tions les sta­tis­tiques de l’OMS, la République Tchèque appar­tient à ces pays qui dis­pensent les meilleurs soins péri­na­tals dans le monde, juste après le Japon et la Suède. Il est décon­cer­tant que les femmes qui mettent en doute cette réa­li­té objec­tive soient éga­le­ment celles qui entravent le tra­vail des per­son­nels soi­gnants en les expo­sant à un stress extrême lors­qu’ils ont ensuite à trai­ter des com­pli­ca­tions qui ont été négli­gées et qui repré­sentent un dan­ger pour leur vie à la suite d’un accou­che­ment en dehors des ins­ti­tu­tions médi­cales. Les coûts des trai­te­ments de la mère ou du nouveau-né sont la plu­part du temps bien plus éle­vés et sou­vent accom­pa­gnées de séquelles per­ma­nentes qui dimi­nuent la qua­li­té de vie du bébé. Les efforts à long terme de quelques sages-femmes (sou­te­nues par des groupes d’in­té­rêt pro­fanes) à pro­mou­voir la ges­tion du tra­vail à domi­cile repré­sentent un phé­no­mène néga­tif &endash ; qui dans les condi­tions de la République Tchèque résul­te­ra à un nombre de com­pli­ca­tions ain­si qu’une mor­bi­di­té et une mor­ta­li­té mater­nelle et infan­tile plus éle­vés. Il n’y a pas lieu de se réfé­rer à l’ex­pé­rience de pays étran­gers, puisque tous ces pays qui tolèrent l’ac­cou­che­ment à domi­cile dis­posent d’un sys­tème de soins et des ser­vices de mater­ni­té tota­le­ment dif­fé­rents, dont des soins à domi­cile de grande qua­li­té et des accords contrac­tuels de mise à dis­po­si­tion de lits d’hô­pi­taux.

Nous sommes réso­lu­ment en désac­cord avec les fausses infor­ma­tions four­nies aux femmes enceintes et leurs conjoints lors de cours pré­na­taux orga­ni­sés par cer­taines orga­ni­sa­tions pri­vées. Il est irres­pon­sable de pro­mou­voir l’ac­cou­che­ment à domi­cile sans en expli­quer les risques en com­pa­rai­son avec un accou­che­ment géré dans une ins­ti­tu­tion médi­cale. Etant don­né que le tra­vail est un pro­ces­sus dyna­mique lors duquel des com­pli­ca­tions peuvent sur­ve­nir à tout moment, il est dif­fi­cile de pré­voir si une gros­sesse se ter­mi­ne­ra par un accou­che­ment phy­sio­lo­gique ou une opé­ra­tion chi­rur­gi­cale. L’accouchement à domi­cile expose la mère et le foe­tus à des risques inutiles et ne peut l’emporter sur les avan­tages fort dis­cu­tables pré­ten­du­ment offerts par un envi­ron­ne­ment fami­lier. La seule garan­tie d’une ges­tion sûre du tra­vail est une salle de nais­sance promp­te­ment équi­pée pour un diag­nos­tic rapide et pré­cis et capable de parer à des situa­tions sou­daines qui peuvent sur­ve­nir avant, pen­dant et après la nais­sance. Il n’y a aucune rai­son d’empêcher que les salles d’ac­cou­che­ment soient meu­blées comme un lieu de vie dans le but de recréer un envi­ron­ne­ment agréable et l’at­mo­sphère intime du domi­cile. La méde­cine contem­po­raine ne peut pas recom­man­der l’ac­cou­che­ment à domi­cile. Le faire ris­que­rait de mener à une dégra­da­tion indé­si­rable de la san­té en République Tchèque.

Committee of the Czech Gynaecological and Obstetric Society (CLS JEP), com­mit­tee of the Section for Perinatal Medicine (CGPSCLSJEP) and the Association of Private Gynaecologists of the Czech Republic

Translation : Olga von Pohl


Briefing Paper 4, Welsh Assembly Government

Delivering the future in Wales : a fra­me­work for rea­li­sing the poten­tial of mid­wives in Wales. June 2002.

Key prin­ciple 1.3 : « Women with nor­mal pre­gnan­cies should be encou­ra­ged to consi­der home as an appro­priate alter­na­tive to hos­pi­tal for giving birth. »

Action : « Support and trai­ning for mid­wives in home­birth skills must be made. » « Work towards increa­sing home birth to 10%. »

Responsibility : Heads of Midwifery and others by 2007




0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.