enEnglish pt-ptPortuguês esEspañol

10 février 2019

Dès aujourd’hui les sages-femmes de France se réjouissent de quelques chan­ge­ments de cota­tion arra­chés de vive lutte à la sécu­ri­té sociale, qui vont un peu amé­lio­rer leur rému­né­ra­tion.

Dès aujourd’hui une sage-femme de plus* va se retrou­ver sans aucun reve­nu par déci­sion de ? Même pas une chambre dis­ci­pli­naire (où l’on dépose un dos­sier d’accusation et un dos­sier de défense et où la sage-femme est défen­due par son avo­cat) mais par simple déci­sion d’un petit nombre de sages-femmes de notre ORDRE en appli­ca­tion de la pro­cé­dure pré­vue par l’article R.4124–3‑5 du code de la Santé Publique.

Cette sage-femme ayant 38 ans d’expérience et 2000 nais­sances à son actif est donc inter­dite d’exercice pour 2 ans !! Un crime lui est repro­ché ? Non une insuf­fi­sance pro­fes­sion­nelle !! Oui, et suprême insulte, on lui enjoint l’obligation de se for­mer !!!

Certes nous avons tous obli­ga­tion de nous for­mer, mais cette inter­dic­tion d’exercice, comme par hasard, s’abat sur une sage-femme accom­pa­gnant des accou­che­ments à domi­cile.

Une de plus !! Car déjà 8 sages-femmes AAD (accou­che­ment à domi­cile) ont récem­ment été inter­dites d’exercice tem­po­raire ou défi­ni­tif, pour nombre d’entre elles sans plainte de patient, sans mor­bi­di­té à femme ou nouveau-né.

* 8 sur une cen­taine soit 8%, la pro­por­tion est sans com­mune mesure à ce que l’on observe pour les 24 000 autres sages-femmes. Imagine-t-on 1900 sages-femmes inter­dites d’exercice ??

Non en ce jour on observe bien la « mise à mort » de la pro­fes­sion de sage-femme accom­pa­gnant les accou­che­ments à domi­cile.

Fait à Paris

Le 10 février 2019

Françoise Bardes, sage-femme en colère

Les sages-femmes AAD forment un groupe de tra­vail pro­fes­sion­nelles et parents pour une visi­bi­li­té et une inté­gra­tion dans le sys­tème de san­té :

APAAD et recueil des dons sur HelloAsso :

https://www.helloasso.com/associations/apaad-association-professionnelle-de-l-accouchement-accompagne-a-domicile

L’argent recueilli sera uti­li­sé au sou­tien des sages-femmes mises en dif­fi­cul­té, à recher­cher une assu­rance pour les sages-femmes AAD, et à démar­cher les ins­tances pour la recon­nais­sance de l’AAD.


Catégories : BlogVeille médiatique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.