enEnglish pt-ptPortuguês esEspañol

La pro­cé­dure d’adhésion à notre asso­cia­tion a été modi­fiée avec une demande plus claire d’engagement des adhé­rents.

L’AFAR est pré­sente aujourd’hui sur de nom­breuses pla­te­formes — sans obli­ga­tion d’adhésion — et prend part à toutes les acti­vi­tés du Collectif inter­as­so­cia­tif autour de la nais­sance (CIANE) auquel elle est affi­liée.  Voir les détails sur cette page.

Adhésion gratuite

En 2019, le Conseil d’administration de l’AFAR a fixé à zéro le mon­tant de l’adhésion — comme l’y auto­risent les sta­tuts. Cette dis­po­si­tion sera sou­mise à la pro­chaine assem­blée géné­rale. Si les membres sou­haitent qu’elle soit péren­ni­sée, une modi­fi­ca­tion des sta­tuts pour­ra être pro­po­sée.

Les seules sources de finan­ce­ment de l’AFAR sont à pré­sent les dons. L’association ne reçoit (ni sol­li­cite) aucune sub­ven­tion.

Vous n’avez pas la dis­po­ni­bi­li­té suf­fi­sante pour par­ti­ci­per acti­ve­ment à la vie de l’AFAR ? Vous pou­vez nous aider en fai­sant un don qui vous ouvre la pos­si­bi­li­té d’une réduc­tion d’impôt en France (suivre ce lien). Nos res­sources servent prin­ci­pa­le­ment à cou­vrir les frais d’hébergement des sites et bases de don­nées, l’impression de flyers et occa­sion­nel­le­ment des frais de trans­port.

Nouvelle conception de l’engagement

Il est temps de resi­tuer les acti­vi­tés de l’AFAR dans un contexte de « vie en réseau » qui per­met de dif­fu­ser de nom­breux mes­sages et ani­mer des débats, mais sous la forme de par­ti­ci­pa­tions indi­vi­duelles sou­vent ano­nymes et sans adhé­sion.

L’adhésion à une asso­cia­tion loi de 1901 est un enga­ge­ment dans un col­lec­tif. Nous le sou­hai­tons res­pec­tueux de la diver­si­té des moti­va­tions et pos­si­bi­li­tés de chacun·e.

Pendant plu­sieurs années, de manière para­doxale, l’association a vécu en demi-sommeil mal­gré son acti­vi­té foi­son­nante sur les forums, réseaux sociaux et sa base de don­nées biblio­gra­phiques. Les spé­ci­fi­ci­tés de son action n’étaient plus adap­tées à la confi­gu­ra­tion des réseaux. La pro­po­si­tion d’un mon­tant d’adhésion libre et son règle­ment par une simple tran­sac­tion Paypal n’ont pas amé­lio­ré la situa­tion. La gra­tui­té de coti­sa­tion mise en place cette année peut contri­buer à agran­dir le groupe, mais nous esti­mons qu’il faut nour­rir d’autres moti­va­tions d’adhésion en accord avec le but de l’as­so­cia­tion.

Les pro­po­si­tions qui avaient été for­mu­lées à la fon­da­tion de l’AFAR en 2003 (Pour un accou­che­ment res­pec­té, et Les dif­fé­rences de l’AFAR) res­tent d’actualité, sauf que l’AFAR s’est désai­sie de l’organisation de la SMAR assu­rée main­te­nant par l’ENCA et ne béné­fi­cie plus à ce jour des com­pé­tences de consul­tants juri­diques.

Les condi­tions nou­velles d’adhésion à l’AFAR sont les sui­vantes :

  • Adhérer à l’AFAR per­met de par­ti­ci­per aux échanges sur le groupe de dis­cus­sion AFARliste. L’inscription au groupe est auto­ma­tique une fois l’adhésion vali­dée. À la dif­fé­rence des forums et réseaux sociaux, cette par­ti­ci­pa­tion est nomi­na­tive — les pseu­dos ne sont pas accep­tés.
  • À l’obligation d’une par­ti­ci­pa­tion nomi­na­tive s’ajoute celle d’une pré­sen­ta­tion per­son­nelle par­ta­gée avec tous les membres de l’association. Une par­tie de cette pré­sen­ta­tion peut être ren­due publique pour affi­chage sur la page https://afar.info/equipe. Cette page est le point d’entrée d’une base de don­nées des membres de l’AFAR. La base est bilingue (français-anglais).
  • Les demandes d’adhésion sont sou­mises au Conseil d’administration qui les valide dès que la pré­sen­ta­tion est jugée expli­cite et sin­cère. Dans la par­tie pri­vée de leur pré­sen­ta­tion, les membres peuvent expo­ser les attentes de leur par­ti­ci­pa­tion au groupe et pré­sen­ter des pro­jets d’actions nou­velles.
  • L’association pri­vi­lé­gie le col­lec­tif : des actions concer­tées, dis­cu­tées démo­cra­ti­que­ment et menées au nom de l’AFAR. Ceci n’empêche pas de rendre visible la liste des per­sonnes ayant par­ti­ci­pé à l’élaboration du pro­jet, ni le tra­vail en par­te­na­riat avec d’autres groupes. La créa­tion récente de flyers (voir page) a été pour nous l’occasion de rap­pe­ler cette dimen­sion col­lec­tive avec la licence CreativeCommons BY-SA-NC et une réfé­rence expli­cite au sta­tut d’œuvre de col­la­bo­ra­tion selon le Droit fran­çais.

Quelles compétences sont recherchées ?

Aucune com­pé­tence par­ti­cu­lière n’est requise pour par­ti­ci­per aux tra­vaux de l’AFAR. Chacun·e peut déci­der de s’engager dans une acti­vi­té, de la créer ou de la coor­don­ner en fonc­tion de sa propre expé­rience, de ses com­pé­tences pro­fes­sion­nelles et de sa dis­po­ni­bi­li­té. Nous savons que la plu­part de nos adhérent·e·s sont de jeunes parents for­te­ment sol­li­ci­tés par leur vie fami­liale et pro­fes­sion­nelle.

Sauf lien avec un évé­ne­ment par­ti­cu­lier, la date d’échéance n’est pas fixée. Une indis­po­ni­bi­li­té tem­po­raire ne remet donc pas en cause la réa­li­sa­tion d’un pro­jet.

Le tra­vail col­la­bo­ra­tif per­met de mobi­li­ser les éner­gies autour d’un « pro­duit fini » de haute qua­li­té. Par exemple, pour créer des docu­ments sur papier ou numé­riques, les contri­bu­tions de docu­men­ta­listes, rédac­trices, gra­phistes, informaticien·ne·s sont néces­saires. Même rédi­gés dans une langue approxi­ma­tive, les textes sont cor­ri­gés par des per­sonnes qui ont des apti­tudes rédac­tion­nelles sans être néces­sai­re­ment expertes du conte­nu. Le tra­vail col­lec­tif per­met de dépas­ser les limites des indi­vi­dus, dans une ambiance convi­viale excluant tout régime d’autorité ou de com­pé­ti­tion.

Certaines contri­bu­tions peuvent aus­si pro­ve­nir de coopé­ra­tions avec des per­sonnes ou ins­ti­tu­tions exté­rieures à l’association, moyen­nant la recon­nais­sance de leur tra­vail : liste de contri­bu­teurs, logo etc.

Les com­pé­tences les plus utiles au tra­vail actuel de l’AFAR seraient à ce jour (liste non-exhaustive) :

  • Connaissance de la péri­na­ta­li­té dans ses dimen­sions médi­cales, juri­diques et socié­tales
  • Connaissance des acteurs du sys­tème de san­té en France (ou dans des pays fran­co­phones)
  • Qualification pro­fes­sion­nelle dans le sec­teur médi­cal ou para­mé­di­cal
  • Qualification pro­fes­sion­nelle dans le domaine du Droit fran­çais ou Droit d’un pays fran­co­phone
  • Expérience de jour­na­liste
  • Expérience de docu­men­ta­liste ou archi­viste pour la veille scien­ti­fique (comptes Netvibes et Twitter)
  • Rédaction de textes
  • Traduction de textes (anglais et autres langues euro­péennes)
  • Maîtrise de l’utilisation de réseaux sociaux
  • Informatique : bases de don­nées, sites web, sécu­ri­té infor­ma­tique et régle­men­ta­tion
  • Lobbying auprès d’instances déci­sion­nelles en charge de la péri­na­ta­li­té
  • Recherche de finan­ce­ments (appels à finan­ce­ments par­ti­ci­pa­tifs et dons)

Catégories : BlogVie de l'AFAR