(cet article, avec les photos,  est aussi sur  http://portail.naissance.asso.fr/events/16-mai-04/ [lien vérifié 2011]. Nous ne reprenons ici que le texte)
Souvenirs collectés par Bernard Bel (webmaster du portail Naissance <http://naissance.ws>)
  • La Mairie du 14e arrondissement de Paris <http://www.mairie14.paris.fr/> et l’association « Suivez le Kid » <http://monsite.wanadoo.fr/suivezlekid> ont organisé, dimanche 16 mai 2004, la deuxième Journée Petite Enfance.
  • A cette occasion, des parents, des responsables associatifs et des professionnels ont été invités à intervenir sur divers thèmes touchant à la naissance et la parentalité. Une quarantaine d’associations et structures petite enfance ont participé à la manifestation pour présenter leurs initiatives. Les parents ont pu vendre ou acheter des jouets et de multiples objets lors d’un vide grenier réservé aux accessoires pour bébés.
  • Des animations, des spectacles et des ateliers d’initiation artistique ont également été organisés, square Ferdinand Bruno, avec le concours du conservatoire municipal.
  • M. Pierre Castagnou, maire du 14e arrondissement de Paris, a ouvert la journée, dans la salle des mariages, en félicitant les organisateurs pour avoir eu l’audace de convoquer le public un dimanche matin autour de questions aussi sérieuses que les conditions d’accueil en maternité et les conseils de crèche… Il a dressé un bilan des projets d’ouverture de crèches dans sa circonscription, en soulignant avec réalisme les difficultés à faire face aux lenteurs administratives.
  • Un changement marquant de politique de l’équipe actuelle a été la mise en place d’une commission d’attribution des places en crèche qui gère les dossiers de demandes dans un esprit d’équité et d’indépendance.
  • Depuis février 2001, des conseils de crèches existent dans les crèches municipales, associant parents, personnel, directions de crèches, municipalité et services municipaux à leurs gestion et fonctionnement. L’Union des FAmilles Laïques (UFAL) est intervenue sur ce thème, représentée par Amélie Dutrey, présidente, et David Gerbaudi, vice président pour le 14e.
  • L’UFAL <http://www.ufal.org/> est une association familiale créée en 1988, présente sur toute la France, et qui, aujourd’hui, compte plus de quatre milles familles adhérentes. Elle défend l’idée d’une politique familiale plus solidaire et intervient dans tous les domaines où l’intérêt des familles est concerné : travail, logement, environnement, éducation, protection sociale, services publics… Elle organise également des débats publics sur différents thèmes et participe à diverses mobilisations : en faveur du logement social, contre la prétendue fatalité du chômage et de la précarité, dans un objectif de rupture avec le capitalisme et pour un développement durable. L’UFAL participe aux actions des collectifs qui luttent contre la globalisation néo-libérale, qui prônent l’égalité entre hommes et femmes et la promotion des femmes dans la vie politique et sociale.
  • Marianne Auffret, maire adjointe chargée de la petite enfance, a exprimé sa satisfaction d’avoir organisé cette journée sous la forme d’un partenariat entre la Mairie et l’association « Suivez le Kid », représentée par sa présidente Maud Vivien. Ce partenariat a favorisé une implication plus grande du monde associatif, jusqu’au niveau international, l’outil Internet ayant permis de multiplier les contacts.
  • Dans la salle des mariages s’est tenue une table ronde sur le thème « L’accueil et l’écoute en maternité » ponctuée par de nombreux échanges avec le public. Patrick Stora, gynécologue-obstétricien, a présenté sous forme de sketch, des extraits de dialogues entendus lors des premières consultations prénatales: <http://fr.groups.yahoo.com/group/Re-Co-Naissances/message/1570>. (English version: <http://naissance.ws/events/16-mai-04/stora-sketch-en.htm>)
  • De g. à d.: Florence Lamour, Françoise Bardes, Francine Caumel-Dauphin, Patrick Stora, Paul Cesbron, Françoise Bardes, sage-femme installée fondatrice d’Accueil Naissance <http://monsite.wanadoo.fr/accueilnaissance/> et membre de l’équipe rédactionnelle des Dossiers de l’Obstétrique <http://www.elpea.fr>, a parlé du parcours personnel et des interrogations qui l’ont amenée à accompagner des naissances à domicile après une longue expérience de l’hôpital public.
  • Francine Caumel-Dauphin, présidente de l’Organisation nationale des syndicats de sages-femmes <http://perso.club-internet.fr/onssf/> et co-auteure, avec Myriam Szejer, de l’ouvrage « Les femmes et les bébés d’abord » (Albin Michel, 2001), a parlé de l’évolution des services de maternité, depuis le début de sa carrière, à la maternité de Port-Royal en 1965, jusqu’en 2003 lorsqu’elle a choisi de s’installer en libéral.
  • Florence Lamour, psychologue clinicienne et psychothérapeute d’orientation psychanalytique, a parlé de ses interventions auprès de femmes pendant leur grossesse et dans les premiers mois du bébé, qu’elle mène actuellement dans un cabinet de sages-femmes proposant un accompagnement global de la maternité.
  • Paul Cesbron, gynécologue-obstétricien, secrétaire de la Société d’Histoire de la Naissance, membre de l’équipe rédactionnelle des Dossiers de l’Obstétrique et du C.A. de Naissance et Citoyenneté <http://naissance.ws_citoyennete/>, est intervenu dans le débat pour souligner la disparité des pratiques et la difficulté de les faire évoluer de manière consensuelle au sein d’une même équipe.
(Les interventions orales seront bientôt transcrites et publiées sur Internet.)
  • Après l’intervention de l’UFAL sur les conseils de crèches, la salle polyvalente a accueilli Sophie Gamelin-Lavois, présidente de l’Alliance Francophone pour l’Accouchement Respecté (AFAR, <http://afar.info>) et Martine Herzog-Evans, maître de conférences à la Faculté de droit de Nantes et membre fondatrice de l’AFAR.
  • Elles ont présenté leurs ouvrages « Les droits des mères » parus en septembre 2003 aux éditions de L’Harmattan (voir <http://perinatalite.chez.tiscali.fr/livre-droit/presentation.htm>). Pour cela, elles ont parlé de leurs démarches respectives, par rapport à la naissance et au droit, qui les ont amenées à faire équipe sur ce projet.
  • Un pique-nique a été organisé pour les enfants sur le parvis de la Mairie pendant la pause de midi.
  • En début d’après-midi a eu lieu une intervention au sujet de l’épisiotomie à l’occasion de la clôture de la Semaine Mondiale pour l’Accouchement Respecté (SMAR, <http://afar.ws/smar2004.htm>) qui avait pris ce thème comme sujet de campagne.
  • L’AFAR met à disposition du public et des professionnels de santé une base de données de centaines de références scientifiques, dont plus de 150 font état des études sur les bénéfices et risques de l’épisiotomie: <http://afar.ws/biblio-liens.htm>. Depuis plusieurs décennies, la littérature scientifique préconise l’abandon de l’épisiotomie prophylactique, dont la pratique reste systématique dans un grand nombre d’unités obstétricales, sans aucun respect de la règle du consentement éclairé. Une synthèse de 93 articles téléchargeable sur Internet <http://naissance.ws/docs/episio-compil.pdf>, a été présentée par Bernard Bel, secrétaire de l’AFAR. L’association, dans le cadre du Collectif Inter-Associatif autour de la NaissancE (CIANE, <http://naissance.ws/CIANE/>) entend intervenir au plus haut niveau pour faire évoluer ces pratiques.
  • Berverley Beech, présidente de l’Association pour l’amélioration des services de maternité, au Royaume-Uni (AIMS, <http://www.aims.org.uk/>),a montré que la pratique de l’épisiotomie s’était insérée naturellement dans une politique de concentration des unités obstétricales misant tout sur la technologie:
« La gestion active du travail a été promue avec beaucoup de dynamisme par O’Driscoll en Irlande. Elle est basée sur des procédures qui ont vu le jour suite à une décision franche du corps médical de fermer les maternités locales de petite taille. On a alors demandé aux femmes d’accoucher dans de très grandes unités obstétricales centralisées, et comme ces unités étaient de plus en plus encombrées il a fallu que les obstétriciens trouvent un moyen de traiter aussi vite que possible les parturientes en salle de travail. »
« En 1963, la durée optimale de l’accouchement d’une femme primipare était de 36 heures, en 1968 elle est passée à 24 heures, et en 1972 elle a encore été réduite à 12 heures. On en est à 8 heures aujourd’hui. La réduction de la durée du travail est en proportion inverse au nombre d’accouchements (O’Regan, 1998). Afin que les femmes accouchent à coup sûr sans dépasser le temps imparti artificiellement, le travail est déclenché ou accéléré, les femmes sont vigoureusement encouragées à pousser à la demande, et on pratique une épisiotomie pour avoir la certitude absolue que le bébé émergera aussi vite que possible. »
(Voir le texte intégral de sa présentation sur <http://naissance.ws/docs/beverley-episio-fr.htm>)
Par la suite, elle est intervenue à plusieurs reprises dans le débat:
« Il faut arrêter de délirer sur la fragilité des périnées des femmes qui font du sport ou n’ont pas fait ceci ou cela… Le fait est qu’en France vous avez un taux scandaleux de 44% d’épisiotomies [contre 13% au Royaume-Uni] et cela pour la simple raison que vous persistez à gérer de manière aberrante le travail des parturientes. »
  • De 15h30 à 17h30 a été organisée une visite du Conservatoire Darius Milhaud à la découverte du cours d’interprétation de chansons françaises (le « studio chanson »).
  • En fin d’après-midi, un atelier pour les pères a été animé, sur le parvis, par Jean-Claude Verduyckt, père et sage-femme indépendant près de Charleroi (Belgique) <http://users.swing.be/carrefour.naissance/>.
 

Leave a Reply



Facebook login by WP-FB-AutoConnect