Eng­lish Por­tuguês Español

Inter­ven­tion le 22 mai à Paris (voir pro­gramme)

En tant que doulas nous prenons le temps, lors de nom­breux et longs entre­tiens avant et après la nais­sance, d’écouter, d’échanger, avec les femmes et les hommes que nous accom­pa­gnons. Nous sommes là si les par­ents le désirent au moment de l’accouchement, atten­tives au temps passé, aux rythmes de cha­cun. Il est tou­jours frap­pant de con­stater à quel point les par­ents en devenir ont besoin de leur temps pour se pré­par­er, chang­er les croy­ances qu’ils ont autour de la nais­sance, met­tre à jour les his­toires par­fois dif­fi­ciles de leur passé. Comme ces temps sont dif­férents pour les femmes et les hommes.

Comme il faut du temps, beau­coup de temps d’écoute pour que sur­gisse des paroles qui libèrent, des ques­tions cachées, des doutes et des désirs dif­fi­ciles à exprimer.

Lors de l’accouchement le temps de la mere est unique ; les temps de cha­cun s’entrecroisent, dansent ensem­ble, se heur­tent par­fois. Le temps de l’enfant est venu, mais est-ce le temps de sa mère, de son père ? Est-ce le temps de l’équipe qui a son tim­ing aussi ?

Être à l’écoute de ces temps, don­ner le temps, aider à l’harmonisation des rythmes, tel peut être aus­si le role des doulas dans l’accompagnement à la maternité.

Char­lotte Fajardo

[Retour sur pro­gramme en France]


Catégories : smar.archives

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.