Eng­lish Por­tuguês Español

Inter­ven­tion le 18 mai à Paris (voir pro­gramme)

Je vais présen­ter deux courts films de nais­sance, sim­ple­ment pour mon­tr­er que tout est pos­si­ble pour une maman qui donne la vie à son enfant : elle a en elle-même toute la pos­si­bil­ité de le faire naître, si on lui en laisse le temps et le loisir, non seule­ment sere­ine­ment et sans douleur — sans l’artifice de la péridu­rale — et dans une approche affec­tive intense, mais aus­si dans la joie, y trou­vant par­fois un plaisir extrême ; le plaisir, la jouis­sance, n’ayant pas seule­ment été un inter­dit d’une cer­taine morale dans les rap­ports sex­uels des femmes, mais, à un niveau bien supérieur, lors de l’accouchement.

Les mamans, donc, peu­vent trou­ver du plaisir, de la jouis­sance à faire naître leur enfant ! Nous sommes alors dans un autre monde que celui de l’obstétrique hyper­so­phis­tiquée tech­nique­ment, où la mère est un sujet pas­sif et soumis : usines à bébés ou super­marchés de la naissance.

Or ce monde est tout près de nous, c’est celui des « usagers », des mamans qui com­pren­nent que la nais­sance n’appartient pas au sys­tème médi­cal — sauf dans les cas rel­a­tive­ment rares de patholo­gie ou de dys­to­cie… (Allez, soyons bons princes, dis­ons entre 4 et 7 % des cas.) Ces femmes qui veu­lent « récupér­er ce qu’on leur a volé » : le plaisir de met­tre elles-mêmes leur enfant au monde avec la com­plic­ité de leur com­pagnon, des accom­pa­g­na­tri­ces de la nais­sance, de sages-femmes respectueuses de leurs choix et de la phys­i­olo­gie de l’accouchement.

Max Plo­quin
Fon­da­teur de la Clin­ique Mon­taigne de Château­roux
Vice-prési­dent de la Sociéte française d’histoire de la nais­sance
Prési­dent de l‘association « His­toire et avenir de la nais­sance »
et de l’association « Quelle nais­sance ? Les ren­con­tres de Châteauroux »

[Retour sur pro­gramme en France]


Catégories : smar.archives

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.